1. Masculinité(s) catholique(s) : du petit au jeune garçon

J’ai commencé à me pencher, comme je vous l’avais indiqué, sur la construction de la masculinité des garçons dans les familles catholiques.

Claude-Benoît Chardon, Guide des pères et des mères pour l’éducation physique et morale de leurs enfants, 2e édition refondue et mise à la portée de tout le monde…, bureau de l’« Union catholique », 1869.

Ferdinand Hervé-Bazin, Le Jeune homme chrétien, 1889.

Les grandeurs de la maternité chrétienne / par une mère, 1905.

Je me suis d’emblée heurtée à un problème de définition. En croisant ces différents ouvrages, je m’aperçois que la définition du « petit garçon » fluctue ; on place la fin de l’enfance entre la première communion (vers onze ans) et quatorze ans. Pour rendre le propos du billet plus intelligible, j’ai choisi d’adopter deux formules: le « petit garçon »  avant l’âge de onze ans, et le « jeune garçon » ensuite.

Les auteurs de ces ouvrages ne semblent pas, au premier abord, établir pas de distinction de genre dans l’éducation des enfants avant la première communion. Les conseils donnés sont indifférenciés : on parle d’éduquer ses « fils » ou ses « enfants ». J’ai cependant repéré des passages assez curieux dans lesquels les auteurs paraissent s’intéresser à l’éducation des garçons en particulier  tout en cherchant à maintenir un discours général. Il s’agit par exemple de former la conscience d’un « citoyen fidèle »[1] : vers 1890, ce vocabulaire n’est pas approprié pour désigner les femmes dans un manuel catholique. Il y aurait ainsi deux acceptions de « fils » dans ces manuels : cela désigne les enfants en général mais l’auteur oublie parfois d’indifférencier le contenu des conseils qu’il donne, brisant de lui-même l’indifférenciation portée par l’usage générique de « fils ». Avant dix ans, les devoirs de la mère sont les mêmes à l’égard des filles et des garçons. On ne trouve pas de mention d’une attitude particulière qu’il faudrait adopter selon le sexe de l’enfant ; on incite les mères à s’adapter à la personnalité de chacun. Deux missions leur sont assignées : former la piété de l’enfant, lui apprendre à obéir et à accomplir ses devoirs. Le discours se fait plus ciblé à partir des chapitres qui évoquent les changements physiologiques de la puberté (Chardon) et le choix d’un mode d’éducation (Les grandeurs...). C’est l’occasion d’une première division :

Pour l’étudier [la décision de la mère d’un mode d’éducation] avec plus de fruits, nous la diviserons ; nous verrons les devoirs que lui impose l’éducation de ses fils, et ceux qu’elle doit remplir vis à vis de ses filles[2]

L’étude devient alors plus difficile car les garçons sont très rapidement « oubliés » des manuels : passé le choix de la maison d’éducation, on laisse toute latitude à son personnel pour former le jeune homme en devenir. Les auteurs insistent sur la nécessité de ne pas délaisser son enfant même lorsqu’il est éloigné de la famille. Ce départ vers une institution scolaire les rend largement absents de mes sources : les espaces qui leur sont réservés m’échappent. Dans les familles que j’étudie, les garçons quittent le foyer vers onze ans pour rejoindre des maisons d’éducation religieuse où ils restent toute l’année à l’exception des deux ou trois de vacances selon les cas. A défaut de les voir évoluer, il me reste à écouter ce qu’en disent les sœurs, les pères et les mères.

Leurs discours sont sensiblement différents de l’indifférenciation des manuels : de très jeunes garçons maîtrisent déjà un certain nombre de « codes », de marqueurs de masculinité. Le journal de Claire Pic  (1862-1866) en donne un bon exemple. Son frère cadet René a été élevé dans la famille et a pris ses premières leçons avec un précepteur. Il a treize ans à l’époque où elle écrit. Il n’a pas encore connu les espaces d’entre soi masculins auxquels on prête souvent la faculté de façonner les identités de genre. Pourtant, il adopte une série de comportements qui tranche clairement avec l’attitude des filles : il critique les prêtres et la religion et vole dans la bourse paternelle pour acheter… une arme et de « mauvais livres », ce qui provoque une dispute violente lorsque son père découvre ses méfaits. Son cousin Georges, un peu plus âgé, lui sert de partenaire dans toute sortes de facéties.

Ce matin Georges ayant trouvé la trompette de René soufflait dedans dans ma chambre et en tirait des sons à en faire tressaillir tout le voisinage. J’étais à la fenêtre et jouissais en pouffant de rire du spectacle des passants ébahis qui s’arrêtaient ne sachant pas d’où provenaient ces bruits féroces.[3]

Chacun joue son rôle : Georges prend l’initiative d’occuper l’espace sonore pour amuser sa cousine et Claire raconte lui avoir demandé de cesser après avoir ri un moment. Je vous reparlerai de Georges dans un prochain billet puisqu’il entre dans la catégorie de « jeune homme » qui n’est pas mon objet ici. Toujours est-il que nous voyons que René a déjà été socialisé très différemment de sa sœur : dès treize ans, il bénéficie une véritable liberté de circulation et de fréquentation qui fait écrire à Claire :

Il est trop exposé à Bourg par sa liberté.

Il maîtrise déjà les codes de l’anticléricalisme, a le goût des « mauvais livres », des armes, prend des leçons d’équitation, tout autant de marqueurs de masculinité qu’Anne-Marie Sohn a étudié[4]. Son éducation dans une famille catholique n’a pas abouti à construire le masculin modeste et pieux présenté dans les manuels. Ce sont les femmes de son entourage qui ont pris en charge la dimension morale et religieuse de son éducation. Après la mort de sa mère, ce rôle a été tenu par Claire, sa grand’mère et ses tantes. Malgré cela, sa socialisation religieuse reste éloignée des filles de son entourage. Cette définition du masculin est largement acceptée dans d’autres espaces sociaux dans lesquels le comportement de René passerait pour une conséquence normale de la formation de sa virilité. Dans cette famille de la bourgeoisie catholique, il n’est pas question de laisser le jeune garçon poursuivre dans cette voie.

Il perd tout principe d’honneur, de loyauté, de religion, et à quatorze ans, c’est épouvantable. 

A la suite de l’épisode du vol, Claire, son père et la grand’mère décident d’envoyer René aux Minimes – solution qui apparaît plutôt modérée puisque médecin, très en colère, avait d’abord envisagé d’envoyer son fils au collège à Lyon en guise de punition. Nous voyons donc que les agissements de René sont bien loin de rencontrer l’indulgence dont ils auraient bénéficié dans une autre classe sociale, par exemple. L’éloignement et la mise en pension s’imposent comme une solution pour canaliser son comportement – au grand désarroi du jeune garçon pour lequel la séparation est douloureuse.


[1] Les grandeurs de la maternité chrétienne / par une mère, Desclée, de Brouwer (Lille), 1905, p. 290.

[2] Ibid., p. 196.

[3] Journal de Claire Pic, août 1863.

[4] Anne-Marie Sohn, « Sois un homme! »: la construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2009.


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.