Le sens de la formule

 

L’écriture d’une lettre implique de respecter des codes. La lettre de direction de conscience n’échappe pas à cette codification. Le billet de Danièle Poublan sur les signatures m’a donné envie de me pencher plus avant sur les vedettes, une autre partie de la lettre soumise à des contraintes particulièrement précises. C’est par la vedette, flottant bien en évidence au-dessus du texte, que le lecteur entre dans la lettre. En voici une sélection tirée de mon corpus :

Mon père, Révérend et cher Père, Mon cher Père, Mon très cher Père, Mon cher si bon Père, Bien cher Père, Mon cher, si cher Père, Mon bon si compatissant père, Mon bon et vénéré Père, Révérend Père, Mon Très-Révérend Père, Monseigneur et Révérend Père, Monseigneur.

La formulation de la vedette prend en considération plusieurs éléments :

– Le type de relation qui unit les correspondants : dans le cadre de la direction de conscience, il s’agit en général d’indiquer la paternité spirituelle du prêtre ;

– La situation sociale des scripteurs : je crois que cet aspect est minoré dans les vedettes de lettres de direction. Je n’ai pas trouvé de différence significative de formules entre des lettres rédigées par des correspondants issus de milieux variés. Tous adoptent d’emblée un ton déférent et mobilisent le vocabulaire de l’amour filial. La paternité spirituelle semble annuler la distance sociale, en tout cas dans les vedettes. Le prêtre est censé pouvoir s’adresser à tous et prendre soin de ses brebis dans leur multitude : c’est à ce titre qu’on lui écrit en franchissant parfois la barrière des hiérarchies sociales. Cela se traduit par la vedette partagée par tous : « Mon Père ».

– Une dernière contrainte est à chercher du côté de ce que j’appellerais les « usages ». A certains statuts correspondent certaines formules prestigieuses. Un directeur de conscience peut obtenir des distinctions, des fonctions qui poussent les correspondants à changer leur vedette. Cela fait l’objet de discussions fréquentes et animées. Lorsqu’un directeur de conscience devient évêque, prélat ou cardinal, les dirigés changent systématiquement leur formule « Mon Père » pour « Votre Excellence », « Votre Eminence » ou « Monseigneur ». Cet aspect formel est abandonné après les protestations du directeur.

Une fois ces contraintes respectées, les épistoliers sont libres d’imprimer à la vedette une empreinte particulière. Cette liberté s’exprime par un jeu sur l’usage des majuscules ou l’utilisation d’adverbes ou d’adjectifs. Les vedettes sont autant de jalons qui permettent de comprendre la mise en place des relations entre correspondants. Elles ne résultent pas seulement du respect dans conventions d’écriture : elles signifient quelque chose.

1. Elles participent d’une mise en scène de la relation épistolaire de direction de conscience. Ecrire Mon cher, si cher Père, c’est rappeler l’épaisseur de la relation passée dans le présent de la lettre ; c’est indiquer au prêtre qu’on place la missive dans la lignée de relations épistolaires chaleureuses et intimes.

2. Elles aident à l’élaboration de la nature de la relation et poussent les correspondants à réfléchir à la juste distance à adopter :

Veuillez me dire, je vous prie, avec votre sincérité ordinaire, si le seul terme de Madame que je vous donne vous est agréable. C’est un peu sec et un peu à l’étiquette, mais cela ne nuit pas aux sentiments intimes et je crois qu’on ne saurait trop, quand on est religieux, garder de réserve extérieure.

 La vedette peut aussi donner des signes de l’évolution de la relation, lorsqu’elle devient moins formelle : l’adresse passe alors de « Madame » à « Chère fille », ou de « Révérend Père » à « Mon cher Père ».

3. Elles construisent une image du directeur de conscience tendue entre deux pôles. La vedette dit ce qui rapproche directeur et dirigé : la bonté de l’un et l’affection de l’autre (« bon Père, cher Père »). Elle rappelle aussi la répartition du pouvoir, ce qui sépare : la déférence et le respect que l’un doit à l’autre (« Vénéré Père », « Révérend Père »). Pour insister sur cette dignité de la fonction, c’est la majuscule qui est privilégiée.

4. Enfin, la vedette peut avoir une valeur programmatique. Dans le cas où les correspondants se connaissent bien, ils ont mis en place une « routine » de formulation. Lorsqu’une formule différente surgit en tête de lettre, par exemple « Mon bon et si compatissant Père », le destinataire comprend que la missive portera une demande particulière ; la vedette peut être un indice du contenu de la lettre, une façon de placer le correspondant dans un état d’esprit spécifique.

 

Capture d’écran 2013-10-27 à 07.30.18

 

 


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maël Goarzin dit :

    Concernant l’absence de différences dans l’adresse entre correspondants de milieux différents, il me semble qu’il y a certaines conventions ou normes qui sont suivies tout naturellement, qui vont de soi, et qui ne reflètent donc pas de hiérarchie sociale, en effet. S’il y a des marqueurs de différence sociale, ce serait plutôt dans les variations apportées à ces titres conventionnels de Père, Révérend Père ou Monseigneur, non? Les adjectifs utilisés pour personnaliser la relation sont-ils différents d’un milieu social à l’autre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.