Transformer l’exposé dans un TD d’histoire. Projets pour le second semestre

Comme je suis en retard sur de nombreux dossiers, j’ai commencé à m’intéresser au moins urgent : l’organisation de mes classes du deuxième semestre. Je serai chargée en particulier d’un TD de L2 relié à un cours magistral sur l’histoire de la France de 1950 à nos jours. Le format est assez classique : une série de CM, une série de 12 séances de 2h de TD. Si vous me lisez depuis longtemps ici ou sur les réseaux, vous savez que je n’aime pas beaucoup le format “exposé + reprise” et que je tâtonne depuis plusieurs années pour proposer aux étudiant(e)s des solutions alternatives. En L1 à Reims, j’avais fini par abandonner totalement cette organisation. Cette reconfiguration était possible car j’étais en charge du pilotage de ce cours et je pouvais donc définir, avec les chargés de cours, un format pour tous les TD. C’est plus difficile quand le cours est un TD parmi d’autres car il faut essayer de maintenir une forme d’harmonie et d’égalité avec les autres TD (ce qui pose le problème du travail collectif et des équipes pédagogiques à l’université, mais c’est un autre sujet). Ces dernières semaines j’ai croisé à plusieurs reprises des tweets d’étudiant(e)s lassé(e)s de l’enchaînement exposé/reprise.

Je les comprends, en particulier en première année : il n’est jamais très agréable d’être le spectateur passif du dialogue camarade/professeur, sans même parler du fait que peu d’étudiant(e)s savent parler et capter l’attention des autres dès les premiers mois (hé oui, c’est un métier qui s’apprend… :-))

Dans le prolongement des expériences passées, j’ai donc réfléchi à ce que je vais proposer aux étudiant(e)s de deuxième année. Ma cogitation a été nourrie par un article de ma collègue Patricia Legris sur la pédagogie Freinet dans le supérieur. Il faut cependant que je puisse respecter un certain nombre d’objectifs et répondre à différentes contraintes :

  • Travailler l’acquisition de la méthode historienne et les amener à une bascule où ils comprennent que le document n’est pas seulement un support pédagogique mais aussi (et surtout) une source primaire à laquelle nous devons poser des questions d’historien(ne) ; y compris quand la source provient d’un corpus en ligne (j’y reviendrai)
  • Développer et approfondir les points essentiels du cours magistral
  • Entraîner les étudiant(e)s à la prise de parole orale
  • Evaluer les étudiant(e)s selon les modalités prévues par la maquette d’enseignement

Je pense leur proposer un format répondant à ces nécessités tout en insufflant un peu de marge de manœuvre et de travail en autonomie. Au fil des années, j’essaie de plus en plus de penser mon rôle dans la classe comme celui  d’une accompagnatrice de la construction des savoirs plutôt que comme un réservoir d’informations à transmettre. Quelques propositions, donc :

1 – Les étudiant(e)s créent le livret de cours

On distribue traditionnellement un syllabus de cours qui comporte les consignes et surtout le dossier de documents que nous étudions collectivement au fil du semestre. Pour avoir une idée de ce que je proposais les années précédentes, mon livret de L2 est disponible Ici. Cette année, j’ai décidé de prendre le contrepied de ce schéma dans lequel je donne les sujets puis chacun s’inscrit au planning. Les étudiant(e)s devront enquêter à partir d’une série de thématiques (la transformation de la famille, Mai 1968, les usages politiques de la mémoire…) puis choisir eux-mêmes les documents qu’ils/elles voudront présenter. Je fournirai une liste de sujets – sans doute très large pour qu’ils/elles aient ensuite la possibilité de problématiser dans le sens qui les intéresse, et ils/elles devront rassembler un mini-corpus à partir de recueils de sources primaires (une bibliographie sera donnée), ou de corpus en ligne (Gallica, Europeana, ressources de l’INA, par exemple). Cela permettra d’intégrer la formation à la critique de sources en ligne dans le cursus classique de l’apprenti(e) historien(nne) au lieu de le rejeter du côté du “cours technique”, et de mettre en pratique ce que je défends ici (et ce que Sébastien Poublanc met en oeuvre ). Cinq séances seront consacrées à cette quête accompagnée des documents et à la constitution des mini-livrets qui seront ensuite mis en commun.

2 – Défendre ses choix documentaires en historien(ne)

Au cours des séances suivantes, chacun devra ensuite présenter oralement les choix qui ont présidé à la composition du livret. Ce sera l’occasion de discuter collectivement de l’influence de la nature de la source sur les informations qu’elle peut nous donner : le choix d’une image, d’une vidéo ou d’un discours devra être justifié. Mon espoir est que cette démarche les oblige à mener systématiquement la critique externe trop souvent oubliée dans l’exercice du commentaire de document. Nous mènerons ensuite une discussion collective avec la classe que j’espère plus nourrie que d’habitude puisque les camarades auront sans doute croisé des difficultés ou soulevé des questions similaires au fil de leur propre travail.

3 – Et les contenus, alors ?

L’objection principale à ce fonctionnement “par projet” est que les contenus à transmettre occupent moins de place qu’un geste ou une compétence. C’est pour cela que j’ai choisi ce niveau : à partir du quatrième semestre, les étudiant(e)s savent comment acquérir du contenu et se repèrent dans les grands instruments de travail. Le contenu sera donné par les présentations de livret. Par ailleurs, je pense que des étudiant(e)s qui élaborent leur propre sujet deviennent bien plus experts que s’il leur ait imposé. Si je sens que le contenu est trop léger, je demanderai à voir les plans avant les présentations pour soutenir leur effort.

Il me reste à réfléchir précisément au niveau d’encadrement que je vais leur proposer : je pense par exemple à une sorte de fiche pilote leur donnant des questions auxquelles répondre au fil de la constitution de leur mini livret, ou encore au type de précisions que je vais fournir en donnant les liens vers les corpus numérisés – après tout, se tromper et errer, c’est toujours avancer. Un autre sujet non résolu est celui du barème est de la notation, qui me pose toujours des problèmes insolubles quand je fais travailler mes classes par projet : comment valoriser le travail “invisible” de dynamisation du groupe, le travail sur la longueur des séances, quelle place accorder à la présentation finale.

Je suppose que je résoudrai ces questions quand j’aurai à nouveau des urgences à éviter ! 🙂

En attendant, je prends toute remarque, commentaire ou suggestion pouvant m’aider dans la mise en place de cette organisation.

Écoliers allemands à Draveil, 1932, Agence Mondial. J’aime bien cette image car c’est un joyeux bazar… et j’aime le joyeux bazar quand j’enseigne 🙂

 


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Elsa Neuville dit :

    J’ai testé l’année dernière l’élaboration de la grille d’évaluation avec les étudiant-e-s (je listais les critères et c’était à eux de proposer le nombre de points attribués à chaque critère. Ils pouvaient également en proposer d’autres s’ils pensaient que j’en avais oublié.) Ce travail a été fait par groupes et à la fin on a fait la moyenne de tous les groupes pour avoir la grille d’évaluation commune. ça prend un peu de temps mais ça permet des discussions très intéressantes sur le sens de l’évaluation et son organisation !

  2. Laurent Coumel dit :

    Merci beaucoup pour ce post très utile et qui donne des idées. La remarque sur l’erreur est très juste : il faudrait savoir l’intégrer positivement à l’évaluation.

    Le livret pourrait aussi comporter un extrait significatif d’article ou d’ouvrage d’histoire à rechercher par l’étudiant.e dans la bibliographie du CM, voire plusieurs, pour les mettre en regard et en confrontation – et ainsi faire s’approprier l’idée que les points de vue en historiographie dépendent aussi des sources sélectionnées, de leur interprétation, etc. ? L’idéal (mais est-ce réaliste ?) serait de faire construire en groupe de mini-débats historiographiques… hum plus facile à dire qu’à faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.