Un été sans la thèse

À l’heure ou chacun·e s’apprête à partir en vacances, quelques mots – peut être un peu personnels – de la façon dont s’écoule le temps entre le rendu de mon manuscrit et la soutenance prévue pour septembre. Comme beaucoup d’ami·es me l’avaient dit, ce n’est pas tous les jours très simple.

Il y a certes l’immense soulagement de ne plus minuter sa vie : je me rends compte maintenant à quel point mes mois étaient rythmés par des « passages » de sous-partie, partie, chapitre. Au mois de décembre, il n’y avait plus « lundi, mardi, mercredi… » mais « sous-partie 1, sous-partie 2, relecture chapitre 5 ». Cette sorte « d’arithmétique des jours » s’était insinuée jusque dans ma manière de comptabiliser le temps utile et inutile. Soulagement donc, joie et exaltation des longues tâches terminées. Je dois d’ailleurs préciser qu’on met du temps à réaliser que c’est terminé ; corps et cerveau ne répondent pas tout de suite à l’injonction de se détendre et de se reposer.

Mais ce soulagement est mêlé d’émotions plus ou moins discernables et définissables ; une forme d’intense fatigue intellectuelle. J’ai constaté avec surprise mon incapacité totale, pendant de longues semaines, à lire véritablement un article de plusieurs pages, alors que je sautais littéralement d’un concept à l’autre trois semaines plus tôt en rédigeant. Le sentiment que toute capacité de concentration s’était brutalement envolée. S’ajoute à cela une forme de vide, d’inquiétude de l’avenir ; et si je n’avais plus d’idées ? Et si l’énergie ne revenait pas ? L’entourage demande : que vas-tu faire maintenant ? … Au moment où ce « maintenant » n’est pas encore très clair dans la tête. La perspective d’avoir à gravir, plus tard, d’autres montagnes, intervient au moment même où l’on commence à peine à prendre conscience du paysage au sommet de la première.

Le plaisir revient cependant depuis quelques jours. J’ai rendu mon travail il y a trois mois. Je n’arrive toujours pas à me relire, ni à entamer un article. Mais je recommence à apprécier de lire, tranquillement, sans chronomètre, sans balayer l’introduction et la conclusion à toute vitesse. Il est temps maintenant de prendre des vacances lointaines pour achever de reprendre son souffle.

Je reviens en septembre pour vous parler de mes projets et, sans doute, … de ma soutenance. D’ici là, je vous souhaite un bel été.

 

P.S. : En attendant, je parle d’amour sur Mondes sociaux et d’antiféminisme sur le blog de la bibliothèque santé de Paris.


4 réflexions au sujet de « Un été sans la thèse »

  1. Merci pour votre blog que je suis (irrégulièrement, désolée).
    Je pense que j’ai été atteinte par la « maladie de la thèse », vraiment pourquoi moi?
    Je suis une doctorante séniore de l’Inalco qui vous a rencontrée le 22 janvier 2016, lors de la journée à Villetaneuse sur le Kit de la Thèse.
    Je puise dans votre expérience des forces pour conduire ma propre thèse.
    Bon été, Annette

  2. Profite de ce temps de repos, tu l’as mérité ! Tu apprécieras d’autant mieux ta soutenance et la suite . Et bravo encore pour ton travail ! Rares sont les personnes, à tout juste 30 ans, à soutenir tout en ayant déjà un poste à l’université (moi, à 30 ans, j’étais enseignant en collège et je n’avais pas encore commencé ma thèse…).

    1. Merci Christophe, oui, j’ai beaucoup de chance 🙂 bel été à toi aussi ! profite bien du calme après la soutenance 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *