PRAG en histoire. Retour sur une année.

La période des recrutements universitaires bat son plein et j’ai pensé que des indications sur le statut de PRAG pourraient être utiles. Je vous propose donc un retour sur expérience, qui bien sûr ne peut pas forcément être généralisé mais qui pourra peut-être aider certains à mieux comprendre en quoi cela consiste.

Qu’est ce que c’est ?

PRAG  (agrégé.e) ou PRCE  (certifié.e) sont deux statuts qui permettent à des professeur.es titulaires d’un concours du secondaire d’enseigner dans le supérieur. Ce sont des postes fixes qui ne sont plus soumis aux mutations, sauf si le titulaire le décide. Nous ne sommes pas inspecté.es, sauf à notre initiative et par un inspecteur/trice général.e. Notre service est de 384h car – en théorie – un PRAG n’a pas d’activité de recherche.

Modalités de recrutement

J’ai été recrutée en mai 2015. La procédure ressemble beaucoup à celle des maîtres de conférence : dépôt d’un dossier, sélection de candidats, enfin audition. En ce qui me concerne, on m’a laissé un quart d’heure pour expliquer mon projet pédagogique et ce que je pouvais apporter au département. Ensuite les membres de la commission m’ont posé une série de questions. Pour préparer l’audition, j’ai observé longuement les maquettes, le fonctionnement du cursus à l’université de Reims. Je me revois apprendre les noms des unités d’enseignement… mais tout cela est plutôt classique, je crois, pour préparer une audition. J’ai insisté sur un aspect essentiel de la fiche de poste : monter, coordonner un enseignement en numérique pour les L2 et L3.

Prise de poste et service

Dès que mon élection a été connue, j’ai tout de suite été intégrée aux boucles de mails et à l’organisation des services. Mes collègues m’ont appelée les uns après les autres pour m’expliquer le fonctionnement de la fac. Dès le mois de juin, je connaissais la composition de mon service, ce qui a été très confortable. Contrairement à d’autres PRAG dans d’autres universités, je n’ai jamais eu le sentiment d’être une variable d’ajustement : je n’ai eu à donner des cours que sur mes domaines de spécialité, et tout a toujours été ouvert à la discussion avec l’équipe. Mon service, le plus lourd de l’équipe de contemporaine (384h) a été consacré à l’enseignement de fondamentale contemporaine (19e siècle, L1), à l’histoire politique du contemporain (j’ai demandé à pouvoir assurer ce cours) et aux cours de culture numérique pour historiens. J’ai été en charge de trois cours magistraux dans trois niveaux, ce qui nuance l’idée selon laquelle les PRAG sont cantonnés aux TD ou cours secondaires. Je n’ai jamais eu non plus le sentiment d’être un membre secondaire de l’équipe, pas plus qu’on ne m’a fait sentir la hiérarchie Prag/MCF. Au contraire, j’ai été systématiquement sollicitée, consultée, intégrée aux décisions et discussions.

384h… et de la recherche

Le statut effraie parfois les doctorant.es et jeunes chercheur.es qui craignent que le service – 384h (un peu plus… quand on fait le choix des heures supplémentaires…) – n’absorbent leur temps de recherche. Il ne faut pas cacher que cela demande une organisation et un rythme de travail soutenu. Je n’ai pas touché à ma thèse au premier semestre. Par contre, j’ai pu reprendre rédaction et activités scientifiques en janvier. La diminution du temps consacré à la recherche est largement compensé, à mon avis, par d’autres avantages. Par rapport au secondaire, ma liberté est à peu près totale : je déplace et replace mes cours à ma guise selon les obligations scientifiques ; le calendrier universitaire est bien plus réduit en semaines. De plus, je travaille au coeur de l’université et je ne perds jamais de vue le laboratoire et les collègues chercheur.es. Mon environnement de travail et mon entourage me paraissent nettement plus adaptés pour poursuivre mes activités scientifiques que si j’avais fait le choix du secondaire. En pratique, je passe ce semestre trois jours par semaine sur ma thèse, l’animation et les projets scientifiques. J’ai sacrifié beaucoup de samedis et pris peu de vacances, en dehors du mois de décembre quasiment blanc qui a permis de reconstituer les réserves d’énergie. Il faut cependant préciser que cette situation est très spécifique : mes cours sont prêts, l’année universitaire prochaine sera donc bien moins exigeante en temps de travail.

Penser à l’avenir

C’est d’ailleurs ce dernier aspect qui avait motivé ma décision de mai dernier. J’ai considéré que ce volume de travail des premiers mois était un investissement de long terme par rapport à un poste d’ATER. Prendre trois postes d’ATER, c’est préparer trois services différents de maître de conférence, sauf à rester dans la même fac. De mon côté, l’essentiel de mon service est prêt pour plusieurs années. Il faut ajouter – last but not least – le confort psychologique de savoir qu’il n’y a pas de déménagement tous les huit mois ou d’avalanches de dossiers à préparer. Cette dimension est loin d’être anecdotique au regard de la précarité morale des jeunes profs promenés au gré des mutations. Je peux donc me projeter sereinement, accumuler de l’expérience en attendant d’avoir soutenu en 2017. Mon expérience est très positive : j’ai le sentiment d’avoir trouvé une place ici qui aurait été inaccessible par le.biais d’autres statuts.

Bon courage à tous ceux qui voudront se lancer dans l’aventure !


4 réflexions sur « PRAG en histoire. Retour sur une année. »

  1. Bonjour,
    je suis contente pour vous, car en effet ce n’est pas toujours aussi rose. Mais je tiens à signaler que vous êtes en train de justifier le fait que Prag peut valoir l’équivalent d’un poste de MCF – juste avec le double d’heures de service. Un poste de Prag n’est pas pensé pour la recherche, et c’est une vraie arnaque pour les jeunes docteurs. A long terme, et déjà aujourd’hui « Prag is the new Maître de conférences ». Et ceci, dans l’économie de la recherche, n’est pas acceptable. Je regrette que ce soit un état de fait qui se généralise et sur lequel nous allons devoir continuer à compter.

    1. J’ai suivi le même parcours mais n’ai pas réussi à décrocher un poste après de nombreuses auditions, j’ai lâché, épuisée, mais mon domaine de recherche n’était pas très « avant-gardiste » non plus je l’avoue … (je veux dire que d’autres savoirs bien plus porteurs en terme de postes se développaient). Conclusion : difficulté à se positionner et à se stimuler même si ce n’est pas le bagne et le sentiment que le système universitaire ne fonctionne pas bien et produit de plus en plus d’injustice. Vous avez raison, il faudrait demander plus de poste de MCF mais une autre réalité s’installe, alors ne faut-il pas reconsidérer toute l’organisation et revaloriser le statut de PRAG ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *