(3) Petite cuisine de la mémoire / 3. Se souvenir du grain de sel

 

Le carnet et les livres de ma cuisine de ma grand-mère, ensuite transmis à ma mère, permettent de raconter une époque mais aussi un pan de trajectoire biographique, disais-je dans un précédent billet. J’expliquais aussi que les collages, découpages et autres recopiages de recettes ne permettaient pas vraiment de déceler une créativité culinaire dans la cuisine de Mamy Colette. Evidemment, je suis allée un peu vite en besogne, pour éviter de me heurter tout de suite à un problème majeur pour les historiens et les historiennes : comment faire l’histoire des tours de main ? comment faire l’histoire du grain de sel ajouté à la recette ? Est-ce que c’est important ? Dans l’imaginaire partagé de la « cuisine de grand-mère » se mêle d’hétéroclites représentations : des produits peu transformés, frais, peut-être même cultivés sur place ; des recettes répétées de générations en générations ; une image d’authenticité ; des techniques et des pratiques du « fait maison », c’est-à-dire du « tour de main ». Le « tour de main » pourrait se définir comme l’ensemble des gestes, acquis par formation et entraînement, permettant de réaliser des productions dépassant la qualité de celles des néophytes : savoir pétrir une pâte, en connaître les dosages, savoir découper une carcasse, choisir un couteau, foncer une tarte (…) C’est aussi un « coup d’œil » expert sur la cuisson du soufflé, celle du poisson ou encore sur la qualité d’un légume pour une préparation. Or, si les carnets et livres contiennent la plupart du temps des conseils à ce sujet, ils ne permettent pas de savoir véritablement ce que ma grand-mère faisait dans le quotidien de sa cuisine.

Le tour de main des…liqueurs 🙂

Pour construire une histoire et une mémoire des gestes, plusieurs pistes sont possibles. L’histoire matérielle et l’histoire des objets nous aide à nous représenter les usages et manipulations passées : l’entrée de la cocotte Seb ou du mixeur électrique dans la cuisine de ma grand-mère signalent de nouveaux usages (le robot plutôt que la main). On peut ainsi deviner certains tours de main d’après l’abandon ou l’invention d’objets : on ne cuisine pas avec les mêmes casseroles sur un feu direct, un poêle, une plaque classique à gaz ou sur une plaque à induction, et le choix même de la casserole oblige à adapter son geste. C’est sans doute la raison pour laquelle les magnifiques batteries de casseroles en cuivre servent désormais de décoration dans les cuisines anciennes. Une autre possibilité est de mener une enquête ethnographique et/ou de l’histoire orale, c’est-à-dire d’aller interroger des témoins ; dans notre cas, ma mère n’est plus là pour répondre, et mes souvenirs sont particulièrement flous. On pourrait donc envisager d’interroger mon oncle. Je doute néanmoins que ce soit très utile, parce que le tour de main s’inscrit dans un quotidien domestique qui le rend peu visible et peu mémorable, à moins qu’il ne soit spectaculaire1. Je suis devant les livres de cuisine de ma grand-mère comme les historiens et historiennes du travail sont devant les gestes ouvriers : comment en reconstituer l’émergence, la finesse, les inflexions quand tout n’est pas passé à l’écrit et que les témoins ont disparu ? J’aime à me représenter la cuisine de ma grand-mère comme l’établi de Demarcy dans le livre de Robert Linhart : hétéroclite, braconnière, adaptée aux nécessités du lieu, recelant des années d’ingéniosité accumulées – mais je ne peux pas véritablement affirmer plus.

Cette question de la mémoire du tour de main, au fond, en cache une autre : puisque finalement ces documents ne disent pas grand’chose de la cuisine réelle de ma grand’mère, pourquoi les avoir conservés et les transmettre ? Je soupçonne que les logiques de transmission soient en fait différentes selon les générations. Prenons le premier livre, Le nouveau livre de cuisine de Blanche Caramel, édition de 1929. Comme la date l’indique, ma grand-mère Colette le tient certainement de mon arrière-grand-mère Marie-Thérèse. J’ai du mal à comprendre pourquoi une paysanne de Bouligney, en Haute-Saône, est entrée en possession d’un ouvrage de cuisine aussi… bourgeois dans ses formulations et propositions. J’ai deux hypothèses : mon arrière-grand-mère est mariée depuis moins de trois ans en 1929 et il s’agit d’une sorte de cadeau de mise en ménage, en particulier parce que cette édition intègre un chapitre « comment monter son ménage ».

Blanche Caramel, « pour monter son ménage »

L’hypothèse est cependant bancale parce que théoriquement, dans les campagnes françaises, la force des usages est telle que Marie-Thérèse bénéficiait déjà de l’aide de sa mère et de son entourage féminin et que le recours au livre pour l’apprentissage de la gestion du quotidien me paraît douteux. La seconde hypothèse est que le livre de Blanche Caramel est un tel best-seller (regardez la couverture presse dans Gallica) qu’il est devenu un outil courant dans toutes les familles des années 1920, même celles qui n’en avaient pas un usage très précis. Là aussi, mon hypothèse est un peu bancale, faute d’en savoir plus sur les pratiques de consommation culturelle de mes ancêtres, sans compter que le livre a visiblement été utilisé ; il n’est pas sagement resté dans un buffet après l’achat. Je comprends par contre plus facilement la transmission du livre à ma grand-mère Colette qui, elle, n’est pas restée auprès des siens puisqu’elle s’est installée avec mon grand-père à Darney rapidement après son mariage, puis à Froideval dans un pavillon de proche banlieue de Belfort. Elle avait donc des raisons beaucoup plus évidentes d’avoir recours au livre : la rupture du lien quotidien à l’entourage, ainsi qu’une mobilité sociale et ce que cela implique (et qui est décrit dans ce billet). Je pense aussi que cette trajectoire de vie explique dans une certaine mesure l’accumulation des fiches de cuisine et de la documentation en tout genre. La transmission suivante est celle qui parvient jusqu’à ma mère : jusqu’en mars 2021, le carnet et les livres lui appartenaient encore, et elle les utilisait régulièrement pour certaines recettes comme les beignets aux pommes – février 2021.

La recette des beignets aux pommes.

Je ne crois pas cependant que pour ma mère, la conservation de ces archives culinaires relevait prioritairement d’une nécessité pratique : sa cuisine était fort différente de celle de ma grand-mère, et sa propre trajectoire biographique me laisse penser qu’elle a certainement appris ou réappris seule à nourrir une maisonnée2 Qu’en penser alors ? Pourquoi, lorsque la maison a été vidée, a-t-elle emporté tout ceci ? Je crois que cela tient à nouveau à ce qui est mémorable, c’est-à-dire la façon dont nous pouvons donner aux objets une fonction de remémoration : du soin que ma grand-mère mettait à ses préparations, du temps que ma mère a passé dans la cuisine en gribouillant les livres (voir le billet précédent), au plaisir des grandes tablées. Du souvenir concret de ma grand-mère organisant le bien-être de sa fille, de ses petits-enfants, de sa famille – livres et carnet sont peut-être alors le pendant sensoriel des photographies. Il reste à éclaircir la dernière transmission et mon propre geste d’emporter avec moi ces livres et ce carnet à Rennes ; mais ces billets nous donnent déjà une idée.

  1. Mon père me racontait récemment des souvenirs du découpage des cochons dans une ferme des années 1960. []
  2. A un moment de la série, il y aura un billet sur tout ce qu’on doit laisser hors champ quand on se lance dans ce genre d’entreprise périlleuse d’historicisation familiale :-). []

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search