La “Perle des encres” : à propos du commerce de l’encre à la fin du XIXe siècle

Cette recette d’encre rouge est publiée dans le Bulletin de la Papeterie en 1880. Ce bulletin s’adresse aux “papetiers-imprimeurs, relieurs, fabricants de registres, etc.; aux  marchands et fabricants de tous les articles qui composent le détail du commerce de la papeterie” et se donne pour but “d’aider au développement  simultané de toutes les divisions de la papeterie”1. Cette revue donne à voir les “recettes” de papetiers, fabricants et revendeurs, en pleine effervescence dans le dernier tiers du siècle : les goûts, consommations et besoins en papier, encre et matériel de bureau se transforment rapidement. J’écris depuis quelques jours un article sur le sujet. Dans mes premiers travaux et ma thèse, les correspondances et journaux personnels constituaient l’essentiel du corpus de sources, et j’avais regretté de n’avoir pas le temps de m’intéresser à l’histoire matérielle de ces objets, alors même que les épistoliers et épistolières passent leur temps à discuter de leurs outils d’écriture : le papier est trop fin, ou trop épais, la plume coule, il manque une table stable, désolée d’avoir écrit dans la marge ! on fera mieux la prochaine fois.

J’ai donc profité d’une invitation à contribuer à un ouvrage collectif sur la correspondance pour me plonger dans cette histoire matérielle des objets de la correspondance : j’ai un peu parlé du “papier chagrin” ou “papier-deuil” sur Twitter, et ce billet sera consacré… à l’encre et aux encriers. On pourrait passer plusieurs mois ou années à faire l’histoire de la papeterie tant la documentation abonde : les revues professionnelles, les brevets d’inventions, les catalogues commerciaux, les publicités, etc.

Fabriquer et vendre de l’encre

Un premier coup d’œil dans les annonces du Bulletin de la Papeterie (1878-1905) permet de se rendre compte de la multiplicité des encres. Sur l’annonce ci-dessus, le fabricant Gardot propose des encres destinées à plusieurs usages. L’encre “communicative” ou “à copier” permet de produire une copie d’une lettre en la pressant sur un papier pelure, usage répandu pour la communication commerciale avant l’invention de la dactylographie. L’encre noire classique est une encre d’écriture ordinaire. On trouve aussi du carmin, du bleu de Prusse et du violet, plutôt destinés à des usages “techniques” comme le dessin. L’encre “poudre” se dissout dans l’eau. Dans une autre annonce (ci-dessous), on voit émerger la catégorie d’encre “à marquer le linge”.

Le marquage du linge à l’encre remplace le marquage au fil de couture, ce qui est beaucoup plus rapide et pratique. Cela pose cependant de multiples problèmes aux fabricants car, par définition, le linge subit des lessives pendant desquelles l’encre s’estompe. Au “grand siècle du linge“, pour emprunter la formule à Alain Corbin, les industriels trouvent là un nouveau marché : pensionnaires, militaires et autres habitués de la vie en collectivité encrent leurs initiales sur les pièces de leur trousseau. On trouve dans une même annonce des encres pour les particuliers et pour les professionnels (encre dite “administrative”).

Les arguments de vente ne sont cependant pas les mêmes pour tous : aux administrations, en plein essor dans ces débuts de la IIIe République, les industriels cherchent à proposer l’encre la plus stable et fiable possible, une encre “qui brave les ravages du temps et les causes accidentelles de détérioration (…) mais aussi, qu’elle puisse même résister aux altérations que l’on voudrait lui faire subir aux moyens d’agents chimiques”, c’est-à-dire la réécriture et la manipulation du contenu. Cette préoccupation montre à quel point l’inflation de l’écrit administratif s’accompagne d’une nouvelle inquiétude quant à la manipulation possible des écritures officielles : la raison administrative suppose des supports fiables. Du côté des particuliers, des préoccupations matérielles émergent : les procédés anciens de fabrication produisent des encres qui abîment et oxydent les nouvelles plumes en métal. En un temps d’essor de la correspondance privée, c’est une bataille des brevets à laquelle les fabricants se livrent pour proposer de nouvelles encres qui soient à la fois peu oxydantes, fluides, d’une belle densité colorée et de séchage rapide. Les recettes sont déposées et protégées par le droit industriel, comme l’encre “ineffaçable” du fabricant Houtret, dès 1851 :

Dans ces annonces, vous voyez que les papetiers signalent des récompenses obtenues à l’Exposition universelle de 1878. Ces événements sont l’occasion pour la profession d’établir un bilan des inventions et développements de leur industrie, mais aussi de distinguer les meilleures réalisations : les encres Maurin obtiennent une médaille d’argent, comme les encres Antoine, primées également à Berlin. Dans ces expositions, les objets sont présentés dans de véritables écrins destinés à attirer l’œil des visiteurs. Dans un compte-rendu de visite de juin 1878, l’un des rédacteurs du Bulletin de la Papeterie note que “les fabricants d’encre apportent un tel soin au contenant sans négliger le contenu que, soit l’élégance des flacons ou leur bouchage, on se croirait devant les vitrines de la
parfumerie”.

Ces annonces dessinent une géographie européenne de l’industrie de l’encre : les papetiers s’inspirent de leurs voisins, vont exposer dans les capitales, voire rachètent des brevets ou des droits d’import, à l’exemple des plumes “Leonardt” présentées ci-dessous.

Les rédacteurs du Bulletin gardent aussi un œil sur les publications étrangères bien au-delà de l’Europe. Ils reproduisent la recette d’un papier parfumé fabriqué au Canada :

Faire couler beaucoup d’encre : le siècle des papetiers ?

Ces publications professionnelles révèlent l’émergence progressive de nouveaux usages des encres. Le rapport de l’Exposition universelle – de 1900 cette fois – permet d’identifier certaines de ces mutations : son auteur John Carteret, président du comité de la “classe 92” (celle des papetiers) propose une rétrospective du métier depuis la Révolution française. D’après lui, il est désormais possible de trouver du papier et de l’encre partout, chez le cordonnier ou encore à la mercerie.

Ce passage est révélateur le rapport ambigu de certains industriels à la massification de la consommation : certes, il faut vendre papiers et encres au plus grand nombre, mais il ne faudrait pas que le métier de papetier perde tout prestige entre les mains “d’Auvergnats”. Les lieux de vente paraissent se multiplier, ce dont témoigne par ailleurs le Bulletin de la Papeterie, préoccupé de la concurrence des “magasins de nouveautés” qui renouvellent sans cesse leurs offres.

Les catalogues commerciaux témoignent de cette démultiplication des objets d’écriture proposés.

Ces trois images sont extraites du catalogue de la Manufacture française d’armes et cycles de Saint-Étienne (1914) dont le rayon papeterie est très fourni : encres, encriers, porte-plumes, éponges à mouiller les feuilles, etc. Les fabricants insistent sur deux qualités de leurs encriers : la sécurité du bouchon qui évite de renverser l’encre, la forme qui permet de maintenir le niveau de l’encre quelque soit le volume (encrier dit “syphoïde”). Ce catalogue témoigne aussi des effets du développement de la scolarisation sur le marché de l’encre ; des objets spécifiques sont proposés aux élèves, tels ces “encriers scolaires” adaptés au mobilier des écoles et aux pupitres. A partir de 1878, le Bulletin de la Papeterie relaie les demandes des mairies qui cherchent des fournisseurs de matériel scolaire :

Les papetiers s’intéressent aussi aux instituteurs, autre public dont les besoins en objets d’écriture sont sans cesse renouvelés ! Le rapport entre les deux professions est cependant loin d’être un long fleuve tranquille : les instituteurs sont accusés de se comporter en concurrents déloyaux  lorsqu’ils achètent des fournitures et de les revendent aux parents d’élèves. Cela n’empêche pas les papetiers de développer pour eux le “Papier-Encre des écoles” :

A ce nouveau marché scolaire s’ajoute enfin la Poste elle-même qui “commence à placer dans tous les bureaux de poste de l’encre et des plumes, pour l’usage du public” (Bulletin de la Papeterie, décembre 1878)

Il faudrait étudier en détail la façon dont les différentes couches de la société française s’approprient ces nouveaux objets. Si les prix du papier et de l’encre restent élevés pour les bourses les plus modestes, la scolarisation obligatoire a sans doute fait entrer ces objets dans l’univers quotidien du plus grand nombre, au moins pour un temps. Du côté des plus aisés, les papetiers développent de multiples stratégies pour vendre des objets toujours plus luxueux. Enfin, dans l’entre-deux du monde du bureau, de l’administration ou du commerce, l’approvisionnement en encre est un souci constant. Il y aurait ainsi toute une histoire sociale de l’écriture à écrire à partir des objets2.

 



Citer ce billet
Caroline Muller (2023, 23 avril). La “Perle des encres” : à propos du commerce de l’encre à la fin du XIXe siècle. Acquis de conscience. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n2qo

  1. Et disponible sur Gallica ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32723245h/date : []
  2. On peut d’ores et déjà lire les travaux passionnants d’Anaïs Albert sur la consommation populaire, et ceux de Manuel Charpy sur les cultures matérielles bourgeoises. []

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Abadie dit :

    Très intéressé de lire les contributions sur la correspondance car je travaille sur la correspondance de Lacordaire 1847-1852 sous la direction de Denis Pelletier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search