(3) Petite cuisine de la mémoire / 1. Le livre de recettes

 

Dans le mini-corpus d’archives familiales figurent en bonne place les carnets et autres livres de recettes. J’étais persuadée que les plus anciens remontaient à ma grand-mère, aussi ai-je été très étonnée, en observant les dates d’impression, de constater que certains ont appartenu à mon arrière-grand-mère (1929). Comme je l’expliquais dans le billet précédent, les femmes ont une place prépondérante dans la construction de la mémoire dans les familles des milieux populaires ; cette sensibilité à la mémoire culinaire est à comprendre dans ce contexte de genre. Cela ne veut pas dire que la transmission des recettes et autres livres de cuisine est systématique, ni que toutes les femmes des milieux populaires ont un attachement à la mémoire culinaire ; on verra d’ailleurs que, dans le cas de ma grand-mère, il faut sans doute nuancer le folklore un peu naïf de la « cuisine de grand-mère », synonyme dans les imaginaires d’authenticité, de nostalgie ou encore de tour de main perdu dans le vilain monde de l’industrie agro-alimentaire 1. Appliquons à nouveau la recette des textes précédents : comment ces livres me sont-ils parvenus ? Pourquoi ma grand-mère, puis ma mère, les ont conservés ? Quel était l’usage du petit cahier Clairefontaine dans lequel sont répertoriées cinquante deux recettes, sans compter les feuilles volantes et autres découpes dans les journaux ? Pour comprendre tout cela, nous2 devrons réfléchir tout à la fois à cet objet de la recette et du livre de cuisine, au poids de l’alimentation dans le travail domestique d’une femme des années 1950, enfin à la place de cela dans les transmissions familiales. Je crois bien que nous aurons besoin de plusieurs billets pour tout cela !

« Le nouveau livre de cuisine », « La cuisine familiale », « 300 recettes Seb »

Débutant ma petite investigation dans ces livres de cuisine, j’ai rapidement cherché à comprendre ce qu’il en était de ce marché. En effet, pour avoir recours à un livre de cuisine, il me semble qu’il faut que plusieurs conditions soient réunies : savoir lire, connaître le système métrique utilisé dans l’ouvrage (le kg, le cl) ou encore, plus simplement… vouloir réaliser des plats qu’on ne connaît pas ou diversifier son alimentation. J’ai alors mené ma petite enquête auprès de mon père, qui a passé sa prime enfance dans une famille d’agriculteurs dans les années 1960 : il mangeait principalement des pommes de terre, du lait, de la viande (porc) – et au total des produits venant directement de l’exploitation. J’ai ensuite complété avec des sondes dans la bibliographie. Si nous comparons ce mode d’alimentation avec celui présenté dans le livre de cuisine de mon arrière-grand-mère maternelle Marie-Thérèse (1929), on perçoit immédiatement le décalage avec le raffinement présenté dans les recettes, alors même que mon arrière-grand-mère était elle-même paysanne. Alors, pourquoi le livre de cuisine ? Je me suis donc mise en quête d’études sur ce sujet de l’émergence du marché du livre de cuisine, pensant avec amusement à mon propre rayon gourmand émaillé d’Ottolenghi.

Etonnamment, il semblerait que cette question ait peu intéressé les historiens et les historiennes du contemporain, alors qu’il existe de multiples travaux sur le livre de cuisine aux époques médiévales puis modernes. Je n’ai pas trouvé d’historique précis de cette naissance du livre de cuisine contemporain : je dois donc travailler à partir d’éléments glanés ici et là dans des articles plutôt consacrés à l’époque moderne3. S’il existe des recueils de recettes depuis l’Antiquité, les historiens et historiennes identifient un vif développement de ces ouvrages à partir du XVe siècle et de l’imprimerie, qui correspond aussi à un moment de codifications de règles culinaires orales. Entre 1650 et 1789, Alain Girard répertorie en France près de 200 éditions et cette diffusion du livre de cuisine culmine avec la publication de La cuisinière bourgeoise (1746), dont le succès témoigne « d’une diffusion sociale élargie des raffinements culinaires et de l’entretien d’un modeste train de cuisine par un nombre croissant de gens ». Il faudrait bien sûr définir ce qu’on entend précisément par « livre de cuisine » car la forme met du temps à se stabiliser, les éditeurs hésitant entre intégration dans des traités de savoir-vivre, des traités ménagers ou encore des recueils de recettes séparés. Je ne sais pas très bien ce qui se produit ensuite au XIXe siècle, si ce n’est qu’on voit se développer des ouvrages « de cuisine ménagère » signés par des femmes :

Alors qu’en France, contrairement à de nombreux autres États voisins, comme le Royaume-Uni ou les pays germaniques, les auteurs de livres de cuisine étaient au XIXe siècle majoritairement rédigés par des hommes, cela commence à changer à la fin du siècle, avec la multiplication des ouvrages dédiés à la cuisine ménagère. (Hache-Bissette, 2015)

Les livres détenus par ma grand-mère témoignent du fonctionnement du marché du livre à partir de l’entre-deux-guerres : ce sont des livres qui sont plutôt peu chers, qui répondent aux logiques dites « de niche », que ce soit celle du mode d’alimentation (300 recettes culinaires pour maigrir) ou des outils techniques (300 recettes Seb pour la cocotte-minute), sans oublier le livre de cuisine « encyclopédie », type La bonne cuisine française de Marie-Claude Bisson. Il reste que mes investigations n’ont pas permis de comprendre précisément qui achète quoi, et pourquoi, à partir des années 1950. J’essaie de faire un petit exercice de projection et de me placer dans la tête de ma grand-mère, mariée en 1950, lorsqu’elle achète La cuisine familiale de Pellaprat chez Flammarion (1955), dit « l’éditeur des chefs » et leader de ce marché.

La rupture biographique (évoquée ici) et le passage du monde agricole à celui de la petite épicerie a du nettement changer le mode d’alimentation du couple ; tout comme le passage à la petite banlieue et au pavillon mieux équipé, quelques années plus tard. Dans ces conditions, les déménagements ont du provoquer à la fois des transformations matérielles (équipement, lieu de vie) mais aussi sociales, de nouvelles fréquentations, peut-être de nouvelles façons de recevoir et un voisinage aux habitudes différentes. Ma grand-mère a peut-être cherché dans ces achats de livres des indications et des outils pour gérer au mieux ces transitions. En effet, les livres de cuisine des années 1950 à 1970 comportent de nombreux passages qui touchent aux questions d’étiquette culinaire ou de savoir-vivre à table (on y reviendra). Ses choix ont du se porter sur les ouvrages dont il était fait publicité dans les journaux ou magazines4.

Dans le billet suivant, on reviendra sur le décalage qu’on peut observer entre la position sociale du couple formé par mes grands-parents (petite classe moyenne) et la teneur des contenus proposés par ces livres. Je ferai ainsi des hypothèses sur les usages de ces livres, en observant en particulier la façon dont ils ont été marqués et manipulés.

Table des matières, La cuisine familiale, Flammarion, 1955

  1. J’aimerais beaucoup d’ailleurs lire une étude sur « l’invention de la cuisine de grand-mère » et ce qu’elle dit de notre perception d’un passé perdu. 🙂 []
  2. Les habitués et habituées de ce carnet savent qu’il ne s’agit pas d’un « nous » qui masquerait le « Je » mais bien d’un nous d’invitation à réfléchir avec moi. []
  3. Alain Girard, « Le triomphe de “La cuisinière bourgeoise” Livres culinaires, cuisine et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 24-4, 1977, p. 497‑523 ; Jean-Claude Bonnet, « Les manuels de cuisine », Dix-Huitième Siècle, 15-1, 1983, p. 53‑63 ; Françoise Hache-Bissette, « L’évolution du livre de cuisine : du livre pratique au beau-livre », Le Temps des médias, n° 24-1, 2015, p. 97‑116. []
  4. Voir la place de la publicité ménagère dans Marie-Claire par exemple : Alexie Geers. Le sourire et le tablier. La construction médiatique du féminin dans Marie-Claire de 1937 à nos jours.. Histoire. Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2016. Français. ⟨tel-01375635⟩, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01375635 []

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search