Le chemin de l’idée. Pierre Boulez.

L’idée n’existe pas avant d’avoir pris conscience de ses possibilités de réalisation.  Une idée en soi, musicalement, n’existe pas ; elle est réaction à ce qui nous entoure culturellement. (…) Si nous essayons de refaire le chemin qui mène de l’idée à la réalisation, nous n’appréhendons jamais le motif profond : il est brûlé par la réalisation ; il est brûlé, il a donc disparu en tant que tel pour devenir une oeuvre. Une oeuvre réelle est anéantissement du désir premier de l’oeuvre ; elle est le dépassement de l’idée première et sa négation. Dans l’idée de départ, l’oeuvre est imprévisible en tant que telle. Lorsqu’on compare esquisses et réalisations définitives, on est parfois étonné de l’immense marge qui se glisse entre chaque étape de la réalisation. Mais que de différence entre le rien et l’objet, même créé provisoirement !

Tout ce que nous pouvons vis-à-vis d’elle, c’est l’analyser, essayer de reconstituer en sens inverse le chemin de la réalisation à l’idée : une sorte de perversion de l’oeuvre par l’enquête. (…)

Le métier est à la fois prévision et transgression. La connaissance de codes existants permet, en effet, la prévision, elle aide à établir le réseau des déductions possibles, elle aide à fixer les choix, elle aide à supposer comment et de quelle façon l’idée passera de l’imaginaire dans le réel. Mais le métier est aussi transgression des codes, recherche de nouveaux codes individuels ou collectifs, destruction, transformation ou reconstruction des codes anciens pour leur donner un sens différent ou des directions divergentes. Le métier peut donc n’être que de l’habileté si la prévision ne se base que sur la reproduction, l’imitation de modèles. Mais le métier peut être aussi la charnière fondamentale de l’invention si la transgression s’effectue depuis la connaissance (…) Du matériau de départ à la transcription finale, le métier est un moyen d’investigation permanent dans le possible. Il sait à la fois lancer et faire rebondir, rejaillir, créer et transformer, rassembler et disperser. Le métier de l’existant renvoie au métier de l’imaginé dans un va-et-vient perpétuel. L’oeuvre ne peut exister que par cet échange pour aller du connu vers l’inconnu, pour que l’inconnu surgisse du connu, pour que cet enchaînement soit inéluctable et irréversible. (…)

Mais il reste la question : comment vient l’Idée ? J’ai montré que la rencontre avec ce qui nous entoure, et pas seulement culturellement parlant (encore moins en référence à la seule culture musicale), nous révèle notre propre potentiel. Nous ne pouvons, au départ, agir que par référence ; alors autant utiliser cette référence avec le maximum d’acuité pour qu’elle nous aide à découvrir ce que nous sommes : nous ne le saurons tout à fait que par cette différence qui apparaîtra au contact des oeuvres déchiffrées. C’est en ce sens que l’analyse peut jouer un rôle fondamental, si elle reste limitée. J’irais jusqu’à dire que l’analyse n’apprend rien peut-être que nous ne sachions déjà, mais elle nous le révèle et nous en fait prendre conscience. (…) Ce que l’analyse permet, c’est d’abord la révélation de soi à soi, et ensuite elle nous montre les moyens de la réalisation.

1. De l'idée à l'oeuvre.

Pierre Boulez, Jean-Jacques Nattiez, Jonathan Goldman et Michel Foucault, Points de repère. deux décennies d’enseignement au Collège de France, 1976-1995 Tome III, Paris, C. Bourgois, 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *