saison 2015-2016

Un peu tardivement, voici le billet de rentrée promis ici.

Que se passe-t-il à l’issue de la troisième année de thèse ? Dans mon cas, une phase s’achève : celle de la recherche financée, puisque mon contrat doctoral s’est terminé fin août. Il a donc été nécessaire de trouver un autre endroit où poursuivre mes recherches. Ces recherches risquent de ralentir nettement cette année et particulièrement au premier semestre qui concentre une part conséquente de mon service d’enseignement (près de 384 heures contre 64 heures l’année dernière)

Je vais tenter de ménager une plage horaire de la semaine pour continuer la veille et la lecture mais il me semble impossible, dans mon fonctionnement actuel, de poursuivre la rédaction de la thèse avant décembre. J’ai besoin de « tunnels » pour écrire, de plusieurs heures – voire jours – pour entrer dans le manuscrit.

Des activités scientifiques devront cependant être menées autour de sujets qui me tiennent à cœur.

D’abord, l’organisation d’un colloque international « Les sources du sacré. Nouvelles approches du fait religieux » à Lyon en janvier 2016. Nicolas Guyard et moi avons souhaité réunir des chercheurs qui s’intéressent au fait religieux, qui le croisent dans leurs sources, dans leurs diverses disciplines. Ce sera pour moi le moment fort de mon année scientifique puisqu’on discutera des renouvellements d’une des branches historiographiques dans lesquelles j’inscris ma recherche. Nous présenterons à cette occasion une communication à deux voix qui évoquera les possibles usages historiens d’un outil conceptuel créé par une sociologue, Linda Woodhead : la notion de  « régime émotionnel » en contexte religieux.

Ensuite, plusieurs interventions sont  prévues depuis longtemps. En avril, je ferai un point sur l’avancée de mes recherches dans le séminaire de l’axe « croyances » de mon laboratoire lyonnais. Un peu plus tard, j’accueillerai Matthieu Brejon de Lavergnée pour une demi-journée consacrée à une thématique qui occupe une place grandissante dans mon travail : les masculinités catholiques. Enfin, j’irai discuter de l’espace de l’église comme lieu de construction de savoirs féminins dans le séminaire co-animé par Juliette Lancel (@oniromanie).

Je vous souhaite à tous une belle rentrée enseignante et scientifique.


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/10/2015

    […] j’ai pu le faire par le passé,  ou comme d’autres l’ont fait avant moi cette année, j’aimerais faire le point sur l’année qui vient de s’écouler et me projeter […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *