Chroniques de Bosnie (6). “United nothing” : l’ONU à Srebrenica, une histoire toujours sensible

N.B. : attention, ce billet évoque un massacre de civils et des propos et actes racistes.

Comme je le mentionnais dans le précédent billet, le centre de documentation du massacre de Srebrenica est installé dans l’ancien QG du bataillon néerlandais de l’ONU qui était alors chargé d’assurer la sécurité de l’enclave bosniaque, déclarée « zone de sûreté » en 1993, avec Gorazde ou encore Zepa. Le rôle de l’ONU dans l’histoire de cet événement restait encore un peu obscur pour moi : si j’en connaissais les grandes lignes (ou les moyennes, à la limite), il me manquait les détails qui m’ont beaucoup donné à réfléchir sur les notions de responsabilité collective et individuelle. La visite au centre de documentation a été l’occasion d’affiner mes connaissances sur le sujet, mais aussi d’en apprendre plus sur la vie dans l’enclave avant l’assaut final. Vous trouverez tous les rappels de contexte dans ce billet. Voici tout de même une carte pour mieux comprendre comment la ville a pu être assiégée pendant plusieurs années :

[Carte tirée de Jean-René Ruez, « Les enquêtes du TPIY. Entretien avec Jean-René Ruez », Cultures & Conflits [En ligne], 65 | printemps 2007, URL : http://journals.openedition.org/conflits/2198]

Le Dutchbat à Srebrenica, une mission incertaine

Chargé de faire appliquer la résolution 818 du Conseil de Sécurité de l’ONU, le bataillon s’installe à Potocari en 1993. Cette ancienne usine de batteries accueille alors près de 450 soldats dont le mandat n’est pas très clair, faute d’accord précis sur le statut d’une « zone de sécurité »1. Sur place, ils protègent et relaient les initiatives humanitaires et installent des postes d’observation des activités militaires autour de l’enclave. Leur mandat ne prévoit pas l’usage de la force, sauf en cas de légitime défense. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’exposition du centre de documentation propose un récit plus large que « le Dutchbat a abandonné les civils à leur sort », bien que cette question ne soit évidemment pas éludée.

On découvre tout d’abord le fonctionnement d’un bataillon de l’ONU : des plaques nous expliquent à quoi servait chaque salle visitée.

L’exposition insiste sur les liens qui unissaient la population locale et les Casques Bleus. En dépit des recommandations de distance données par leur hiérarchie, on voit les soldats jouer aux échecs, au football ou encore bavarder avec les réfugiés.

Photographie présentée dans une des salles.

C’est une autre histoire de Srebrenica qu’on voit se déployer : une histoire du quotidien, de la débrouille, du désir de vivre malgré tout – en bonne entente avec le bataillon présent. J’ai été très sensible à cela car nos imaginaires associent irrémédiablement Srebrenica à la tragédie ; tout à coup, les gens redevenaient des sujets et non plus des victimes, rappelant que l’histoire aurait pu se passer autrement face à toute tentation de récit téléologique. Ces images de bonne entente ne masquent pas cependant les graffitis racistes laissés par certains soldats.

On est d’abord saisi d’une immense colère face à ces murs – puis on se calme un peu en réfléchissant à la façon dont ces jeunes soldats de 21 ans ont pu vivre les événements dans ce huis clos de Srebrenica, enfermés dans leur QG de Potocari, dans un entre-soi sans doute propice à une culture de caserne constituant un repère en un tel lieu. Il ne s’agit pas de trouver des justifications à ce type de comportements mais de leur restituer un contexte. J’ai essayé d’adopter la même ligne de conduite en lisant le déroulé des événements à l’arrivée des troupes serbes à Potocari (spoiler : je n’ai pas toujours réussi)

La chute de Srebrenica 

Le 7 juillet 1995, les troupes du général Mladic lancent une offensive sur l’enclave qui tombe rapidement. Les postes d’observation sont abandonnés les uns après les autres et les soldats serbes entrent dans la ville.

Vidéo tournée par l’armée serbe de Bosnie.

Les réfugiés fuient vers le QG du bataillon à Potocari, tandis qu’une colonne tente de rejoindre Tuzla en traversant la montagne sous contrôle serbe. Il devient alors difficile d’avoir une lecture très claire de l’attitude du Dutchbat sur place. Ils laissent d’abord 5000 personnes entrer dans l’enceinte de la base, tandis que 15 000 attendent à l’extérieur. A l’arrivée des troupes de Mladic à Potocari, les Casques bleus sont privés de leurs armes. Thomas Karremans, responsable du Dutchbat, rencontre Mladic qui lui indique que les réfugiés seront tous conduits en bus à Tuzla, en zone bosniaque, mais qu’il veut d’abord interroger tous les hommes en âge de combattre. Une vidéo de propagande est alors tournée : on y voit le général Mladic lui-même rassurer la foule :

 

Les scènes qui suivent marquent bien des esprits : les soldats de l’ONU participent à la gestion de la foule sur place et assistent les soldats serbes dans la préparation des bus qui conduisent des milliers de personnes à la mort. Le colonel Karremans expliquera ensuite qu’il espérait que la participation des Casques bleus à ces opérations de déplacements protègerait les réfugiés de la violence des soldats. Vingt-quatre heures plus tard, la base est vide et toute la population a été déplacée, y compris les 5000 personnes réfugiées dans l’enceinte. Comment comprendre cette situation sidérante ? Comment expliquer que les forces bosno-serbes aient pu prendre Srebrenica sans rencontrer de réelle opposition ? Pourquoi le Dutchbat a-t-il accepté de participer à de tels événements ? De nombreux rapports ont cherché des réponses à ces questions2.

Extrait du rapport du NIOD, p.1600.

Voir de près, voir de loin. La difficile élucidation

Ces rapports montrent que cette débâcle collective est le produit de différents facteurs qui obligent à réfléchir à plusieurs échelles. Si les explications n’enlèvent rien à l’horreur de la situation finale, elles permettent cependant de nuancer l’idée que l’ONU aurait tout simplement abandonné Srebrenica à son sort par pur cynisme, ou que les soldats sur place auraient été des lâches et des incompétents. Comme dans bien des conflits de cette complexité, discerner précisément les responsabilités relève de la gageure. Au niveau local, l’armement des Casques Bleus était trop léger pour envisager de tenir face à l’offensive des forces bosno-serbes ; plus encore, les soldats présents à Srebrenica pensaient qu’ils n’auraient pas à faire la guerre et n’avaient le droit d’user de leurs armes qu’à des fins de légitime défense. Une fois la ville prise, ils sont devenus de fait les otages du général Mladic.

Par ailleurs, Karremans avait été assuré qu’il recevrait un soutien aérien et que l’OTAN bombarderait les positions serbes. Ce soutien n’est jamais arrivé. Les rapports donnent des explications qui divergent parfois mais qui se rejoignent dans l’énumération des facteurs qui ont conduit l’ONU et l’OTAN à renoncer à ces frappes. Il y avait d’abord dissension de fond au sein même de la chaîne de commandement sur le sens de tels bombardements : n’étaient-ils pas une violation de la neutralité de l’ONU ? Il faut rappeler à ce sujet la crainte de plusieurs gradés de « l’effet Mogadiscio », c’est-à-dire la peur d’être accusés d’avoir pris fait et cause pour un camp3. Ces tergiversations renvoient d’ailleurs à l’incapacité du Conseil de Sécurité de définir précisément le rôle d’une « zone de sécurité » et des modalités de leur défense. Dans ce long billet, Michel Goya décrit les conséquences de ce flou politique sur l’action concrète des troupes sur le terrain.

Les décisions sont encore complexifiées par la stratégie d’intimidation du général Mladic qui, depuis mai 1995, retient des Casques bleus en otage et menace de les exécuter en cas de frappes aériennes4. Enfin, « l’agenda » géostratégique est alors défavorable : le Conseil de sécurité et les officiers sont occupés à discuter de la situation en Krajina, une autre zone du conflit. Malgré l’alarme donnée par Karremans, la prise de conscience de ce qui se passait sur place semble avoir été tardive. Si toutes ces circonstances ne constituent évidemment pas une justification à l’abandon de milliers de civils à leur sort, elles permettent cependant de rendre compte des préoccupations et perceptions variées des acteurs pendant ces quelques jours, qu’il s’agisse de sauver sa propre vie (le Dutchbat), d’obéir aux ordres ou encore de faire le choix – certes éthiquement très discutable – de protéger des otages militaires plutôt que des civils. Bref, pour comprendre un tel événement, on est obligé de l’inscrire dans l’histoire longue de l’ONU, puis dans l’histoire immédiate de son action5, puis se pencher sur les intérêts et préoccupations de chacun de ses membres6 – leur culture militaire, diplomatique, leur ligne de politique (quand ils en ont une) – enfin d’observer l’échelle locale et la perception des soldats sur place.

Responsabilités diluées. Un sujet toujours sensible

Les événements de Srebrenica sont désormais bien connus grâce aux différents rapports que j’ai déjà mentionnés. L’estimation du nombre de victimes et la chronologie du massacre ont pu être restituées grâce au travail du Tribunal Pénal International, puis grâce aux rapports – des textes massifs et bien indigestes – commandés par des institutions se penchant sur leurs propres responsabilités. Il n’a pas échappé aux historiens et historiennes que ces rapports ne sont pas neutres, au sens où ils conduisent les uns et les autres à minorer leur rôle. Isabelle Delpla conclut ainsi que :

La lecture de ces enquêtes et rapports révèle un hiatus entre le traitement du « faire » et du « laisser faire », entre l’établissement des faits, la recherche de responsabilités et d’intelligibilité sur le massacre, d’une part, sur l’abandon international de l’enclave, d’autre part. Autant la connaissance du déroulement du massacre, l’assignation et la sanction des responsabilités criminelles par des arrestations et des jugements sont claires, même si elles restent partielles, autant l’intelligibilité proposée et la sanction des responsabilités internationales laissent songeur. Le citoyen français ou le citoyen du monde ne trouvera guère de réponse à la question d’une responsabilité cosmopolitique ou d’un contrôle républicain de la politique étrangère, chers à Kant. De surcroît, il ne pourra que constater les effets fâcheux du mélange entre responsabilités et intelligibilité. Non seulement la recherche de responsabilité oriente celle de l’intelligibilité – quitte à la distordre – mais aussi l’effort de clarification semble valoir pour solde de toute responsabilité, si l’on considère la faiblesse du suivi politique de ces rapports7 .

La question des responsabilités n’est toujours pas fermée, en particulier pour ce qui concerne le Dutchbat. Celle des Pays-Bas comme Etat est toujours en discussion.

A l’échelle individuelle, la responsabilité des soldats du Dutchbat pose des questions plutôt classiques de droit. Comme sur d’autres terrains de guerre, les juges s’interrogent sur la façon dont ils percevaient le rapport de force, sur la réalité de ce rapport de force, sur le niveau de contrainte dans lequel ils étaient pris, sur ce qu’ils savaient du sort qui attendaient les hommes conduits dans les bus. Le sentiment d’un aveuglement collectif a été renforcé par ces images, presque irréelles, de la fête donnée en leur honneur à leur retour à Zagreb. Loin cependant des chocs provoqués par ces images, les juges n’ont toujours pas fini de dire si ces Casques bleus auraient pu agir différemment. Leur travail est encore compliqué par l’action que certains vétérans intentent en justice àcontre leur gouvernement pour les avoir envoyés remplir une mission jugée irréalisable. Il semblerait cependant qu’on approche de la fin de ces longues discussions judiciaires , en tout cas pour ce qui concerne la responsabilité de l’Etat des Pays-Bas :

C’est l’épilogue d’un long feuilleton judiciaire aux Pays-Bas sur la responsabilité de l’État dans le massacre de Srebrenica. Après un jugement en première instance puis en appel, la Cour suprême a estimé ce vendredi 19 juillet que l’État néerlandais portait 10% de la responsabilité pour la mort de 350 Bosniaques en juillet 1995. (RFI, Pierre Bénazet)

Le centre de documentation affronte ce sujet de façon remarquable, plus encore lorsqu’on sait que les Pays Bas en financent largement les initiatives. On trouve ainsi, côte à côte sur le même panneau, la mention du soutien financier des Pays-Bas dans la reconstruction de la Bosnie après la guerre mais aussi celle des questions qui demeurent, et elles ne sont pas des moindres :

“Pourquoi tous les réfugiés n’ont-ils pas pu se réfugier dans l’enceinte ? Pourquoi le bataillon a participé à la séparation des femmes et des hommes ? Pourquoi les réfugiés ont-ils été conduits hors de l’enceinte ?”

 

  1. Rapport du NIOD , https://www.niod.nl/en/srebrenica-report/report, p. 1350 et suivantes. []
  2. Celui du Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie (1996) ; celui de l’ONU (1999) ; celui de l’Assemblée nationale de la France (2001) ; celui du NIOD (2002), celui du Parlement néerlandais (2003). []
  3. Voir l’intervention de l’ONU en Somalie et l’interventionnisme des Etats-Unis : Gayffier-Bonneville Anne-Claire de, « L’intervention en Somalie 1992-1993 », Revue historique des armées, 263, 15 juin 2011, p. 93‑103. []
  4. Decrock Jean-Philippe, « La crise des otages en Bosnie : dix ans déjà ! », Inflexions, N° 2-1, 2006, p. 173‑183. []
  5. Tardy Thierry, « L’ONU et la gestion des conflits yougoslaves (1991-1995) : faillite d’une institution, faillite des États ? », Relations internationales, n° 128-4, 2006, p. 37‑53. []
  6. Tardy Thierry, La France et la gestion des conflits yougoslaves (1991-1995) : enjeux et leçons d’une opération de maintien de la paix de l’ONU, Bruxelles, Établissements Émile Bruylant, 1999. Tratnjek Bénédicte, « Les missions de l’armée française dans les Balkans : le bilan », décembre 2007, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00260036. []
  7. Delpla Isabelle, « Faits, responsabilités, intelligibilité : comparer les enquêtes et les rapports sur Srebrenica », Cultures & Conflits, 65, 1 mai 2007, p. 119‑136. []

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.