Chroniques de Bosnie-Herzégovine (Introduction)

Les valises sont rangées, la maison aérée, le thé fume sur le bureau.

Je viens de rentrer de Bosnie et ne cesse de me demander, depuis quelques heures, comment je vais bien pouvoir vous en parler. Je ressens ce besoin vital et urgent d’écrire, de réfléchir, d’analyser, de partager ce que j’ai vu et les questions qui me traversent depuis quinze jours, mais je suis très inquiète du ton que je vais pouvoir trouver pour cela.

Tout au long du voyage, j’ai observé ce qui m’entourait sans toujours savoir démêler qui ressentait, pensait, écoutait : l’historienne ? la professeure ? la femme ? la femme qui n’a jamais connu la guerre ? La « touriste » ou la voyageuse ? Ma principale préoccupation est de trouver la piste, étroite, qui me permettra de raconter sans lisser les différentes façons dont ce voyage m’a engagée. J’espère tout à la fois pouvoir transmettre un peu de contenu et de contexte sur l’histoire contemporaine de la Bosnie tout en discutant des liens entre mémoire, espace et histoire. Je ne vous cacherai pas que ces billets ont une fonction cathartique : c’est sans doute pour cela que le ton est si difficile à trouver. J’essaierai, le plus possible, de différencier les niveaux de discours et surtout de vous donner les moyens de prolonger ce que je dis et de croiser les informations via des propositions de lectures et des ressources venues des sciences humaines et sociales. Ce sera une petite entorse aux principes de ce carnet mais c’est pour le moment la seule solution trouvée pour border le chemin.

J’ai décidé de partir en Bosnie à l’issue d’un cours donné en 2015-2018 qui portait sur les violences de masse visant les civils. Je reviendrai un peu plus tard, et assez longuement, sur le déroulement de ces guerres qui ont abouti au démantèlement de la Yougoslavie et à la reconfiguration politique et spatiale de la Bosnie en 1995. Après trois années à lire, je voulais confronter mes connaissances au terrain, le reconnaître, et surtout comprendre quelles traces, symboliques ou concrètes, avaient laissé ces violences – observer le travail de patrimonialisation ou au contraire d’effacement.

Je me suis d’abord rendue à Sarajevo, puis à Tuzla au nord, avant d’aller à Srebrenica et Potocari, région épicentre du massacre de la population bosniaque en 1995. J’ai poursuivi par Visegrad avant de terminer à Mostar.

 

La carte du guide du Routard.

Dans chacune de ces villes, j’ai visité la plupart des musées et mémoriaux, c’est pourquoi j’essaierai aussi de poser la question de la place du tourisme dans les mémoires de guerre. Voici un sommaire indicatif des billets à venir :

  1. Introduction
  2. Raconter la guerre. Du tabou au détail, parler du passé
  3. Muséifier l’horreur ? Tourisme « de guerre » et questions pédagogiques. (a) Musée, mémorial, preuve ? Tout montrer, trop montrer
  4. (b) Sur les traces d’un « urbicide ». Mémoire(s) en mouvement
  5. Tectonique des plaques : aller à Srebrenica en historienne ?
  6. « United Nothing » ou la place de l’ONU à Srebrenica
  7. La part des fantômes. Effacer ou montrer les traces de la guerre
  8. Epilogue

 

Sarajevo, 2019. Photographie personnelle ( CC-by-nc 4.0 )


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23/08/2019

    […] Avant de partir en voyage, j’avais pris soin de lire les pages de présentation du guide de la Bosnie-Herzégovine édité par le Petit Futé. Les auteurs déconseillaient vivement d’évoquer la guerre passée pour ne pas choquer ou susciter la colère des habitants et habitantes. C’est tout l’inverse qui s’est pourtant produit dans les rencontres que j’ai pu faire : les Bosniens et les Bosniennes parlent volontiers des années de guerre, et il suffit de mentionner « Srebrenica » en décrivant l’itinéraire du voyage pour que la conversation s’engage. Les premiers échanges sont très prudents, chacun cherchant à jauger le point de vue de l’autre, et moi tentant de deviner la « nationalité » de la personne qui me parle. […]

  2. 26/08/2019

    […] vous avez lu l’introduction de cette série de billets, vous savez que ma présence en Bosnie est liée à à une expérience […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search