Genre et religion, « penser avec… » 1/3

Je vous propose aujourd’hui le premier billet d’une petite série bibliographique qui présentera les principaux ouvrages dans lesquels j’ai trouvé des outils pour penser l’articulation entre le genre et le religieux. Cette sélection est bien sûr très personnelle, partielle et partiale. Vous trouverez des bibliographies plus détaillées chez Anthony. Ce billet répond d’abord à un besoin d’établir un bilan écrit de mes usages de la notion de genre – et des auteurs que je mobilise. C’est peut être aussi l’occasion d’ouvrir des pistes de lecture à de jeunes chercheurs que la question intéresserait. 

*Judith Butler, Trouble dans le genre = (Gender trouble) : pour un féminisme de la subversion, paris, La Découverte, 2005.

*Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités: introduction à la théorie féministe, Paris, Presses universitaires de France, 2008, p. 120.

Comme la plupart des chercheur-e-s qui s’intéressent au genre, j’ai lu Judith Butler. Mais je crois que je ne me suis vraiment appropriée sa pensée qu’en lisant des commentaires de Trouble dans le genre, par exemple celui d’Elsa Dorlin.

« Le genre n’est donc pas un fait, un donné, c’est un ensemble de pratiques disciplinaires, mais aussi d’actes discursifs qui fonctionnent, qui s’effectuent » (Dorlin, p.120)

« Le corps est façonné par des forces politiques ayant stratégiquement intérêt à faire en sorte qu’il reste fini et constitué par les marqueurs du sexe » (Butler, p. 248)

La construction d’un système genré binaire, articulé à l’hétérosexualité, sert des intérêts idéologiques. Cela m’aide à penser la façon dont le discours des autorités religieuses participe à l’assignation de genre – c’est un levier pour comprendre la prolifération des développements autour des devoirs et rôles « féminins » et « masculins » dans la seconde partie du XIXe siècle. Cette assignation de genre a pour but la mise en conformité des fidèles à une vision particulière du plan de Dieu.

 

*Raewyn Connell, Masculinities, Berkeley, University of California Press, 1995., et maintenant la traduction française : Meoin Hagege, Arthur Vuattoux, Masculinités, Paris, Amsterdam, 2014.

J’ai compris la nécessité de penser la complexité des modèles de genre qui d’ailleurs n’en sont pas vraiment : ce sont bien plutôt des « configurations de pratique ».  Les catégories « féminin » et « masculin » ne suffisent pas à décrire la réalité même lorsque les acteurs étudiés les mobilisent. J’ai pu mieux comprendre comment s’organisait la construction des identités de genre des catholiques (et notamment des hommes) alors même que je n’y retrouvais pas ce qui me semblait être la norme dans l’ensemble de la société. Comment penser la masculinité ou la féminité de groupes dont les comportements de genre apparaissent décalés au regard de ce qui se produit dans d’autres espaces sociaux ? La typologie de Raewyn Connel (masculinité « hégémonique », « complice », « subordonnée », « marginalisée ») réinscrit l’interaction entre les groupes et les rapports de pouvoir au cœur même de la construction du genre.

*Linda Woodhead, « Les différences de genre dans la pratique et la signification de la religion », Travail, Genre et Société, 2012, vol. 27, no 1, pp. 33‑54.

« Une fois mise en lumière la question du pouvoir, l’interaction de la religion et du genre gagne en lisibilité. Par ses pratiques à la fois symboliques et matérielles, la religion peut renforcer les rapports de domination de genre ou aider à les transformer. À une époque donnée, une religion est structurellement liée à l’ordre sexué de la société à laquelle elle appartient. »

« A l’intérieur d’une même congrégation ou dénomination chrétienne, par exemple, certains peuvent « consolider » l’ordre sexué existant par leurs activités religieuses (en ne remettant pas en question la version « sanctifiée » de la domination masculine, présentée par la doctrine officielle, ni l’organisation institutionnelle ou les pratiques liturgiques, par exemple), tandis que d’autres font un usage plus « tactique » de la religion (par exemple les femmes qui ignorent en grande partie la doctrine officielle, créent des groupes d’entraide féminine dans leur église et s’en servent pour conquérir un pouvoir à la fois religieux et séculier [Winter, Lummis et Stokes, 1994] »

Linda Woodhead me fournit un cadre de pensée qui parvient à tenir ensemble les dimensions oppressives et émancipatrices du catholicisme. Cela passe notamment par les notions de « christianisme tactique » et « christianisme consolidateur » dont je vous ai déjà parlé ici.

 


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *