de l’élasticité du passé

Lors d’une conversation récente, un collègue et ami doctorant en histoire me racontait une discussion familiale : il faisait le constat que son entourage n’était que très vaguement capable de reconstituer l’enchaînement des régimes politiques du XIXe siècle en France.

J’avais fait le même constat en corrigeant les copies de mes L1 une semaine plus tôt : je pestais contre leur incapacité à « se raconter » les événements. Comment pouvait-on placer l’avènement de la République en 1815 ??

J’ai essayé de réfléchir à mes propres limites chronologiques. Quelle partie de l’histoire française ne suis-je pas capable de raconter ? Comment je pense l’enchaînement des événements ? Quel est mon rapport au temps ?

Je me suis rendue compte que ce rapport au temps avait été irrémédiablement distordu par ma pratique de l’histoire et que, faute de réflexivité à ce sujet, j’avais désormais tendance à juger évidentes des césures, des logiques événementielles qui ne le sont pas pour le reste de mon entourage (non historien)

J’ai tenté de reconstituer une carte mentale de ma chronologie personnelle. D’abord, ma représentation du passé se découpe comme un mille-feuille. J’ai beaucoup de mal à penser ensemble les différentes strates : histoire politique, histoire sociale, temporalités des groupes qui m’intéressent particulièrement (les femmes par exemple). Quand j’essaie de reconstituer un contexte, je vois bien que je passe d’une strate à l’autre avec difficulté : il y a le passé bien balisé (par des dates, des « ruptures ») et un autre bien plus fluide et plastique dans la manière dont je me le représente (comment une idée émerge, comment les mentalités évoluent)

Ensuite, ma représentation du passé est considérablement influencée par mon parcours universitaire et les thématiques étudiées. Une année de fac, trois années de prépa littéraire, un master à l’ENS, une année d’agrégation, deux années de doctorat : si je me représente plutôt facilement l’Empire romain, l’Angleterre d’Elisabeth et la Renaissance italienne, je suis par contre incapable de dire un mot de certaines aires culturelles et géographiques (Asie, Afrique) et de certaines civilisations. Ma relation au passé ressemble à l’éclairage d’une scène de théâtre : il y a une lumière globale, des zones d’ombre et quelquefois des poursuites orientées vers des moments et des lieux.

Le doctorat a achevé cette distorsion : passant mes journées au XIXe siècle, j’ai fini par lui donner une importance mentale disproportionnée ; ce siècle est macrocéphale dans la manière dont je me représente le passé. Il attire à lui la majeure partie de mes réflexions. Tout se produit comme si mon rapport au temps était un élastique qui serait distendu entre 1814 et 1914.


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Yann Cantin dit :

    En effet, cela m’arrive également. Vu que mon principal sujet de recherche est la Belle Epoque, cette période devient ainsi centrale dans ma représentation mentale de l’Histoire, comme une phare dans l’obscurité. Cette élasticité est intéressante, car chacun de nos intérêts lui accorde plus ou moins de souplesse, et donc, des représentations temporelles.
    Je me souviens de mes cours avec les BEP et les Bac Pro, et je dois avouer que leurs représentations sont très peu élastiques, représentant même la Révolution en 1945, soit deux siècles devenus en 60 ans. Tout dépend justement de l’intérêt historique, et de comprendre ce que représentent les années dans une vie.

    L’autre élément, c’est justement les recherches généalogiques. Grâce à cela, je peux encore mieux comprendre que le temps est à la fois long et minuscule. Long à l’échelle d’une vie humaine, mais minuscule à l’échelle des générations. A peine 38 générations séparent ma fille de la reine Alinéor, soit environ 850 années ! Tout dépend de cette représentation temporelle.

  2. Maïeul dit :

    C’est tout à fait normal. Tout rapport au monde (au temps, à l’espace, aux problèmes) dépend de son propre point de vue, de son propre intérêt. Tu le vois bien j’imagine chez tes sources, produites par des humains. Un curé de campagne n’a pas la même vision des choses importante qu’un curé urbain. Un curé ne voit pas les choses à la manière d’un paysan. Etc. Parce que chacun est un humain situé. En tant qu’humaine située, tu ne peux pas ne pas avoir cette disproportion. L’importance est d’en prendre conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.