L’économie d’une relation

La lecture des correspondances ne cesse de me faire découvrir des thématiques auxquelles je n’avais pas pensé en m’engageant dans ma thèse. Je voudrais évoquer dans ce billet la question de l’argent, des échanges matériels et financiers qui peuvent exister dans une relation de direction de conscience. C’est un aspect plutôt étonnant que ce poids du matériel dans les relations de direction spirituelle.

Tout d’abord, un petit ajout au précédent billet sur la grille d’examen de conscience : la dirigée a du entendre mes interrogations, puisqu’elle précise dans une lettre de la fin de l’année 1911 :

L’idée d’une « pensée spirituelle » à développer, après la retraite du mois, est une inspiration ! Le 1er vendredi de juillet, j’écrirai en quelques mots : « Qu’est Jésus Christ pour moi ? ». Au mois d’août, vous me donnerez une autre pensée. Ce sera moins lourd que les tableaux chiffrés de l’an dernier !

Cela confirme la difficulté de l’exercice.

C’est la même correspondance qui m’intéresse ici. Il s’agit de Madame de Radowska, une dame polonaise émigrée en France. Elle habite à Paris, non loin de chez son directeur, qu’elle rencontre à la mort de son mari. Elle dispose d’une fortune personnelle conséquente. Son directeur est très connu car il a joué un rôle diplomatique important dans les relations avec le Saint Siège.

Une collaboration financière 

Ils sont tous les deux investis dans l’organisation d’oeuvres de charité de toute sorte : visites des pauvres, hôpitaux, maisons de jeunes filles (étudiantes ou ouvrières). Ils s’occupent aussi d’aumônes plus informelles, d’aider ponctuellement des personnes qui s’adressent au directeur, par le biais de son confessionnal. On peut véritablement parler d’une collaboration financière : lorsque le prêtre juge qu’une cause est importante, il le fait savoir à la Comtesse, qui lui envoie des sommes d’argent. Il lui adresse aussi des personnes nécessiteuses, qu’elle reçoit parfois chez elle. De 1910 à 1911, près de 7000 francs de dons sont mentionnés dans les échanges ; il faudrait donc ajouter tous les dons plus informels dont je ne sais rien. Le directeur s’appuie sur son réseau de pénitentes fortunées pour récolter des fonds. Il fréquente des personnes issues d’univers sociaux très différents (il confesse des étudiantes, des ouvrières, des aristocrates…) Cela lui permet de mettre en relation un-e pénitent-e nécessiteux et un-e pénitent-e qui peut l’aider. Je vois cela à plusieurs reprises dans la correspondance. Cette collaboration est souvent à la source de malentendus et de mécontentements. Par exemple, Madame de Radowska n’aime pas recevoir chez elle pour donner l’aumône, et son directeur continue malgré cela de communiquer son adresse. Elle n’est pas toujours d’accord avec les choix du prêtre, lui reprochant de se tromper sur une personne qu’il lui a envoyée. Il lui demande, à la veille des vacances de 1911, d’emmener avec elle en Suisse une dame sans fortune et malade. Madame Radowska accepte de partir en Suisse avec  cette Madame Piriou. Cela donne lieu à une dispute vive. Voici ce qu’il écrit le 11 août :

Je vous remercie de votre lettre ; la précédente m’avait fait beaucoup de peine et m’avait même vivement blessé, si je pouvais encore me blesser de quelque chose. Certes vous aviez le droit de vous défaire de Mme Piriou, de lui trouver toutes sortes de défauts, de me dire que je me trompais sur elle etcetc ; mais vous n’aviez pas le droit de me dire que je n’avais pensé qu’à elle et nullement à vous, ni à Christine, que j’avais empoisonné vos vacances et le reste.

Le désaccord peut aussi porter sur le contenu des organisations de charité à soutenir. Madame de Radowska critique ainsi violemment le soutien que son directeur apporte à l’initiative d’une femme. Il s’agit d’une oeuvre visant à aider les prêtres polonais à se former. Le 12 novembre 1911, elle écrit :

Suppléer à l’ignorance des prêtres, quel orgueil, quelle folie ! Ne le trouvez vous pas mon Père ? Est ce le rôle de la femme ? Les prêtres sont en effet fort insuffisamment instruits, dans la Pologne russe ; mais leur caractère sacerdotal inspire la vénération et le respect (…) Selon moi, elles feraient bien mieux de rester chez elles et de repriser les bas, que de se mêler à instruire des prêtres.

Le temporel et le spirituel

Comme on peut le voir, leur collaboration financière ne se déroule pas sans heurts ; l’emploi de la fortune de Madame de Radowska fait d’ailleurs l’objet de plusieurs disputes.
Je me suis interrogée à de nombreuses reprises sur les motivations charitables de la Comtesse. Ses dons semblent plus souvent tournés vers la satisfaction de son directeur, le désir de lui faire plaisir, plutôt que vers les pauvres qu’elle soutient. Elle n’apprécie pas d’aller directement à leur contact, pas plus qu’elle ne s’entend avec les autres dames d’oeuvre qui l’entourent. Par contre, elle ne cesse de souligner l’importance de ses dons auprès de son directeur. Cette impression est redoublée par le comportement qu’elle adopte à son égard: elle le couvre de cadeaux . Pour l’année 1911, elle lui offre ainsi : une série de livres pieux richement reliés, une Bible ouvragée, des médailles en argent, plusieurs boîtes de bonbons et gâteaux, sans compter ce qu’elle appelle « offrandes personnelles ». Ces envois gênent le prêtre qui lui rappelle son voeu de vie modeste. Devant son insistance, il finit par lui écrire une lettre critiquant l’emploi qu’elle fait de sa fortune, ce qui déclenche une dispute, le 13 août 1911 :

Donnant une somme importante, à une oeuvre si belle, je me croyais libérée, en quelque sorte, de donner de ma personne ! En outre, je donne, autant qu’il m’est possible, (souvent plus) pour différentes autrements oeuvres ! Est ce manquer à la promesse que vous savez ? Je ne le croyais pas: « Qui donne, s’appauvrit ». Vous avez touché, Monseigneur, un point délicat ! .. Est ce mal de faire passer, par les mains de son Directeur, quelques petites aumônes ? Ne seront-elles pas mieux placées, que par tant d’autres ? Vous n’avez que faire, de mon argent, je le sais bien bien, mais enfin !… Votre délicatesse jusqu’à m’initier à l’emploi : est ce nécessaire ? … La grande affaire: quelques bonbons ! Un plaisir pour moi d’en offrir aux Enfants ! J’en donne bien à d’autres pourquoi pas à vous ? Est ce vraiment si grave ? Il me faut être instruite, à ce sujet, pour ne pas manquer à mon voeu ? J’étais sincère en croyant que seules, les dépenses personnelles comptaient: cependant, là encore, il y a des dépenses justes et nécessaires !

Ce refus du directeur d’accepter les cadeaux ne s’expliquent pas seulement par la question des voeux prononcés par les deux protagonistes. Il souhaite aussi éviter de créer trop de familiarité sur ces questions financières. Il lui reproche par exemple une plaisanterie faite au confessionnal, au sujet de la gestion d’une oeuvre dont il s’occupe. On voit bien cependant qu’on ne peut pas faire abstraction des échanges matériels pour comprendre parfaitement le fonctionnement de leur relation. Elle se comporte avec son directeur comme avec un ami ou un confident, tandis qu’il chercher à garder une juste distance. Le patrimoine est un thème souvent abordé en direction, pas seulement dans celle de Madame de Radowska. Le directeur est consulté sur l’achat de propriétés ou le placement de titres. Quelles compétences les pénitents prêtent ils à leurs directeurs, pour les croire capables de gestion patrimoniale ?

Qu’il le veuille ou non, le directeur doit prendre en compte la situation économique de sa pénitente, tant elle pèse dans le financement des oeuvres qu’il anime. Dans ces circonstances, il ne peut pas cesser de la diriger, malgré leurs différends, les caprices et les exigences de la Comtesse, qui n’hésite pas à lui écrire pendant ses jours de repos, malgré l’interdiction. Il ne peut pas se permettre de perdre un tel… mécénat, qui met en jeu la survie d’autres pénitents dans le besoin.

 

 

radowska


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.