2020, l’université, et nous

Le semestre vient de s’achever pour moi et la fin de l’année 2020 se profile. C’est l’occasion de faire un bilan de ces jours étranges, bilan en forme de catharsis : vous ne trouverez pas dans ce billet d’analyse politique fine et détaillée de ce qu’on a vécu à l’université cette année, d’autres le font bien mieux que moi. J’ai simplement besoin de sortir de ma tête certaines réflexions pour mieux les regarder, un peu comme Harry Potter avec la pensine. Ce sera donc une liste à la Prévert.

Il y a eu le premier choc de mars et avril, qui nous a laissés, étudiant(e)s, personnels administratifs et enseignant(e)s, d’abord sidérés, puis combatifs. Un ensemble de sentiments contradictoires s’est emparé de moi : la nécessité de tenir la continuité pédagogique, et en même temps la perception aigue de l’absurdité de la situation, la défiance par rapport à cette exigence de « continuer », continuer quoi, pour qui, comment. J’ai admiré les collègues qui parvenaient à monter des projets de recherche qui documenteront ces mois. J’ai détesté l’inflation des tribunes et autres discours à chaud – qui m’ont laissée pantoise, les bras ballants, jalouse aussi, de la capacité des autres à continuer à réfléchir alors que mon propre cerveau glissait vers un marécage. J’ai pensé qu’il fallait bien continuer, oui, tout, les colloques l’enseignement les projets. J’ai pensé aussi qu’il fallait arrêter cette folie. J’ai pensé : pourquoi sommes-nous collectivement incapables de ralentir. J’ai pensé tout et son contraire, parfois dans la même journée. J’ai déposé un projet avec mon collègue Frédéric, au beau milieu d’un mois de mars sans plus d’autres perspectives qu’attendre. Je m’en suis voulu de déposer un projet ANR – pourquoi suis-je personnellement incapable de ralentir – tout en luttant contre ce qui était encore le projet de loi de programmation de la recherche (qui a été voté depuis). J’ai bataillé avec mes contradictions. Je me suis accrochée au sens de l’enseignement, j’ai cherché à aider les étudiant(e)s le plus possible, à alléger – avec plus ou moins de succès. J’ai considéré que ce serait une parenthèse avant un retour à la normale. Nous avons été déconfinés – la boîte mail a explosé, et moi avec. J’ai arrêté de travailler – longtemps.

Il y a eu la rentrée, nos espoirs et nos urgences. L’urgence de dire le plus possible aux étudiant(e)s, puisqu’on savait bien qu’on passerait sur un semestre à distance d’un moment à l’autre. L’espoir quand même de les accueillir, de leur transmettre un peu de la joie d’apprendre ensemble, malgré les masques, et la distanciation, et toutes ces affiches hurlant sur le campus que non, vraiment, rien n’est normal en ce moment. 

Il y a eu le passage en force de la loi de programmation de la recherche. Malgré toutes nos manifestations. Malgré toutes nos dénégations. Malgré le refus global de la profession d’en entendre parler. Malgré notre impossibilité de nous réunir, de crier, malgré nous, contre nous. Et cette colère glacée qui ne redescend pas depuis devant cette loi qui va achever une université déjà bien malade (je vous avais prévenus, ce n’est pas gai). Et pendant ce temps, nous, on enseignait, on envoyait des mails, on organisait des visioconférences – parce qu’il fallait tenir la continuité pédagogique.

Et la continuité pédagogique, oui, qui porte si mal son nom. Pendant que les lycées passaient en demi groupe, que les gens continuaient de prendre les transports en commun pour aller travailler, il a été décidé de confiner des millions d’étudiant(e)s chez eux et elles, tout en faisant semblant de croire qu’on pourrait quand même continuer. Alors on a bataillé à nouveau, collectivement, tels une armée de Don Quichotte devant les moulins à vent. Oh je ne dis pas que tout a été obscur : on a ri aussi, souvent, beaucoup, on a ri de nos péripéties techniques, on a ri des micros restés ouverts et des bruits de tasse ou de petit frère, on s’est envoyé des memes, des photos. Il s’est tout de même passé quelque chose de nourrissant et d’important.

Il y a les mails de remerciements des étudiants. Se sentir tout à coup plus légère.

Il y a les mails accusateurs des étudiants. Traîtres que nous sommes d’avoir accepté de nous embarquer dans un semestre et la préparation d’examens alors que la détresse psychologique et massive et que l’université ne se ressemble plus. Certains matins, je pense que ces mails ont raison. D’autres matins, j’ai envie de hurler constatant que de nombreux étudiants pensent qu’on se fiche de leur situation. D’autres matins encore, je pense à l’état d’usure général des personnels et je me demande combien de semaines encore. Combien de semaines encore. « Comment allez-vous ? Vous tenez le choc ? On est là pour vous. » comme des petites bouées flottant à la surface de l’eau en plein milieu d’un tsunami.

So long 2020.

 

 

 


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maman dit :

    C est très douloureux. Ça fait peur. Combien d enseignants et d étudiants vont sombrer?
    Il faut continuer avec courage, ce n est pas possible d avoir fait tout ça pour rien. Haut les cœurs aurait dit mamy Colette.

Répondre à Maman Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search