# Veille : enthousiasmes de février 2023

En ce mois de février 2023, j’ai pu reprendre l’écriture et la lecture après un long mois de janvier presque tout entier dédié à la correction des copies d’examen. Côté réseaux sociaux, je n’ai pas encore trouvé de modus operandi très clair sur l’articulation Face****, Mastodon et Twi****. Comme je l’avais dit il y a quelques semaines, j’ai l’impression d’être en fin de cycle et de ne plus savoir véritablement quoi faire de ces espaces de discussion que j’ai pourtant mis des années à construire – et qui m’ont parfois valu des inimitiés. Je suis en ce moment dans une phase de prise de distance avec tout ceci – l’assimilation à “Madame Twi****” est devenue plus rude à porter dans les temps d’épreuves personnelles que je traverse. Bref ! Trêve de larmoiements, voici ce qui m’a émue, enthousiasmée et intéressée ce mois-ci.

Trois livres de sociologie ont retenu mon attention.

  • Le livre d’Erik Neveu, Des soixante-huitards ordinaires, retrace la trajectoire de militants “ordinaires ” de mai 1968, c’est-à-dire ceux qu’on a oublié, au sens où ils ne sont pas sur les plateaux de télévision pour en parler et ne “capitalisent” pas sur l’événement. L’enquête se concentre sur des militants bretons, ce qui me permet en même temps de mieux comprendre les racines sociologiques de “mes” étudiant-es de Rennes 2 : Erik Neveu propose des formes de généalogie de l’engagement, de socio-histoire locale du militantisme qui éclaircit beaucoup de mes interrogations sur le terreau militant rennais. C’est aussi un livre réconfortant (la sociologie l’est rarement, si ? ) au sens où l’auteur réduit en miettes le discours sur les trahisons des “soixante-huitards”, montrant au contraire que beaucoup ont poursuivi leurs engagements au cœur même de leur vie professionnelle quitte à renoncer à des ressources et situations confortables. Le premier chapitre me paraît par ailleurs essentiel : il reprend l’histoire des mémoires de mai 68 et l’historiographie, permettant de se repérer dans l’abondante production à ce sujet. Si l’on ajoute à tout cela une plume enlevée, drôle et parfois féroce, c’est une lecture tout à fait enthousiasmante.
  • Après le dense et stimulant Mérite, ce sont les Nouvelles portes des grandes écoles qu’Annabelle Allouch nous donne à lire. L’enquête porte sur les nouvelles formes de sélection des grandes écoles (Oxford, Essec et Sciences-Po) et interroge les effets des politiques d’ouverture sociale. La chercheuse montre comment les procédures de sélection se présentent – et sont présentées – désormais sous un angle moral et émotionnel, adoucissant justement l’aspect “procédural”. Il s’agit de susciter l’adhésion au processus de sélection par les candidats eux-mêmes, gagnants et perdants, qu’on accueille et console. Les personnels intermédiaires sont le nouveau nerf de ces dispositifs, car ce sont eux – chargés de mission, coordinateurs de dispositif – qui font le “travail de justification de l’action par la transparence ou la bienveillance”, inscrivant le passage d’un concours, ou la candidature à une formation sélective, dans une économie morale. Ces dispositifs ne modifient pas les mécanismes de reproduction sociale (voir “ne pas changer. Méthode”) mais déplacent leurs logiques de légitimité. A noter qu’Annabelle Allouch a eu le mérite d’aller parler de tout cela avec des interlocuteurs dont la rhétorique est pour le moins étrange.
  • J’attends de recevoir la Sociologie de la cause animale de Fabien Carrié, Antoine Doré et Jérôme Michalon. La place des animaux dans nos sociétés est un sujet qui me tracasse beaucoup et je suis toujours en quête de livres qui me feront réfléchir sans me faire basculer dans l’accablement.

 

Je n’ose pas insérer des photos d’extraits – montrant que je griffonne et surligne dans mes livres – sous peine de réveiller le kraken assoupi dans les grands amoureux de l’objet livre.

 

A propos d’objet livre, je me rends compte que je n’ai jamais partagé de Tom Gauld, dont l’univers est l’un de ceux qui me fait le plus rire au monde. Ici, des planches de la Revanche des bibliothécaires :

En parlant d’intelligence artificielle, j’ai contribué il y a quinze jours à une table-ronde sur les questions pédagogiques liées à ChatGPT. J’en ai profité pour lire l’excellent article de Pierre-Carl Langlais qui propose des explications sur le fonctionnement concret et l’histoire du chatbot : ChatGPT, comment ça marche ?

J’aime à rappeler qu’il n’y a pas “d’intelligence artificielle”, de machine learning ou d’algorithmes sans êtres humains pour les entraîner. C’est le cas pour ChatGPT, mais aussi pour tout ce que les robots ne savent pas (encore ?) prendre en charge : la modération des contenus. Cette tâche titanesque est menée par des travailleurs de l’ombre étudiés par Sarah Roberts dans Derrière les écrans. Les nettoyeurs du Web à l’ombre des réseaux sociaux.

Toujours côté numérique – et politique du numérique, on lira avec profit les éclaircissements juridiques apportés par Academia sur le recours à l’enseignement à distance (en visioconférence) pendant les mouvements sociaux.

Je termine cette veille du mois par des recommandations de podcasts.

  • Dans A voix nue – l’une de mes émissions radio préférées et presque hors d’âge (qui, à l’ère de la bataille de l’attention, laisse encore un ou une invitée parler pendant plusieurs heures ?) – a reçu Stéphane Audoin-Rouzeau il y a quelques mois déjà. Ce qu’il raconte dans la série est passionnant et la tonalité intimiste permet de faire vibrer autrement des récits que l’historien avait déjà donné à l’écrit (Quelle histoire. Un récit de filiation)
  • Olivier Manonni revient avec Patrick Boucheron sur la traduction de Mein Kampf dans le sillage de son excellent livre Traduire Hitler. Si bien d’autres thématiques sont abordées, c’est peut-être la question technique qui m’a le plus retenue : qu’est-ce que traduire un mauvais texte ? Qu’est-ce que le rapport à la “vérité” littéraire d’un traducteur ?
  • A défaut d’avoir déjà lu son livre – je vous en parlerai sans doute bientôt ! – Clélia Lacam, prix Mnémosymne, parle de son livre tout juste paru, Le Bleu et le Noir. Jeux de pouvoirs dans une mission catholique féminine (Gabon, 1911-1955). En historienne du fait religieux et du genre, j’ai été ravie de voir que cette histoire se poursuit, en particulier autour des missions, qui sont des terrains d’observation très riches pour qui s’intéresse aux liens entre genre et catholicisme.

Je finirai par une petite joie : celle de voir naître un Musée des féminismes à l’horizon 2027.

Excellent mois de mars à tous, bonnes lectures et bonnes écoutes !

Tom Gauld, La revanche des bibliothécaires

 



Citer ce billet
Caroline Muller (2023, 3 mars). # Veille : enthousiasmes de février 2023. Acquis de conscience. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n2qm

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search