Se confesser au XIXe siècle (1/2)

 

Dans le cadre de mon travail sur la direction des consciences, je suis amenée à lire beaucoup de sources sur la confession[1] ; bien que les deux pratiques ne se recouvrent pas, elles ont bien sûr des relations étroites. Les catholiques eux mêmes ne distinguent que très progressivement les termes de « confesseur » et « directeur ». Je suis donc attentive lorsque mes sources parlent de confession. Je voudrais parler ici de ce que j’ai trouvé récemment dans une biographie de prêtre à ce sujet. Ce type de lecture n’est pas toujours satisfaisant : l’auteur se donne en général pour objectif de donner un portrait élogieux de la personnalité, dans une perspective hagiographique. Il faudrait d’ailleurs s’interroger sur les raisons de l’explosion des biographies de prêtres et de religieux sur le second XIXe siècle[2]. Ces documents, malgré leur aridité, sont néanmoins très utiles pour repérer des corpus de lettres et reconstituer les réseaux sociaux dans lesquels les prêtres s’intègrent – l’érudition déployée fournit des informations brutes inestimables.

La semaine dernière, je remontais donc la piste d’un fonds d’une centaine de lettres, que je cherchais à localiser. Je me suis donc plongée dans la biographie d’un abbé. J’ai eu beaucoup de chance : l’auteure donnait de longs extraits des lettres, et du journal d’une des dirigées de l’abbé. Ce fut le début d’une longue série de fous rires silencieux au fonds ancien de la BM de Lyon[4].

Quelques extraits de ce qu’écrit notre abbé :

*

Heureusement qu’il y a des grilles car je tordrais le cou à ces femmes là.

Il s’agaçe au sujet d’une mère venue espionner sa fille au confessionnal : « Je lui ai aplati la porte sur le nez en lui marchant sur le pied »

Une dame que je connais très peu m’a fait envoyer un cercueil doublé de violet… elle m’a trouvé lugubre sans doute !

On m’a fait envoyer un peigne et une brosse.

A propos des annulations de mariage : « C’est comme les canonisations, cela coûte très cher ! »

On m’a offert mille F pour avoir la permission de commettre un péché mortel.

Une femme me demande si elle peut communier avec de fausses dents.

Il est obligé de faire taire les gens à l’extérieur qui parlent plus fort que lui : « voulez vous confesser à ma place ? »

Quand je refuse l’absolution, elles vont aux autres prêtres.

Je n’ai pour ainsi dire vu que des personnes qui venaient se confesser sans trouver leurs fautes.

J’ai déchiré trois mouchoirs et les boutons de ma soutane dans mon exaspération…

Il y a des personnes qui ne comprennent rien, c’est comme si on parlait à une bûche !

Hier on s’est disputé, chamaillé, une personne a été mordue au sang dans mon confessionnal.

*

Passés la surprise et le fou rire, ces citations soulèvent plusieurs réflexions en forme de remarques.

D’abord, cela nous apprend beaucoup sur  « le métier de prêtre », et sur un aspect qui est rarement développé « faute de sources » [3]: la confession. On sait que les prêtres étaient souvent débordés par leur confessionnal : on sait beaucoup moins quel était leur ressenti vis à vis des pénitents, les situations délicates rencontrées, le contenu des conseils donnés. Je ne connais pas non plus d’étude qui s’attache à la dimension «concrète » de la confession, alors que l’inscription dans un espace particulier me semble fondamentale pour comprendre le vécu des gens.

D’autre part, cela nous permet de découvrir les attentes des pénitents, leur perception de la confession, ce qu’ils venaient chercher au confessionnal. Dans une vision classique, on considère que la confession a joué un rôle central dans l’éloignement d’une partie des populations des Eglises ; il faudrait se pencher à nouveau sur la question : je suis convaincue qu’on pourrait affiner nos connaissances en s’intéressant de plus près à ce que disent les pénitents, et particulièrement aux conflits qui peuvent éclater.

Dans le prochain billet, nous verrons ce qu’on peut tirer de ces extraits…

cibot-confessionnal-comp-Vivenel copie

 

Edouard Cibot (1799-1877) : Le Confessionnal.

Image : http://notesdemusees.blogspot.fr/2009/03/compiegne.html  (conservé au musée de Compiègne)


[1] Un article sur la question est d’ailleurs à paraître dans la revue Circé.

[2] Le travail quantitatif a été fait par Claude Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle : le témoignage du livre religieux.

[3] Qui sont disponibles pourtant.

[4] Fou rire assez largement partagé sur twitter.


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.