« Combien de temps tu y passes ? » Petites réflexions sur les outils numériques.

Lors de l’université d’été de Ferney-Voltaire ces derniers jours, j’ai présenté, avec ma collègue Hélène Falavard, un certain nombre d’outils numériques pour la recherche en histoire. Nous avons notamment parlé de l’usage possible de Twitter ou de Storify, des carnets Hypothèses. Lors de conversations informelles, j’ai aussi évoqué Zotero ou Netvibes.

Une question est souvent revenue : « mais combien de temps tu y passes ? »

Qui voulait dire en réalité  : combien de temps tu y perds ?

Cela m’a un peu fait réfléchir sur mes usages du numérique et je voulais partager ces quelques réflexions – qui constituent une forme de réponse provisoire à ces objections.

A quoi ressemble une journée classique de thésarde connectée pour moi ? Cela dépend bien sûr du type de tâche à effectuer, mais essayons tout de même d’y voir plus clair.

D’abord, j’ouvre Libre Office, Bean ou Scrivener, mes trois outils d’écriture. Personne ne conteste plus désormais l’usage du traitement de texte et son utilité – je passe donc très vite.

En parallèle, je lance Zotero. Il n’est plus possible pour moi de m’en passer tant le logiciel a intégré mes pratiques de recherche. J’y répertorie mes notices bibliographiques bien sûr, mais aussi mes notes de lecture, les pdf des articles, mes cours, mes papiers, les pages web utiles, tout ce qui me semble devoir être mémorisé, classé, archivé. Quel est le temps que j’y passe/perds ? Il s’agirait plutôt de comptabiliser le temps que j’y gagne : si on estime que l’opération simple d’écriture d’une référence bibliographique prend une petite minute, et qu’un clic sur le bouton Zotero prend trois secondes – je vous laisse calculer le temps sauvé pour un bon millier de références. Il faudrait ajouter tout le temps économisé à ne pas chercher dans mes dossiers les fiches de lecture ou une référence grâce à l’outil de recherche de Zotero ; le temps économisé aussi dans l’écriture d’un article puisque Zotero permet de citer automatiquement dans les notes de bas de page. Le seul bémol possible serait d’estimer que la facilité de collecte des informations peut nous conduire à en collecter trop.

Plus problématique, l’outil Twitter. Le temps passé sur le réseau est difficilement quantifiable car je le laisse souvent en arrière plan quand je travaille – et aussi parce que c’est un outil que je rattache autant à ma vie personnelle qu’à ma vie professionnelle. Comment donc estimer l’utilité immédiate ? Je ne cherche plus à mesurer la rentabilité ; cela n’a d’ailleurs jamais été le projet quand j’ai commencé à twitter. Je sais simplement qu’il y a là une communauté qui est devenue très importante dans mon environnement de travail, un lieu d’entraide et de partage permanent qui m’accompagne au quotidien. Comme des collègues virtuels, en somme.

Netvibes est plus directement lié au travail de recherche. J’y passe peu de temps : je vérifie deux fois par semaine les nouveautés des flux RSS que je suis. Pour mettre en place ma veille scientifique, j’ai consacré une journée en début de thèse au repérage des principales revues et fils à suivre qui sont désormais tous regroupés. On voit qu’il y a là, une fois de plus, du temps gagné : un coup d’oeil permet d’avoir une vision d’ensemble des nouvelles publications et manifesations, plutôt qu’un long chemin numérique passant par tous les sites.

Enfin, le carnet Hypothèses. La perspective de la perte de temps est le reproche le plus courant, que ce soit le temps de lecture ou le temps d’écriture. Une fois de plus, tout dépend de l’usage de l’outil et de la façon dont on l’envisage. Mon propre carnet a intégré ma pratique de recherche au même titre que le carnet papier. Ce n’est pas un « à côté » un « plus » par rapport à mes autres activités : j’en ai besoin pour réfléchir, comme d’autres ont besoin d’un carnet papier ou d’un journal de recherche. C’est d’ailleurs le principal lieu de mise en forme de mes questionnements méthodologiques. Pour ce qui concerne la lecture des carnets hypothèses, je considère qu’il est essentiel de se tenir au courant des réflexions et des avancées des autres, de la communauté des sciences sociales dans son ensemble. J’ai donc rapidement tranché la question de la perte de temps. Cela fait partie de mon travail – et je dirais même plus, cela m’aide à comprendre – et à aimer – mon propre travail.


Une réflexion sur « « Combien de temps tu y passes ? » Petites réflexions sur les outils numériques. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *