# Veille : enthousiasmes de mars 2023

Un peu comme au temps de la correspondance papier triomphante, il va devenir de coutume, en ouvrant ces billets de veille, de m’excuser pour le retard pris à les écrire ! Le mois a été fort dense : entre deux trains à reprogrammer, je suis allée présenter les premiers résultats d’une recherche sur les “amoureuses de prêtres” en séminaire, puis j’ai donné une conférence introductive au colloque Respadon sur les archives du Web à Lille. J’ai beaucoup écrit et peu lu – je me sens régulièrement dépassée par le flot ininterrompu de publications d’autant que, si vous fréquentez ces lieux depuis un moment, j’ai tendance à lire peu en histoire. Si je suis plus précise, je peux dire que je lis peu d’ouvrages complets en histoire mais beaucoup d’articles ; si je dois consacrer plus de deux heures à une lecture, je crois bien que je la consacre plus volontiers à un roman ou de la sociologie. Cet aveu fait, voici cependant des ouvrages ou initiatives qui ont retenu mon attention ce mois-ci.

Puisque nous sommes sur un blog et que vous connaissez mon intérêt pour le lien entre histoire et numérique, je recommande ce mois-ci de consulter le rapport d’Openeditions (l’environnement dans lequel vous évoluez en ce moment même !) : il est riche en informations sur les usages de lecture numériques et l’état du blogging scientifique en France (et ailleurs).

Côté podcast, André Loez a tendu son micro à Gallica, bibliothèque nationale de France en ligne, dans un épisode qui revient sur la création de la plateforme et ses usages. Cet épisode va directement nourrir le projet CulturHist que je développe avec Frédéric Clavert sur les pratiques numériques “discrètes” des historiens et historiennes.

J’ai achevé ce mois la lecture d’un recueil d’articles brillant d’Amia Srinivasan, Le droit au sexe. Le féminisme au XXIe siècle. Je recommande en particulier l’article sur la pornographie (“Parler du porno à mes étudiants”), “Le droit au sexe” sur les limites de la notion de consentement pour penser les relations sexuelles et enfin “Ne pas coucher avec vos étudiants”, article qui devrait être affiché en police 26 dans les couloirs des UFR de France. Moi qui fréquente la littérature féministe depuis bien longtemps maintenant, j’ai trouvé là une liberté de ton et un tranchant dans l’analyse qui m’a donné envie de lire à nouveau, après un temps de “fatigue militante” les deux dernières années. C’est pour cela que j’ai placé dans ma liste de futures lectures l’ouvrage de Vanina Mozziconaci, Qu’est-ce qu’une éducation féministe ? Égalité, émancipation, utopie.

En histoire du genre cette fois, on trouve toujours des ressources dans la lettre d’information de la Société de démographie historique, consacrée à l’histoire de la famille au sens large. Celle de mars ne fait pas exception et propose un récapitulatif des séminaires et conférences qui abordent des thématiques comme le célibat, les sexualités, l’enfance. Enfin, je recommande vivement la lecture d’un article d’Isabelle Clair, “Nos objets et nous-mêmes. Connaissance biographique et réflexivité méthodologique” paru dans Sociologie (2022). La chercheuse, spécialisée dans les questions de genre et sexualités, invite à repenser la réflexivité dans l’enquête en livrant en particulier une lecture très stimulante de ce qu’est – et n’est pas ! l’épistémologie féministe.

Mon expérience a ainsi directement agi sur mon enquête : je me suis appuyée sur elle pour me comporter de manière crédible sur le terrain, pour mesurer les éventuels dangers auxquels j’étais susceptible de m’exposer, pour interpréter in situ les interactions que j’observais ou auxquelles je participais afin de pouvoir les restituer par écrit dans mon journal de terrain ; elle m’a soufflé des questions à poser et m’en a fait oublier d’autres, elle a rendu mon regard plus aigu sur certains détails et aveugle à d’autres ; c’est également d’elle qu’est en grande partie née ma question de recherche ainsi que le dispositif empirique mis en place pour y répondre, c’est elle qui m’a fait adopter le concept de genre et la théorie féministe.

Dans une note, on apprend que plusieurs jeunes chercheurs et chercheuses ont demandé à leur laboratoire de les accompagner dans les difficultés suscitées par l’exposition à des terrains sensibles telles que les violences sexuelles : cette démarche me paraît très riche et renvoie à la nécessité d’un encadrement-accompagnement plus pensé. C’est le travail que s’efforce de mener Myriam Houssay qui nous livre dans un remarquable billet co-signé avec Renaud Le Goix, des outils pour apprendre à accueillir et accompagner la souffrance des étudiant-es et personnels à l’université. Ce type d’initiative est crucial : le dernier numéro de la revue Mouvements documente les violences académiques ordinaires, que ce soit le harcèlement ou les violences sexistes.

Sur une note plus légère, j’ai arpenté ce mois l’œuvre d’Emily Dickinson avec grande joie. La poétesse m’accompagne depuis des années, au point d’avoir tatoué l’un de ses quatrains sur mon avant-bras gauche. Quel plaisir donc que la lecture croisée des deux livres de Dominique Fortier : Les Ombres blanches, consacré aux femmes de l’entourage de Dickinson qui ont préparé la publication des poèmes, et Les villes de papier, une biographie “de la recluse” dans laquelle l’autrice imagine la vie d’Emily enfermée dans sa chambre pendant toute la dernière partie de sa vie. Les deux ouvrages ont en commun d’être magnifiquement écrits et de tenir ensemble une narration splendide, sensorielle et une réflexion profonde sur la poésie et l’écriture.

A quoi mesure-t-on une vie ? Comment fait-on pour peser, où est la céleste balance dont parlent les Saintes Écritures ? Se compte-t-elle en enfants mis au monde, en livres écrits, publiés ? En tartes cuisinées, en gâteaux réussis, en chaussettes tricotées ? En êtres perdus, retrouvés, sauvés ? En pays visités, en territoires explorés ? En incendies allumés – ou éteints ? Aux lettres écrites, reçues, jamais envoyées ? Aux quelques mots gravés sur une stèle ? Au souvenir laissé dans l’esprit des vivants (mais alors, quand ces vivants auront à leur tour rejoint le royaume des morts et que le souvenir du souvenir aura disparu) ? Aux maisons construites, à l’argent gagné, dépensé, distribué ? Au bien qu’on a fait, aux services rendus ? Aux chats accumulés ? Aux oisillons rescapés ? Aux assiettes fracassées ou recollées ? Aux distinctions obtenues, aux médailles épinglées, aux emplois occupés ? Aux livres lus, prêtés, jamais publiés ? Aux fleurs cultivées, aux arbres plantés, aux fruits cueillis ? Et si Lavinia, non contente de brûler les lettres d’Emily, avait confié aux flammes les poèmes de sa sœur ? Une vie peut-elle se stérer en poèmes, comme on compte les pieds dans un alexandrin ?

 



Citer ce billet
Caroline Muller (2023, 7 avril). # Veille : enthousiasmes de mars 2023. Acquis de conscience. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n2qn

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search