Demain souffle aux portes

 

En ce début d’année 2023, je suis en train d’écrire un papier sur le déjà long passé du format “blog” et ses devenirs possibles à l’heure de la concurrence de plateformes comme Instagram et Tiktok. C’est un exercice salutaire car il me permet de faire retour sur ma propre pratique en explorant celle des autres. Là comme ailleurs, les quatre dernières années ont été un temps de fort ralentissement de ma vie de blogging et de lectrice. Pourtant, cette replongée dans l’univers de blogs, particulièrement des carnets de recherche Hypothèses, re-suscite un désir que je n’attendais plus, abîmé par l’évolution des autres plateformes où se déploient ma sociabilité professionnelle et mes écritures. Twitter meurt à petit feu ; je n’ai pas totalement envie d’investir de mon temps sur Mastodon. Depuis quelques mois, j’expérimente une forme de retrait numérique inédite pour moi en dix ans.

Ce retrait numérique est aussi lié à des circonstances : l’entrée dans une vie de maîtresse de conférences en 2018, des épreuves personnelles qui se sont multipliées depuis 2019, enfin différents arrêts de travail liés à des problèmes de santé – dont une fracture des cervicales en 2022. Les quatre années qui viennent de s’écouler ont été affreusement difficiles et ont laissé peu de place à la recherche, à l’enthousiasme et au désir d’écriture. A un moment critique de l’histoire de l’université, moment où la précarité n’a jamais été aussi massive, il serait malvenu de m’étendre sur les effets de désillusion et de perte de sens suscité par le métier d’enseignante-chercheuse. Le mentionner permet cependant d’équilibrer l’équation et de mieux comprendre l’effritement de ma pratique d’écriture. 2022 a été un moment de réflexion intense sur les façons d’aménager mon travail, mes aspirations et de retrouver du plaisir à l’ouvrage sans être rattrapée sans cesse par des vagues de questions qui se transforment en tsunami d’anxiété

est-ce que c’est assez
je n’ai pas encore relancé de projet d’ampleur depuis ma thèse
je ne fais que rater
les autres écrivent des textes si importants
je voudrais que ça compte
je n’arriverai jamais à sortir de ce cycle
je ne ferai plus jamais de recherche et d’ailleurs ce que j’ai produit jusqu’ici est nul

 

Endiguer cela implique de sortir du sentiment d’illégitimité produit par le contexte institutionnel dans lequel nous évoluons : la mise en concurrence autour de la recherche sur projets, les primes, le manque de reconnaissance de nos engagements par nos universités, le sentiment de ne plus faire nos cœurs de métier – enseigner, chercher – quand nous sommes accaparés par le comptage d’heures dans le tableau Excel des maquettes de formation. On a beau connaître les règles du jeu, le fonctionnement du champ, savoir l’arbitraire des classements et hiérarchisations – on sort tout de même abîmé de cela. Le plaisir d’enseigner lui-même finit par s’éroder, alors même qu’en dix ans il ne s’était jamais démenti. Alors ?

Mi 2022, je me suis demandée si je savais toujours mener une recherche. Si j’avais toujours les ressources cognitives pour le faire. Si mon volume d’heures d’enseignement ne serait pas pour toujours un obstacle à un projet de recherche de long terme

Mais comment donc font les autres

A la rentrée 2022, je me brise une vertèbre dans l’escalier.

Mais comment vont faire mes L1
Il faut que je prévienne que je ne peux pas faire cours ce matin

 

Alors j’ai commencé à préparer la décélération, en sachant bien ce que cela coûterait aux autres : se retirer d’une tâche administrative, s’en tenir à ses heures de service prévues, cela signifie hélas faire reposer sur ses collègues son désengagement. Je me rassure en me disant qu’il s’agit de quelques années, le temps de retomber sur mes pieds et de réapprendre mon métier de chercheuse.

et celui de belle-mère
et celui de fille sans mère

 

Quelle place pour ce carnet de recherche dans ces transformations ?

J’ai envie de lui donner une place de témoin. De témoin tranquille et hebdomadaire du quotidien, de l’écriture. Un modeste billet par semaine, pas de ligne éditoriale, quelques mots sur les occupations du moment.

Je souhaite qu’il reste un espace de partage. J’envisage de transférer ici la veille mensuelle que je mène sur Twitter, de façon à en garder trace et de ne plus dépendre de la plateforme.

 

Du même pas

Un soir, hors de la fête,
Tu m’as fait escorte.
La vie nulle part ne s’achève
Mais vient le temps des marées

Le vent lasse les peines
Demain souffle aux portes
Rien n’est jamais perdu
De ce qui fut aimé.

Andrée Chedid


Citer ce billet
Caroline Muller (2023, 3 janvier). Demain souffle aux portes. Acquis de conscience. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n2qj

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. B.Laurent-Beyer dit :

    La vie nous rappelle souvent que rien n’est acquis, les ruptures ,les accidents sont aussi sources de questionnements, d’enrichissement pour qui sait s’y attarder.
    Ton changement de cap, professionnel et personnel , est heureux .
    À bientôt,
    Je t’embrasse.

  2. C’est une excellente idée que de donner au blog le rôle de témoin ou de “carnet de soi”. C’est ce qu’il était au début, puis tout est parti partout, dans tous les sens. Le rôle “simple” du carnet de soi à disparu, dévoré par les inventions d’écriture, les usages et mésusages de l’outil, puis relégué au fond du couloir par la frénésie des micro-publications. Mais comme toi, je pense qu’il y a encore une place pour l’écriture et le partage d’écriture. Notamment ici. Bonne reprise de mer!

    • Paul B aka Medieviz dit :

      Quand je dis “ce qu’il était au début”, comme dans presque tout le commentaire, je parle du genre de manière générale, pas du tien évidemment! Le tien a toujours été construit, aiguisé et lumineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search