La conversation scientifique sur Twitter

Un billet co-écrit par Frédéric Clavert et Caroline Muller

Le réseau social numérique Twitter souffre d’une mauvaise réputation au sein du monde académique et, plus généralement, auprès de ceux et celles qui ne l’utilisent pas. Combien de fois, dans des conversations informelles, n’avons-nous pas entendu que Twitter recueille « la lie de l’humanité » ou encore « le caniveau de la pensée » (citations authentiques :-)) ou, plus simplement, un lieu où l’on perd un temps que l’on pourrait occuper à des activités plus légitimes et utiles.

Comme regarder de véritables oiseaux bleus ?

Il ne faut effectivement pas minorer la façon dont ce lieu numérique peut être un espace de harcèlement, de violence et de reproduction des dominations1. J’en ai moi-même (Caroline) fait les frais à plusieurs reprises. Néanmoins, il nous semblait nécessaire d’engager une discussion à propos de tout le reste : la conversation scientifique et intellectuelle qui s’y déploie et qui est trop souvent ignorée ou décrédibilisée. Il y a bien des façons de définir «la conversation scientifique» dont les codes varient d’ailleurs significativement selon les univers disciplinaires. Mais il faut bien commencer quelque part : nous considérons donc la conversation scientifique comme un échange fructueux d’idées, de ressources, de compétences pouvant mener à l’enrichissement général de nos démarches de recherche. Dans sa forme traditionnelle, la conversation scientifique peut avoir lieu dans les séminaires, les colloques, les soutenances de thèse ou encore, à l’écrit, dans le processus d’expertise et de discussion collective des textes que nous soumettons à des revues. Avec l’arrivée d’Internet, d’autres espaces de conversation scientifique ont émergé, à l’instar des carnets de recherche en ligne, lieux de ce que Marin Dacos et Pierre Mounier appellent « une conversation scientifique décentrée2 ».

La Une de la plateforme de carnets de recherche en ligne Hypothèses – 9 février 2021

On nous objectera que le travail le plus pointu requiert des cercles experts difficiles à trouver en ligne. Dans ce cas, il faudrait soutenir que la conversation scientifique n’a lieu que lors des soutenances de thèse, entre ultra-spécialistes – et encore. Qui n’a jamais fait l’expérience, en colloque, de panels réunissant des intérêts éclectiques ? Est-ce que nous devons considérer qu’aucun de ces espaces – le colloque, la conversation informelle avec les collègues d’autres disciplines – ne peuvent être des espaces de conversation scientifique ? On ne peut pas la réduire à la seule discussion fine de telle ou telle hypothèse historiographique – quoique ce type d’échanges ait parfois lieu sur le réseau. Il s’agit donc pour nous, à rebours de l’image de superficialité des échanges sur le réseau, de prendre au sérieux l’idée selon laquelle Twitter est un lieu de conversation scientifique, au sens où c’est un lieu où s’élabore une discussion autour d’ouvrages, d’hypothèses, autour de pratiques de recherche, un lieu où se tissent des réseaux de discussion qui font ensuite système avec les autres espaces de la conversation scientifique déjà cités.

Une communauté de recherche et d’enseignement

Twitter est ce que l’on appelle un réseau social numérique ou média social3. Fondé en 2006, il est dans un premier temps orienté vers le small talk. Twitter invitait alors ses utilisateurs et utilisatrices à discuter de leurs occupations (What are you doing? demandait la page d’accueil). La fonctionnalité centrale de Twitter était – et reste – très simple : publier un message de 140 caractères (280 depuis septembre 2017), peu ou prou un SMS, sur twitter.com. Mais les usagers et usagères de Twitter sont rapidement sorties des usages prévus initialement et ont commencé à évoquer l’actualité. Par étape, Twitter passe de What are you doing? à What’s happening? et, s’adaptant aux usages, la société californienne a intégré de nouvelles fonctionnalités à la plateforme : le hashtag — ce mot précédé d’un croisillon dont les usages sont divers, qui sert en particulier à rallier une discussion –, le retweet — la citation, telle quelle ou commentée, d’un tweet d’un autre compte –, et le favori (aujourd’hui le like). Twitter est ainsi devenu en quelques années la plateforme sur laquelle l’information, dans un sens large, a circulé à une vitesse de plus en plus rapide4. Ainsi, en 2009, l’amerrissage en urgence d’un avion dans l’Hudson a été commenté sur Twitter avant même que la presse n’en parle.

Page d’accueil de Twitter – 14 décembre 2006

Cette capacité de Twitter a faire circuler l’information de plus en plus vite joue pour le meilleur et pour le pire5 — dans ce dernier cas, je (Frédéric) l’ai observé lors des polémiques entourant les commémorations de la bataille de Verdun. Toutefois, les dérives de cette circulation mémétique de l’information ne doivent pas masquer non plus que Twitter est aussi fait de communautés et de discussions d’ampleurs plus restreintes et pouvant donner lieu à de très belles discussions et réalisations. Restons sur l’exemple du Centenaire de la Grande Guerre : l’activité développée autour de la base de données des Morts pour la France, par exemple, s’est largement développée autour du hashtag #1j1p. Cette base a ainsi été indexée (des images de texte ont été transformées en texte par les participants) avant le 11 novembre 2018, facilitant son usage à des fins mémorielles (l’hommage aux Morts pour la France) mais aussi scientifiques.

Twitter est ainsi tout à la fois une plateforme mondiale, créant une sorte de communauté globale, mais aussi une communauté de communautés, plus petites, parfois très autonomes, capables de mettre en place des actions et discussions pointues, précises, importantes, par exemple menées au sein de l’une de ces communautés : la communauté académique.

Si nous parlons de ce que nous connaissons le mieux – les historiens et les historiennes – cette communauté a déjà fait l’objet de nombreuses observations6. Citons le chapitre que Caroline a publié sur le Goût de l’archive à l’ère numérique, « Autour d’une machine à café virtuelle. Les historien·ne·s sur Twitter » qui évoque déjà divers types de discussions au sein de cette communauté, y compris lorsqu’elles tournent à la controverse.

Le réseau a été largement investi par des comptes dont les statuts sont très variés, ce qui constitue une richesse : des comptes institutionnels (universités, revues, laboratoires), des comptes de suivi de projets de recherche, des comptes liés à des projets pédagogiques, des comptes de maisons d’édition mais aussi, et c’est ce qui retiendra notre attention dans ce billet, des comptes personnels de chercheur(e)s, d’enseignant(e)s et de personnels liés à la recherche et l’enseignement supérieur. Ces comptes individuels évoquent le quotidien de leur vie de recherche et d’enseignement, dans des tweets qui peuvent être adressés à des publics très différents, du plus spécialisé (une demande de référence bibliographique pointue) à l’intéressé (le partage et la discussion d’une trouvaille en archives)7 jusqu’au public le plus large lorsque le propos mêle des considérations professionnelles, personnelles et des réactions à l’actualité. C’est la raison pour laquelle il est bien difficile de définir précisément les contours d’un « Twitter scientifique », si ce n’est en observant la façon dont les profils se désignent – et encore, puisque de nombreux profils préfèrent l’anonymat, voire ne pas mentionner un rattachement institutionnel ou un statut exact.

La circulation en direct de l’information scientifique

Tous ces comptes nourrissent la circulation de l’information scientifique en direct : les revues et/ou chercheurs et chercheuses annoncent les parutions qui sont ensuite relayées dans les cercles d’abonnés et abonnées. Certains reproduisent les tables de matière et les auteurs et autrices peuvent même présenter leur ouvrage, images à l’appui du propos. Cette veille éditoriale peut aussi prendre la forme de véritables recensions mises en ligne sous la forme de « fils ». Voici un premier exemple en histoire et un second exemple en sociologie et science politique.

L’exemple des soutenances nous paraît particulièrement probant. Il est désormais dans les usages du réseau de proposer des live-tweets (couverture en direct) des soutenances de thèse ou d’habilitation à diriger des recherches, ce qui permet à ceux et celles qui ne sont pas dans la salle d’avoir une idée de la teneur des débats. Cette démarche est d’autant plus intéressante que celui ou celle qui relaie les discussions est conscient-e de s’adresser à un public non expert et peut donc faire des efforts d’adaptation de son propos. Nous avons ainsi pu suivre une soutenance sur les femmes de la noblesse castillane au XVe siècle (2019), sur les réseaux de résistance en 1940-1945 (2020). Cet usage est peut-être un peu moins d’actualité cette année puisque, pandémie oblige, il est désormais possible d’assister en visioconférence aux soutenances qui nous intéressent.

Des discussions récurrentes touchent à la bibliographie : un hashtag, #VendrediLecture, permet de discuter des lectures courantes de chacun. Lors du petit sondage que Caroline a lancé, de nombreuses réponses évoquaient la circulation des livres. Cité par notre collègue de l’Université du Luxembourg, Benoît Majerus, le hashtag #histpsych permet de se tenir au courant des publications les plus récente en histoire de la psychiatrie. Sur Twitter, les discussions bibliographiques sont un espace de conversation scientifique, d’échanges d’arguments autour de la nécessité de lire telle ou telle publication, voire de discussions des démarches des différentes écoles historiographiques.

Ces discussions ne se cantonnent pas au « virtuel ». Nous en sommes un bon exemple : le projet Le goût de l’archive à l’ère numérique est né d’un échange de tweets alors que nous ne nous connaissions pas, et a démarré alors même que nous ne nous étions jamais rencontrés dans un espace « physique ». Plus généralement, de ces discussions découlent des rencontres, des publications, des enseignements et bien d’autres éléments : les discussions sur Twitter nourrissent et enrichissent nos activités scientifiques et d’enseignement.

Stocklib / taneso99o

Ces échanges se tiennent malgré les contraintes du réseau : un tweet est un « objet » particulièrement limité: 280 caractères. Les critiques les plus courantes sur Twitter portent en particulier sur cette brièveté. Comment développer une pensée en si peu de caractères, sans la caricaturer ou l’appauvrir ? On oppose ainsi la complexité et la finesse des raisonnements développés dans des espaces ad hoc et la pauvreté de la discussion sur le réseau. Cet argument fait cependant fi de l’imagination et de la créativité des utilisateurs et utilisatrices de Twitter d’une part, et de l’usage du « lien », au cœur du web, d’autre part. Les pratiques des utilisateurs sont fondamentales pour comprendre Twitter : un discours complet peut s’y déployer grâce à la pratique du « fil » (thread), c’est-à-dire d’une suite de tweets liés entre eux qui créent un propos intelligible. Ces fils sont couramment utilisés pour raconter l’histoire à un large public ou pour présenter des trouvailles archivistiques, ici par Catherine Kikuchi par exemple. S’arrêter à la brièveté des tweets, c’est méconnaître la place de l’hyperlien dans la conversation sur le Web ; dans un tweet, le lien peut nourrir un argument d’un exemple, renvoyer vers un billet de carnet de recherche qui déploie un argumentaire dans son ensemble, renvoyer vers un document d’archive, un article de revue, un livre, etc. Twitter, comme Facebook, snapchat, TikTok, etc, doit être replacé dans un environnement numérique bien plus large.

Un appel à témoignages lancé le 8 février nous a permis de récolter différents témoignages de ce que Twitter a apporté au travail scientifique des dizaines de chercheurs et chercheuses qui ont répondu. Il suffit de cliquer sur cet arbre pour explorer toute la palette des apports :

Suivre ce lien pour visualiser les réponses

La lecture de ces réponses montre quelques aspects qui se détachent plus nettement. On peut d’abord y trouver une aide très concrète dans la résolution de problèmes : identifier un objet, décrypter une inscription ; le réseau est beaucoup utilisé pour les difficultés de paléographie. Cette aide n’est pas seulement technique : on lit tout à la fois la façon dont se mettent en place des solidarités mais aussi des réseaux de discussion qui débouchent sur des invitations en conférence, séminaire ou encore du mentorat. Le réseau permet aussi de découvrir les activités d’autres laboratoires éloignés. C’est aussi un espace où l’on trouve des idées et où l’on assiste à des discussions grâce à la fonction de veille. Cette activité de veille conduit à expérimenter une forme de sérendipité qui conduit, pour citer une chercheuse du réseau, à

une grande extension du regard, qu’il s’agisse d’objets ou d’approches, et en conséquence une grande extension épistémologique, méthodologique et bibliographique.

Cela ne signifie pas néanmoins que Twitter soit un espace enchanté dans lequel chercheuses et chercheures évolueraient dans un champ de fleurs sous un soleil doré. Nous reviendrons sur ces aspects un peu plus loin.

Un espace de controverse scientifique

Sur Twitter, la conversation scientifique tourne parfois à la controverse. Certaines de ces controverses ont opposé chercheurs et chercheuses à des déclarations politiques, par exemple les historiens et les historiennes qui ont réagi aux propos d’Emmanuel Macron sur Philippe Pétain en novembre 20188, ou encore les sociologues qui ont eu à se défendre de diffuser une « culture de l’excuse », formule de Manuel Valls en 2016. Ces controverses peuvent aussi opposer des membres de la communauté académique. Nous nous arrêterons sur deux exemples : la sortie récente d’un livre de Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, les péripéties de la « commission Duclert » sur les archives françaises relatives au Rwanda.

La publication récente d’un livre de Gérard Noiriel et Stéphane Beaud, Race et sciences sociales : Essai sur les usages publics d’une catégorie, a donné lieu à des discussions extrêmement denses et serrées autour des concepts de race et d’intersectionnalité en sciences sociales. La conversation a en réalité débuté en amont de la sortie du livre, autour d’un article intitulé « Impasse des politiques identitaires » que les deux auteurs ont publié dans le Monde Diplomatique. Cet article a suscité plusieurs réponses argumentées sur différents supports : des fils (les « threads » évoqués plus haut), des billets publiés sur Mediapart et ensuite relayés et discutés sur Twitter, ici celui de Norman Ajari. La sortie du livre a confirmé l’intensité du débat qui est depuis devenu une controverse. Les recensions critiques se succèdent : dans ce long fil, Pascal Marichalar prend le temps de revenir sur sa lecture et de pointer les problèmes posés par le livre selon lui : l’impasse sur des thématiques essentielles au sujet, l’absence de lectures sur un champ pourtant déjà riche, une présentation faussée des chercheurs et chercheuses mobilisant la notion de race. Le fil inclut une vingtaine de tweets qui renvoient pour terminer à des éléments bibliographiques. Il serait donc vain ici de réduire la discussion à des attaques personnelles motivées par la seule volonté de nuire aux auteurs du livre. Dans cette controverse, Twitter est un espace particulièrement intéressant à analyser parce qu’on y voit tout à la fois chercheurs et chercheuses débattre entre eux, mais aussi les lectures et appropriations de la discussion de la part d’un public plus large, sans oublier les régimes argumentaires qui se déploient. La longue carrière et les apports très importants des deux auteurs à leurs disciplines sont ainsi régulièrement rappelés, et les détracteurs et détractrices sont invitées à aller lire leurs travaux. La controverse est à la fois scientifique et politique : certaines critiques portent sur la méthode des auteurs et les données qu’ils choisissent de mettre en avant, d’autres s’interrogent plus directement sur les conséquences politiques d’une démarche qui refuserait de « voir » la race dans les configurations sociales.

Stocklib / iuphotos

Les représentations du réseau comme seul lieu de lynchage et/ou d’intintelligence collective peuvent malheureusement conduire à une lecture erronnée des discussions qui s’y tiennent. Le 28 octobre 2020, le Canard Enchaîné puis Guillaume Ancel mettent en cause le propos de l’historienne Julie d’Andurain dans une notice de dictionnaire consacrée à l’opération Turquoise dans le cadre du génocide des Tutsi du Rwanda (1994). Le texte de Guillaume Ancel, puis celui de Théo Englebert sur Mediapart, pointent l’usage par l’historienne de sources biaisées au service de thèses révisionnistes, sur fond de soutien de la thèse du double génocide. La discussion se déplace alors sur Twitter puisque Théo Englebert diffuse son article qui est ensuite commenté et parvient jusqu’aux cercles universitaires. Des tweets – véhéments mais non injurieux – cherchent à interpeller l’historienne ainsi que d’autres collègues. Le 6 novembre, L’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche envoie, via sa liste de diffusion, un message public de soutien à Julie d’Andurain, dans les termes suivants. L’association :

tiennent à exprimer avec force leur indignation face à la campagne calomnieuse dont est victime sur les réseaux sociaux notre collègue Julie d’Andurain, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et membre de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994). C’est à ce dernier titre qu’elle est scandaleusement accusée d’avoir « publié des écrits s’appuyant sur des thèses négationnistes ».
Sur la place de la France dans la tragédie du Rwanda, il y aura sans aucun doute, après la publication des résultats de cette Commission présidée par Vincent Duclert, un vaste débat scientifique qui devra respecter les règles déontologiques de la recherche historique : être nourri par des arguments et contre-arguments fondés sur l’examen critique et croisé des documents ; développer des analyses contextuelles des faits ainsi que des représentations sociales de ces faits à l’époque étudiée ; se dérouler dans le respect mutuel entre contradicteurs s’il y a contradiction entre les interprétations ; s’interdire les anathèmes, les invectives ou les attaques personnelles. Or, dans la présente campagne lancée dans les réseaux sociaux à l’encontre de Julie d’Andurain, les messages sont marqués par la volonté haineuse de délégitimer notre collègue afin de stériliser à l’avance le débat tant attendu.

Ce texte est particulièrement intéressant par ce qu’il dit de la perception des réseaux sociaux ; y sont opposés « le vaste débat qui devra respecter les règles déontologiques », et « l’anathème, les invectives ou les attaques personnelles » qui serait le fait des réseaux sociaux (ici, Twitter) ; il est ajouté qu’il y aurait une « campagne » marquée « par une volonté haineuse ». En fait de campagne, il ne s’agissait principalement de tweets qui relayait les publications – argumentées – de G. Ancel et T. Englebert. Dans ce cas, on constate que le raidissement face aux critiques émises à l’égard de cette collègue est la conséquence d’une perception du réseau comme un lieu irrationnel dans lequel l’existence d’une discussion argumentée n’est pas véritablement envisagée. Le réflexe disciplinaire a alors pris le pas sur l’analyse du contenu exact de tweets qui dénonçaient le texte de Julie d’Andurain. Lorsque d’autres collègues sont intervenus – des collègues bien installés dans le champ académique et dont la légitimité était difficilement contestable – l’association n’a pas tardé à revenir sur sa position initiale, reconnaissant son erreur et annoncant la démission de son bureau. On peut cependant remarquer que le second message diffusé persiste et signe quant à sa présentation « des réseaux sociaux », précisant que la réaction initiale était liée au fait que l’historienne « était prise à partie sur les réseaux sociaux, dont le rôle croissant dans les débats académiques et la violence nous inquiètent. » Si nous ne savons pas ce qu’il en est pour Facebook, l’analyse fine des tweets ne permet pas de montrer qu’il y ait eu une campagne haineuse à l’égard de Julie d’Andurain, mais bien par contre environ trois cents tweets d’interpellation de la communauté universitaire et de questionnement de la légitimité de la commission de travail sur les archives. De même, on est en droit de se demander ce qui permet d’affirmer « le rôle croissant » des réseaux sociaux dans les débats académiques, et en quoi cela apparaît comme un problème : sur quelles données se fonde cette affirmation ? S’agit-il d’intuitions, d’expériences vécues par les collègues ? Ou encore d’une prévention de principe contre la conversation qui se tient sur un réseau social numérique ? On aurait pu s’attendre à ce que, loin de délégitimer ce qui venait de se produire sur Twitter – l’association se félicite au contraire que la communauté historienne ait pu y trouver des interlocuteurs et interlocutrices vigilant-es sur les textes qui sont produits au sujet du Rwanda.

On le voit donc avec ces deux exemples, l’espace de Twitter n’est pas celui du calme feutré qui règne devant les buffets de petit-déjeuner des congrès, au sens où les critiques qui peuvent s’y exprimer le sont de façon beaucoup plus tranchantes et directes que « la question en forme de remarque » traditionnellement posée en fin de conférence ou de communication.

via GIPHY

La conversation scientifique qui s’y tient n’est absolument pas à l’abri des violences qui existent dans les échanges académiques « in real life ». Elle peut même être particulièrement inconfortable car les codes de discussion à adopter sont rarement aussi explicites que dans le couloir du laboratoire ou la salle du colloque, alors même que le fonctionnement du réseau favorise l’horizontalité et le gommage des statuts différenciés – et pourtant très réels – des chercheurs et des chercheuses qui s’y expriment. Faut-il adopter le tutoiement ? Dans quelle mesure une discussion franche peut-elle avoir lieu quand elle oppose des chercheurs et chercheuses précaires et des titulaires ? Les relations de pouvoir et les situations ne disparaissent pas. On a vu récemment des collègues titulaires bien installés dans le champ médiatique traiter avec la plus grande légèreté – peut-être devrions nous dire mépris – le propos d’une jeune chercheuse. Nous sommes bien obligés d’admettre ici que, pour que la conversation scientifique puisse avoir lieu sur le réseau, ceux et celles qui l’animent doivent veiller eux-mêmes à en respecter les codes.

L’exposition de la conversation scientifique – le fait qu’elle ait lieu en public, mobilisant un grand nombre – crée d’autres problèmes. Cela signifie que les propos des universitaires sont parfois confrontés à des publics dont les modes de raisonnement sont différents, dont l’horizon d’attente n’est pas toujours la démonstration patiente de faits nuancés, ou encore à des individus qui n’hésitent pas à avoir recours à la violence verbale ou à l’accusation lapidaire. La densité des réactions suscitées conduit alors certains et certaines collègues à désactiver ou protéger régulièrement leurs comptes pour retrouver un peu de calme. Si Twitter est bien un espace de controverse scientifique, cette controverse ne se déroule pas « à l’abri » d’autres cercles, au contraire de la conversation scientifique classique – non pas que le cadre classique soit safe, mais il est en tout cas plus feutré dans son mode d’attaque. On peut d’ailleurs noter que d’autres outils couramment utilisés, comme les listes de diffusion, ne font pas l’objet du même type de critiques, alors qu’ils peuvent être tout aussi délétères tout en étant spécifiquement académiques.

Conclusion : pour une discussion lucide et apaisée à propos des réseaux sociaux numériques

Ce billet n’a pas pour objectif de présenter une vision naïve ou enchantée de Twitter. Nous sommes tous deux sur le réseau depuis suffisamment longtemps pour avoir assisté à d’innombrables épisodes de harcèlement ou de violences. Les témoignages reçus pointaient d’ailleurs aussi les limites et risques de la conversation scientifique sur Twitter. Nous sommes conscients que nombre de chercheurs et chercheuses sont en quête de lieux d’échanges en ligne qui soient apaisés. Nous pensons simplement que balayer d’un revers de main les possibilités offertes par le réseau ou refuser d’admettre que des discussions scientifiques y ont lieu n’est pas le meilleur moyen de travailler à la mise en place de ce cadre apaisé. Par delà les imprécations, si les chercheurs et chercheuses investissent ce réseau, c’est qu’il répond à un besoin. Nous souhaitions donc par ce billet montrer toute la richesse de ce qui s’y passe.

Enfin, il nous semble qu’un autre élément ressort avec force : Twitter est ouvert, au sens où les discussions entre chercheurs et chercheuses touchent un public large. Cette ouverture est un avantage – faire connaître nos méthodes, nos travaux – et un risque, celui de l’agression venue de comptes qui se soucient peu de la discussion académique. Cette double dimension doit nous rester en tête dès lors que nous discutons, dans le sillage de l’histoire publique, de la conversation scientifique en ligne.

  1. Quelques exemples sont donnés dans cet article du Monde qui montre aussi l’ambivalence de ce réseau social numérique. []
  2. Marin Dacos, Pierre Mounier, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée » dans Lieux de savoir, T.2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, 2010. []
  3. Pour une définition des réseaux sociaux numériques, voir: Boyd, Danah M., et Nicole B. Ellison. « Social Network Sites: Definition, History, and Scholarship ». Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, nᵒ 1, octobre 2007, p. 210‑30. Wiley Online Library, doi:10.1111/j.1083-6101.2007.00393.x. []
  4. Burgess, Jean, et Nancy K. Baym. Twitter: A Biography. New York University Press, 2020. []
  5. Pour des exemples du pire, ainsi que des moyens d’y remédier, nous vous renvoyons à Boullier, Dominique. Comment sortir de l’emprise des réseaux sociaux. Le Passeur, 2020 []
  6. Voir également : Mehlman Petrzela, Natalia. « 31. Navigating Social Media as an Academic ». The academic’s handbook, édité par Lori A. Flores et Jocelyn Olcott, Fourth edition, Revised and Expanded, Duke University Press, 2020. []
  7. Sur les archives, nous pouvons citer l’exemple donné par Véronique Beaulande. De nombreux autres exemples nous ont été envoyés et nous ne pouvons les reproduire tous ici. Nous remercions toutes celles et ceux qui nous ont répondu à notre petit sondage. []
  8. Un article sur le sujet devrait être publié par Frédéric dans les mois à venir. []

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/03/2021

    […] C’est d’ailleurs aussi intéressant de découvrir comment se fait la science et à ce sujet, je recommande le billet de Frédéric Clavert et Caroline Muller sur Acquis de conscience : « La conversation scientifique sur Twitter ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search