A la recherche d’une boussole. Du lien entre documentaliste et chercheur.

Je suis bien désolée du silence de ce carnet ; cela correspond au silence de mes activités de recherche qui ne reprendront pas avant le mois de décembre, tout mon temps étant pour le moment consacré à la tentative d’être un professeur pas trop fatigué inutile.

Quelques mots cependant des Frédoc 2015, un bel événement organisé par et pour les bibliothécaires et documentalistes qui nous aident au quotidien dans nos recherches. Ces journées de réflexion permettent de faire le point sur l’évolution de ces métiers et l’attente des chercheurs. Si cela vous intéresse, le hashtag dédié était #fredoc15 et un live-tweet a rendu compte des discussions (@fredoc15)

La documentaliste de mon laboratoire, le LARHRA, m’avait invitée à venir évoquer mon expérience de doctorat du point de vue de la recherche documentaire.

Je vous livre ici les quelques réflexions proposées autour de questions très basiques : comment chercher sa documentation ? A quoi sert le documentaliste pour le chercheur/doctorant ?

Au delà du livre

J’ai d’abord souligné que je n’avais que très rarement eu recours au documentaliste pour trouver un ouvrage dans l’espace des bibliothèques. Je crois que, de ce point de vue là, les doctorants sont indépendants. Par contre, j’ai éprouvé un besoin grandissant, au fil de ces trois années, d’être orientée dans les bibliothèques numériques et dématérialisées – de connaître leur existence et le sentier pour y accéder. Le monde de l’information scientifique en ligne évolue à une telle vitesse que les formations reçues en 2012 sont déjà largement dépassées. La multiplication des initiatives et des lieux virtuels de recherche, la masse exponentielle des données mises en ligne, tout cela produit une géographie des ressources offertes par le Web difficile à lire pour les chercheurs. C’est là que j’attends de l’aide des documentalistes : qu’ils nous aident à nous repérer dans ces nouveaux lieux de savoirs, et nous accompagnent dans la transition vers une forme de dématérialisation de l’accès au savoir.

Devenir digital native

Il serait également intéressant que nous soyons formés en continu à l’univers et à la culture numériques. J’entends par là qu’il ne faudrait pas se limiter à des formations ponctuelles (« Cairn et Persée » ou « les bases d’images en ligne ») mais proposer des formations de fond à la culture et aux outils du numérique. Ma réflexion est peut-être influencée ici par ma deuxième casquette : celle du professeur, de l’enseignante chargée des « outils numériques pour historiens ». J’ai déjà trop souvent entendu au cours de ce mois de septembre que « le numérique n’est qu’un outil dont il faut savoir se servir ». Je crois qu’une telle approche est vouée à l’échec car, justement, beaucoup de chercheurs jugent qu’ils n’ont pas besoin de nouveaux outils. Il faudrait donc essayer de poser le problème différemment : former à un environnement numérique et à ses outils, et non aux outils. Donner une culture de ce que sont les humanités à l’ère du numérique. Nous aider à comprendre le monde virtuel des Sciences Humaines et Sociales, comment il s’est construit, ses lignes de faille, ses débats. Nous apprendre à gérer les données et métadonnées que nous produisons. Mais, à mon avis, on ne peut former efficacement aux outils sans réinscrire la démarche dans une réflexion plus globale sur la société numérique.

Des bibliothécaires et des réseaux sociaux

J’ai ensuite évoqué la présence extrêmement précieuse des documentalistes sur les réseaux sociaux. Grâce à eux, je n’ai jamais eu besoin de payer une ressource : la collaboration permet de passer au-dessus des paywall. Mais leur présence apporte bien plus qu’un possible accès direct à des ressources ; j’ai remarqué aussi que cela développe ce que j’appellerais le « principe du rebond » : les sujets de recherche des usagers de Twitter deviennent visibles et connus, et documentalistes et bibliothécaires n’hésitent pas à suggérer des lectures, des visites. Cela crée du lien entre des personnes, des liens de recherche et d’intelligence collective qui ne se seraient pas tissés sans le réseau social et sa puissance de diffusion.

La table-ronde s’est ensuite poursuivie autour d’une question qui me tient particulièrement à coeur : comment faire alors pour accompagner les changements ? Comment modifier les pratiques des chercheurs ?

J’ai proposé deux solutions : la carotte et le bâton.

Le bâton : obliger les chercheurs à suivre des formations obligatoires en digital humanities et en cultures numériques. Travailler bien en amont avec les premiers cycles universitaires : trop d’étudiants arrivent encore en master sans avoir eu de moments de réflexion approfondis sur les enjeux citoyens, éthiques, disciplinaires de la révolution numérique.

La carotte : améliorer la communication autour de ces questions et faire sentir à quel point l’aide du documentaliste peut être précieuse. Lors de l’introduction, un intervenant avait évoqué la possibilité pour le documentaliste d’aider à trier la documentation utile ou non dans un univers où il n’est plus jamais possible d’être exhaustif. Je dois dire que cette idée a soulevé mon enthousiasme : combien d’heures de veille documentaire pourrions nous ainsi sauver si nous avions cet appui du documentaliste ? Il y a aussi un vrai travail de sensibilisation à mener sur la question du libre accès et de la diffusion des travaux de la recherche. La crainte du plagiat est encore très répandue alors même qu’on sait désormais que la diffusion est plutôt un garde-fou contre le copier-coller. Il serait par exemple intéressant de réfléchir à des formations sur l’identité numérique en recherche. Mes attentes à l’égard des documentalistes tournent ainsi toutes autour de cette idée : qu’ils soient les éclaireurs des chercheurs dans un monde qu’ils ne connaissance encore que très imparfaitement.


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Romain Vanel dit :

    Sur le « numérique »., au delà du livre.
    Je pense que, de ce côté, il est très difficile de généraliser les besoins (donc les offres de services). J’ai l’impression que celui qui est motivé pour découvrir les ressources « numériques » est en fait déjà formé. Devenu un digital native car il découvre ces nouveaux/futurs besoins. Notre rôle sera mineur.
    La tâche la plus ardue est de tenter un changement de pratique, avec des collègues dont tu sais qu’il existe beaucoup de chose susceptible de les intéresser, mais complètement hermétiques (pour je ne sais quelles raisons qui ne me regardent guère…) au « numérique ». Il est encore possible de faire de l’Histoire comme il y a 30 ans. Cela peut être un choix qu’il faut bien entendu respecter, avec toute la frustration que cela peut engendrer chez nous. Car il s’agit, en effet, de toute une culture qu’il faut acquérir, et pas d’un outil supplémentaire. D’où la nécessité absolue de l’intérêt du récipiendaire d’une éventuelle « formation » –même si je ne pense pas que cela le meilleur canal pour transmettre ce genre de contenu.

    Sur le bâton.
    Oui ! En Licence. Des éléments de cultures numériques doivent être enseignés en même temps que les méthodologies des diverses disciplines, dès la L1. Il faut considérer cela comme une « discipline » à part entière, qui permet de progresser en d’envisager sous un autre angle toutes les autres.

    Sur la carotte.
    Le tri. Je pense, malheureusement, qu’un doc ne peut se mettre réellement à la place d’un chercheur pour savoir ce qui est « utile/pas utile ». Une vraie expertise est à mon avis nécessaire. Surtout pour savoir ce qui pourrait-éventuellement-peut-être-être-utile-dans-une-note-d’une sous-partie-historiographique.
    Le libre accès. Le dépôt dans Hal pour dire les choses autrement. Je suis content de voir que le choses progresse. J’ai peur, malheureusement, que seul le bâton ne soit efficace. Un jour, je comprendrais peut-être ce qui effraie bon nombre de tes collègues. Tant qu’il y aura des consortia d’éditeurs qui diaboliseront l’OA en faisant culpabiliser les déposant (suivez mon regard…), on avancera pas plus que ça… Mais ce n’est pas dans ce sens que les choses devraient aller. L’identité numérique est maintenant le quasi monopole d’academia parce que nous n’avons, à mon avis, pas su nous doter d’outils rendant des services de visibilités des travaux. Mais depuis longtemps. Il y a 10 ans, combien de chercheurs en SH disposaient de leurs pages perso, qu’ils mettaient à jours à chaque publi ? En math, quasiment tous (nb : d’ailleurs, ça se voit sur lesdites pages).

    Nous devons rattraper un certain retard et immédiatement contribuer à ce qu’il n’existe pas chez les générations futures.
    Partager, et rendre disponible le savoir que vous créez est notre priorité.

  1. 09/10/2015

    […] Sourced through Scoop.it from: consciences.hypotheses.org […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.