Chroniques de Bosnie (4) – Sur les traces d’un “urbicide”. Mémoire(s) en mouvement

Cependant, tout le monde ne perçoit pas cet héritage de la même façon, ou y voit un héritage commun. La mémoire collective dépend de la propagande politique, des réinterprétations de l’histoire et de certains projets de groupes ou d’individus. Alors que la mémoire individuelle s’efface progressivement, il existe une peur de voir se dissoudre une identité originale dans la formation du nouvel agenda politique. En conséquence, « l’héritage sombre » sert de preuve, de seule preuve physique qui pourrait maintenir la mémoire vivante, éviter les réécritures de l’histoire et permettre la transmission aux générations futures. Cet héritage sombre doit être protégé, conserve, restauré et non pas nié1.

La question de ma place et de mon rôle en tant que touriste m’a beaucoup occupée tout au long du voyage. Je m’interroge sur la façon dont la seule présence d’un touriste influence le discours sur la guerre et, en conséquence, la construction des mémoires. Cela se redouble bien sûr d’une question éthique : est-ce que la mise en tourisme des traces de la guerre est nuisible pour les habitants ? Est-ce qu’il est possible de construire une mise en tourisme respectueuse qui ne simplifie pas l’histoire ? Dans ma grande perplexité, je me suis tournée vers ce que je connais le mieux : les sciences sociales et humaines. Lisant différents articles sur le sujet, j’ai constaté que les chercheurs spécialisés dans cette thématique “tourisme et mémoire” ne sont pas tous d’accord non plus. Certains voient dans le “dark tourism” (la visite d’anciennes zones de guerre, par exemple) une exploitation économique de la souffrance2, tandis que d’autres, comme Marija Kamber citée en introduction de ce billet, soulignent que la mise en tourisme est peut-être un moyen de négocier la construction d’une mémoire collective. Sans bien sûr prétendre dialoguer avec ces différents chercheurs qui sont de véritables spécialistes de la région, voici quelques réflexions “à hauteur de touriste” (enfin, de touriste historienne, ce qui fait sans doute une petite différence) tirée d’une visite guidée “Sur les traces du siège de Sarajevo”. N’hésitez pas à agrandir les images suivantes pour lire la présentation des visites proposées :

 

Notre choix s’est porté sur la première visite de la seconde image (Sarajevo Total Siege Tour) sur les conseils de Michael Bourgatte que je remercie vivement. Cette visite n’était pas prévue jusqu’à cette recommandation car je voulais justement éviter de me retrouver dans un tour proposant “une expérience authentique du siège” (non, merci, vraiment). J’étais par contre très curieuse de découvrir quels types de mise en récit du siège le guide allait proposer.

Notre groupe a d’abord été conduit aux abords de l’aéroport pour une visite du “tunnel de l’espoir”, construit en 1993 pour relier la ville assiégée et le territoire libre. Nous avons ensuite rejoint la colline de Trebevic (connue pour ses anciennes pistes olympiques de bobsleigh), ce qui nous a permis de mieux comprendre les aspects stratégiques du siège. Nous avons enfin rejoint le cimetière juif et “l’allée des snipers”, haut lieu de mémoire du siège et symbole de la terrorisation des civils.

Notre excellent guide nous a prévenu d’emblée que, s’il allait “essayer d’être factuel”, il n’en restait pas moins que son histoire personnelle avait été marquée par le conflit et que cet aspect ne pouvait pas rester sagement hors champ. C’est une des particularités des visites des lieux de conflit récent : la mise à distance est rarement possible car les acteurs et actrices sont présents. Nous avons donc commencé par le tunnel (première image) : contrairement à ce que je craignais, la mise en tourisme n’a pas eu lieu dans le sens de la “disneylandisation” ; nous ne sommes pas invités, comme en certains lieux du Vietnam, à endosser casque et barda pour ramper dans le tunnel. Quelques mètres ont cependant été conservés. Le reste du “musée” consiste en des panneaux qui éclairent le quotidien de la population pendant le siège, expliquant la nécessité du tunnel, et d’une courte vidéo permettant de se rendre compte des difficultés de son usage. A ce propos, vous voyez encore les traces d’obus et de tirs sur la façade de la maison ayant accueilli l’entrée du tunnel dans la ville bloquée.

Si la présentation générale des événements par notre guide était juste, il reste que tout récit est un choix3. Ce choix, en l’occurrence, a été de souligner la passivité de l’ONU et la mauvaise qualité de l’aide humanitaire, l’héroïsme de la résistance bosniaque, la “barbarie” des troupes bosno-serbes. Le problème n’est pas que cette mise en récit soit “fausse”, mais plutôt qu’elle est partielle et partiale et ne rend pas justice à la complexité du conflit, par exemple au fait que des Serbes ont participé à la défense de la ville tandis que certains soldats bosniaques ont rejoint l’autre camp, etc. Mais peut-on demander à un guide de rentrer dans de tels détails ? Peut-on décemment, par ailleurs, amender ou nuancer quand tout le groupe est bouleversé par ce qui est dit ? Est-ce qu’une attitude “érudite” est possible face à des touristes ? Je me suis demandée sous quelles conditions on pouvait transmettre un savoir “critique”, c’est-à-dire qui montrerait la façon dont il a été élaboré, ses sources, ses limites, dans le cadre de la visite guidée.

Création du collectif “Trio” (Sarajevo)

En rentrant de la visite, j’ai beaucoup lu. Ce qui nous a été présenté était d’une grande richesse factuelle et j’ai mieux compris le fonctionnement de la ville sous le siège et surtout comment il avait été possible de la couper du monde pendant trois ans. Les chercheurs dont j’ai consulté les travaux ne manquent pas cependant de souligner le prix et les risques de la mise en tourisme : dépolitiser le conflit passé en transformant le tunnel en espace “de loisir”, transformer la souffrance de la population en capital monnayable auprès des touristes, ou encore ne livrer finalement que les aspects “anecdotiques” du conflit, un peu comme Stéphane Bern lorsqu’il nous raconte la vie des têtes couronnées. D’un autre côté, sous certaines conditions, ce type de visite peut aussi permettre à certains habitants de se réapproprier leur ville4 en tant que ville, alors que c’est justement la destruction de cette urbanité qui était visée par les troupes bosno-serbes – ce que les géographes nomment “urbicide“.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que ce sont des initiatives privées qui, à l’heure actuelle, dynamisent ce “tourisme de mémoire”. Le musée du tunnel a en fait été ouvert par la famille dont la maison accueillait l’ancienne entrée, faute de réponse institutionnelle. Ce tunnel n’a fait l’objet d’aucune commémoration ou mise en tourisme institutionnelle, ce qui renvoie à la difficulté de développer une mémoire commune “centralisée” qui puisse être mise en tourisme. Dans ce contexte, ce sont les rescapés du conflit et leurs descendant qui proposent des visites.

Bien sûr, dans une société post-conflit dans laquelle ces traces de guerre sont devenues le symbole d’un passé douloureux, il est impératif d’impliquer les différents groupes dans le processus d’identification et d’interprétation de cet héritage dissonant. De plus, l’évocation du conflit ne doit pas être coupée de son contexte immédiat et des pratiques sociales en place à Sarajevo. Le « dark tourism » peut contribuer à façonner un récit plus inclusif (plus large) de l’histoire de la Bosnie Herzégovine, qui inclurait les groupes de différentes nationalités et cultures qui ont tous vécu sur le même territoire pendant une très longue période5.

Dans la mesure ou cette mise en tourisme des mémoires “au pluriel” n’est pas encore à l’ordre du jour, j’ai complété ce que j’avais entendu et vu par des lectures : des articles cités dans ce billet, mais aussi les nombreux témoignages des militaires qui étaient sur place. Le long billet de Michel Goya m’a ainsi permis de donner encore une autre épaisseur à ma compréhension des lieux.

  1. Marija Kamber, Theofanis Karafotias et Theodora Tsitoura, « Dark heritage tourism and the Sarajevo siege », Journal of Tourism and Cultural Change, 14-3, 2016, p. 255‑269. Je traduis. []
  2. Zala Volcic, Karmen Erjavec et Mallory Peak, « Branding Post-War Sarajevo », Journalism Studies, 15-6, 2014, p. 726‑742. []
  3. « Dès qu’il commence à écrire, l’historien prend parti. Il ne peut faire autrement, parce qu’il utilise des mots et qu’il en est peu de neutres. Raconte t il la guerre d’Espagne ? Il lui faut bien choisir entre deux énoncés tels que « les nationalistes avancent » ou « les républicains reculent »; dire que « Guernica a été bombardée » ou que « Les Allemands ont bombardé Guernica », et choisir un énoncé c’est déjà choisir son camp. Il choisit les personnages ou les documents qui lui semblent les plus importants.” dans Antoine Prost, article « jugement » dans Delacroix, …. Historiographies, concepts, débats []
  4. Patrick Naef, « Tourism and the ‘martyred city’: memorializing war in the former Yugoslavia », Journal of Tourism and Cultural Change, 14-3, 2016, p. 222‑239. []
  5. Marija Kamber, Theofanis Karafotias et Theodora Tsitoura, « Dark heritage tourism and the Sarajevo siege », Journal of Tourism and Cultural Change, 14-3, 2016, p. 255‑269. Je traduis. []

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.