Le boulet doctoral (1)

Rédigeant gaiement ma thèse cet été, et n’ayant plus de neurones disponibles pour vous proposer des billets recherche (beaucoup d’idées mais peu d’énergie !), j’avais envie d’écrire un billet plus léger suite à un partage d’expériences récent avec la #teamrédaction de Twitter.

J’intitule donc ce billet « Le boulet doctoral ».

Le but est de rire un peu de montrer que le doctorat est une véritable aventure formation professionnelle qui permet d’accumuler des galères de l’expérience pour une future recherche.

Je vous invite donc à compléter la liste que je commence ici.

Je ne changerai pas, à l’avenir, mon système de numérotation de photos d’archives en cours de recherche. Non, non.

Je n’oublierai plus que, lorsque je collecte une référence Zotero après avoir consulté le livre, les éditions sont *peut-être* différentes. Et que, en conséquence, mes citations sont *peut-être* toutes à reprendre.

Je prendrai des routines plus rigoureuses dans mes notes de lecture pour éviter le fatidique « je n’ai pas la page. Je cite ou pas ? »

J’arrêterai de croire que je comprendrai une phrase vaguement implicite dans mon cahier trois années plus tard.

Je réfléchirai AVANT d’être au milieu du gué à la meilleure manière d’organiser mes versions de manuscrit.

Je ne m’entretiendrai plus dans l’illusion que j’ai inventé la poudre parce que j’ai bêtement oublié de réactiver mon alerte Google sur un sujet sensible.

Je ne cliquerai pas sur « quitter sans sauvegarder » parce que j’ai hâte de terminer ma journée et que je ne lis plus l’écran – (à ce stade, en général, l’ordinateur pourrait demander « voulez-vous détruire cette thèse et la planète avec ? », je cliquerais sans doute sur oui…)

 

 

Entre autres.

 

🙂


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Mathieu Fusi dit :

    Merci pour ces conseils et leur forme amusante . J’ai hâte de commencer à rédiger en tous cas !

  2. Vincent dit :

    C’est spécifique, mais j’ajoute à la liste:
    Je ne recopierai plus une citation en grec ancien sans les accents et ni les esprits, par flemme (maudit clavier en grec polytonique), en me disant que je reprendrai tout ça pendant la relecture.

  1. 11/10/2016

    […] fait le témoin de ma routine méthodologique et il m’oblige à la systématiser sous peine d’aventures de toutes sortes. C’est bien ici que j’ai ancré mes choix d’écriture et mes questionnements de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *