« Mais ne faites semblant de rien »

Mon corpus est composé de documents divers : des correspondances et journaux personnels mais aussi des ouvrages qui construisent des modèles à destination des catholiques (manuels, romans et biographies édifiantes, correspondances d’ecclésiastiques)

monseigneur-dupanloup-le-mariage-chretien-livre-ancien-864669036_ML

Capture d’écran 2014-11-17 à 11.01.50

Le croisement de ces différents types de documents est fécond. Du côté des publications des maisons d’édition catholiques, les auteurs cherchent à tenir un discours général, applicable en toute situation. Ils esquissent à grands traits des modèles de comportement auxquels les lecteurs doivent se conformer. Ils relaient la vision des autorités de l’Eglise. Ils sont d’ailleurs soumis à l’approbation des autorités ecclésiastiques par le biais des mentions « nihil obstat » ou « imprimatur ». Les sources du for privé nous donnent un autre écho. Elles permettent d’étudier la transformation du discours prescriptif au contact du public concerné. On y lit la reformulation et l’adaptation des principes généraux aux situations particulières. L’apport de ces sources est double : on peut percevoir la réaction de celui qui reçoit l’injonction, et les infléchissements du discours de celui qui l’émet. On peut alors étudier la manière dont s’articulent paroles officielle et privée et les écarts qui existent entre elles.

Si on s’intéresse à la question des relations conjugales, on se rend compte qu’il existe un flottement entre les affirmations contenues dans les manuels de morale catholique et leur application effective par les confesseurs et directeurs de conscience. Les différents manuels consultés placent l’obéissance de l’épouse au mari au premier rang des vertus féminines. Cette obéissance est inconditionnelle. Elle est un devoir : les besoins et désirs de l’épouse doivent s’effacer derrière ceux de l’époux.

Telle est la règle divine des échanges de dévouement qui viennent honorer et rendre heureuse la vie commune des époux chrétiens : dévouement de soumission de la part de la femme, dévouement de généreuse condescendance de la part du mari, et cela jusqu’au sacrifice, d’un côté comme de l’autre[1]

La femme dévouée prend au sérieux le rôle d’auxiliaire que la Providence lui a assigné dans la vie conjugale. Elle n’est point de ces petites maîtresses vaniteuses et délicates qui reculent devant l’accomplissement de certains devoirs, pour n’y point perdre leur grâce et leur beauté : sa grâce et sa beauté, à elle, c’est d’obéir avec une chaste simplicité à la loi de Dieu et aux légitimes désirs de celui à qui elle s’est donnée tout entière. (…) Elle cherche à deviner ses pensées et à prévenir ses désirs ; elle lui sacrifie volontiers ses plaisirs et ses goûts ; elle se prive pour que rien ne lui manque. Elle sait vaincre ses faiblesses et ses répugnances pour se livrer, avec assiduité et courage, à ce travail d’intérieur qui fait d’une maison bien ordonnée un lieu plein d’agréments (…)

Ces ouvrages prennent pas en compte les cas particuliers dans lesquels il est autorisé, voire conseillé, de désobéir à son mari – dans lesquels directeurs de conscience et confesseurs poussent les femmes à sortir de cette soumission, au nom d’intérêts qu’ils jugent supérieurs. Ces intérêts supérieurs sont ceux de l’Eglise et du catholicisme.

En effet, cette idée de la soumission de l’épouse à son mari s’accommode assez mal avec le rôle que l’Eglise attribue aux femmes à partir des années 1830 : être un agent de « (re)christianisation » dans la famille. Ce rôle qui leur est confié les pousse à adopter une attitude active, à entrer dans des logiques stratégiques à l’égard de leur mari, logique contradictoire avec la seule obéissance. Les directeurs de conscience les guident dans cette tâche qui leur est confiée. Là où, d’après le discours général tenu dans les ouvrages, ils devraient prêcher obéissance et soumission absolues, ils se retrouvent à inciter les épouses au secret, à donner des conseils qui ressemblent… à de la manipulation. La vicomtesse d’Adhémar, récemment convertie, cherche à donner à ses enfants une éducation catholique. Son mari, s’il ne paraît pas hostile à la conversion de sa femme, n’est pas prêt à l’accepter immédiatement pour ses enfants, de peur de la réaction de sa famille protestante. L’abbé Frémont, son directeur, indique à la vicomtesse comment se comporter pour emporter la décision :

 Vous pourriez donc faire observer très respectueusement à Monsieur d’A. que son autorité paternelle auprès de vos chers enfants ne resterait pas intacte si, après leur avoir solennellement permis de vous accompagner aux offices catholiques, il revenait sur cette décision. (Paris 23 octobre 1884.)

De son côté, le père Ponlevoy discute avec Madame Mignon de la conversion de son mari (« Monsieur Edouard »), lui conseillant prudence et patience.

Laissez bien faire au Seigneur ce qu’il fait dans le bon M.Ed., ne le gênez pas par une intervention (25 mai 1860)

Laissez le cher M.Edouard marcher tout doucement dans sa voie, ne le gênez point, je ne crois pas que cela vous avancera, et cela le fait plutôt reculer. J’espère le voir dans ma chambre à l’Assomption, c’est moi qui lui donne rendez vous, je retourne à Paris tout exprès. (20 juillet 1861)

Mais ne faites semblant de rien ; le bon Dieu gagne du terrain, il emportera la place. (non datée)

 Là où les directeurs de conscience jugent que l’avenir du catholicisme est en jeu, ils n’hésitent pas à considérer que l’épouse doit avoir une influence sur son mari, même à son insu.

C’est encore plus net lorsqu’il s’agit de conversion. Une autre convertie, madame de Gervain, est invitée à ne rien changer à ses lectures et à son comportement de sorte que son mari ne se doute de rien dans un premier temps. Le courrier lui-même est transmis dans le plus grand secret, par le biais d’une connaissance, afin que la curiosité de monsieur de Gervain ne soit pas éveillée par une adresse inconnue.

Cette attitude des directeurs de conscience, tournée vers les intérêts de l’Eglise, a pu avoir pour effet indirect d’ouvrir une brèche dans la configuration de genre promue par ces mêmes autorités religieuses. Mettant l’accent sur la séparation des consciences à l’intérieur du mariage, ils légitiment la construction de l’autonomie et de l’individualité des femmes. Or, cet éveil possible ne s’arrête certainement pas dans les limites fixées par les directeurs de conscience, la conversion des âmes dans la famille. Cette prise de conscience de soi en tant qu’individu autonome doté d’une capacité d’agir implique une renégociation du modèle de l’épouse soumise et plus largement d’un modèle de féminité promu par l’Eglise au XIXe siècle fondé sur l’effacement de soi.

 


[1] Monsabré (1887), Le mariage chrétien, p 293.


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.