Archives de catégorie : Archives du for privé

« Je suis dans une situation inextricable ». Violences conjugales et direction de conscience au XIXe siècle.

C’est un tout petit dossier de mon corpus de thèse : quatorze photographies, une carte de visite annotée, six lettres, écrites par madame de F. au père Janvier entre 1906 et 1907.

Madame de F. subit des violences de la part de son mari.

Je suis dans une situation inextricable et je viens vous demander l’appui de vos conseils. Le 19 mars mon mari m’a fait une scène des plus violentes, s’est livré à des faits d’une brutalité telle que j’en porte encore les marques. Il n’est ni plus ni moins question que d’une séparation, tout à l’heure je lui ai proposé une séparation à l’amiable, la vie commune n’étant plus possible, il m’a répondu qu’il voulait une séparation judiciaire car la séparation à l’amiable lui donnerait tous les torts. Si je n’avais craint d’être indiscrète, mon Père, je vous aurais entretenu de mes chagrins et de mes tourments, mais je vous savais pris par vos conférences et je n’ai pas osé. Vous allez être libéré demain mais sans doute bien fatigué. Néanmoins, mon Père, si vous pouvez disposer de quelques moments, dites-le moi, je serais désireuse d’avoir votre avis. Mon Directeur lui même m’a dit qu’il serait heureux d’avoir vos Lumières. Si c’est possible indiquez moi le jour et l’heure ou je pourrai vous rencontrer car par lettre c’est bien difficile de vous expliquer les embarras dans lesquels je me trouve.

Peut-être, mon Père, allez-vous aller vous reposer à Mayenne ?

Ne pourriez-vous dans ce cas vous arrêter à Versailles entre deux trains ?

Je compte sur vous, mon Père, la situation est tellement grave que je ne crains pas d’insister pour vous voir ; répondez moi chez ma mère qui elle aussi voudrait votre avis. Maurice lui-même serait plus tranquille.

Excusez mon griffonnage, mon Père, le décousu de ma lettre mais depuis quinze jours bientôt je suis folle. Je ne puis mettre deux idées ensemble et ne sais plus distinguer ce que je dois faire ou éviter. Venez à mon secours et recevez à l’avance mon bon Père, avec mes remerciements, l’assurance de ma respectueuse affection.

1907 Le Fleury 1_censored

Elle s’installe alors provisoirement chez sa mère, rue Carnot. Dans cet univers aristocrate et profondément catholique, on ne divorce pas : la séparation de corps est d’ailleurs parfois désignée par l’expression »divorce des catholiques ». C’est ce que Madame de F. souhaite ici : une rupture de la vie commune et la possibilité d’habiter un autre lieu que le domicile conjugal. Ce type de procédure est un véritable parcours du combattant. Les difficultés peuvent venir du mari : s’il refuse la séparation à l’amiable, ce dont il la menace, chacun devra alors prendre des avocats et prouver les torts de l’autre, rendant ainsi publics tous les détails de leur vie de couple. Par ailleurs, le choix de la séparation a des conséquences matérielles très lourdes sur la vie des femmes mariées, puisqu’elles ne peuvent plus compter sur l’assistance économique de leur mari qui est le pourvoyeur du ménage dans une répartition des rôles très normée. Madame de F. semble pouvoir s’appuyer sur sa famille : sa mère et son frère Maurice.

Les enjeux sont si pesants qu’elle recourt à un tiers, le père Janvier, pour mesurer plus exactement les conséquences d’une rupture de vie commune. On peut noter qu’elle a déjà fait appel à son propre directeur de conscience qui, perplexe, l’a envoyée prendre conseil auprès de Janvier. Cette suggestion s’explique probablement par la bonne réputation du père Janvier : son expertise en matière d’affaires conjugales est reconnue. Dans un premier temps, la comtesse lui demande donc des conseils sur l’attitude à tenir à l’égard de la conduite de son mari violent. Elle compte sur sa sagacité toute spirituelle pour l’éclairer – elle et son confesseur.

Il lui répond rapidement et s’oppose absolument à l’idée qu’elle se sépare de son mari. Il n’y a là rien de surprenant. Tous les manuels de bonne morale catholique rappellent l’indissolubilité du lien et les nécessaires sacrifices que représentent la vie conjugale. Un bon exemple de ce type d’ouvrage est celui de Monseigneur Dupanloup, disponible sur Gallica.

Capture d’écran 2016-03-04 à 15.47.12

Capture d’écran 2016-03-04 à 15.47.59

 

Elle lui écrit alors une autre lettre, visiblement destinée éclaircir plus précisément le prêtre sur les dangers physiques qu’elle encourt (17 avril 1907)

Il est en effet bien difficile de traiter par correspondance la grande affaire dont je vous ai parlé, et il y a tellement de détails qui aggravent la situation et qu’on ne peut donner par écrit. Quelle malchance que vous ne soyez pas à Paris en ce moment. Comme j’aurais été heureuse d’aller vous trouver et de vous ouvrir tout mon coeur.

(…)

Il y a deux ans il m’a fait passer un été atroce me faisant scène sur scène. Maurice lui a fait jurer sur le corps de notre pauvre fillette agonisante d’être un bon mari. Le petit cercueil n’était pas encore enlevé qu’il me faisait une scène épouvantable à propos d’un crêpe de chapeau et trois mois après pour une raison futile, il venait me souffleter à deux reprises dans une pièce ou je m’étais retirée pour ne pas continuer la discussion. Cette fois la violence a été plus forte que jamais et c’est par miracle que je n’ai pas été assommée quelques millimètres plus haut, le coup portait sur la tempe et cela en était fait de moi. Un peu plus bas, il me faisait sauter l’oeil. Voilà aujourd’hui quatre semaines, et il en reste encore une marque, c’est vous dire, mon Père, qu’il n’y a pas été de main morte. Je suis restée avec lui les quinze jours qui ont suivi cet acte de lâcheté sa conduite a été odieuse pendant ce laps de temps j’ai tout fait pour lui rendre la vie douce et facile et voilà le résultat auquel je suis arrivé, les attentions que j’ai eues pour lui, les soins que je lui ai prodigués ne comptent pas, ce sont des manières doucereuses sous lesquelles je cachais mes sentiments à son égard. Il a je crois le délire de la persécution et la monomanie de l’argent, il passe son temps à faire des comptes il (??) des chiffres sur des pages et des pages.

Ne ferez vous pas une apparition à Paris avant la fin de mai et alors ne pourrais-je vous voir ? Répondez-moi mon Père de toute (??)

Cet homme me fait peur et jamais jamais je ne (??) Rien qu’à l’idée de retrouver en présence de ce misérable tout en moi se révolte et j’ai des crises de désespoir. Si j’y retourne, mon Père, si on me dit que c’est mon devoir, j’y retournerai comme un condamné va au supplice, car je mourrai de sa main ce qui sera peut-être bientôt fait de chagrin et de consomption plus le coup qu’il m’a donné était tellement violent que ne sachant ce qui allait s’en suivre, on l’a fait constater par un médecin qui est le nôtre. Connaissant mon mari il n’a pas été autrement étonné de cet acte de brutalité et prétend qu’il a quelque chose d’anormal dans le regard et qu’il n’a qu’une demi responsabilité mais qu’il est dangereux pour moi de vivre près de lui que dans un moment de folie, s’il tient un marteau ou autre chose à sa main, il pourra très bien me frapper avec et alors !

Maurice l’a vu et a eu avec lui une explication, il a retourné tous les faits, c’est moi qui l’ai attaqué, l’ai griffé etc etc, c’est un pauvre fou avec lequel on ne peut raisonner.

Il y a huit jours la bonne ne voulant pas rester avec lui, il m’a écrit me faisant soi-disant des excuses mais l’intérêt perçait et il finissait par me dire de rentrer parce qu’il n’aurait personne à son service. Et pendant qu’il se faisait petit près de moi, il allait trouver mon directeur lui disant qu’il ne me connaissait pas, que je ne lui disais pas tout etc, lui écrivant un réquisitoire contre moi de huit pages sur papier minute et il écrit serré ! Le Père n’a rien voulu entendre mais quand il a essayé de lui parler de patience et de douceur mon mari a voulu s’emporter, disant qu’il me soutenait, et il est parti pas content. Personne ne peut le raisonner car lui déraisonne tout le temps, personne n’a d’empire sur lui, il se croit infaillible.

Voilà où en sont les choses, mon Père comme je vous le disais c’est un malheureux fou, c’est un violent sur les promesses duquel on ne peut compter.

Me disant qu’il n’avait aucun regret, qu’il était tout prêt à recommencer, voulant enfoncer la porte de ma chambre dans laquelle je m’étais réfugiée par crainte de lui et sur le conseil du Médecin. Je ne pouvais manger vis à vis de lui tant il me faisait des yeux terribles, ma main tremblait tellement que je ne pouvais tenir une fourchette, et mes dents claquaient contre ma cuiller. Maurice est venu me délivrer mais il me laisse complètement libre de faire ce que je voudrai ne voulant m’influencer en rien. On m’a conseillé de réfléchir pendant un mois, voilà déjà quinze jours écoulés et je ne suis pas plus avancée que le premier.

1907 Le Fleury 4

Il y a beaucoup à dire de cette lettre.

Face aux violence physique et psychologique exercées par son mari, elle mobilise toute son énergie et des ressources : elle fait intervenir sa famille (Maurice), son médecin, son directeur de conscience.  Les tiers deviennent l’enjeu de rapports de forces : Monsieur de F. n’hésite pas à tenter de décrédibiliser sa femme aux yeux même de son confesseur. Il tente également de manipuler Maurice et de faire passer la victime pour le bourreau.

De son côté, la comtesse essaie d’obtenir de son entourage spirituel l’autorisation de débuter une procédure de séparation. Le ton a sensiblement changé depuis la première lettre :

En principe, me dites-vous, vous êtes opposé à la séparation, mais la théorie est plus facile que la pratique car comment voulez-vous vivre avec un homme dont vous n’êtes jamais sûr de la minute qui va suivre dont la violence est telle que les engagements les plus sacrés n’existent plus pour lui lorsqu’il est en colère.

Se heurtant au refus du père Janvier de légitimer la séparation, elle lui oppose l’écart entre le principe (général) et la pratique (l’exception). C’est une rhétorique relativement courante dans la direction de conscience : le rôle du directeur est justement de comprendre la meilleure interprétation et application de la règle pour ses dirigé.es. Elle invoque ensuite les risques qu’elle court, pensant certainement que Janvier n’émettra pas d’objections à son projet de… sauver sa vie. Elle insiste enfin sur la nécessité de le voir :

Il est en effet bien difficile de traiter par correspondance la grande affaire dont je vous ai parlé, et il y a tellement de détails qui aggravent la situation et qu’on ne peut donner par écrit.

Pour elle, la correspondance ne remplit plus le rôle décrit par Cécile Dauphin (1991)

« La lettre n’est pas seulement un moyen de s’accommoder de l’absence de l’autre. Elle devient nécessaire chaque fois que le sujet de la conversation est assez grave pour que l’on désire obtenir des assurances plus formelles, des engagements plus positifs que ne le seraient de simples paroles, pour tout sujet délicat qui ne souffre pas l’improvisation, ou encore pour une affaire compliquée : la lettre permet de présenter les faits dans un certain ordre, avec un enchaînement nécessaire pour en tirer certaines conséquences, pour les rendre plus frappants. On entrevoit ainsi un statut plus complexe et distancié de la lettre, comme preuve, comme document, comme démarche officielle, comme organisation du discours et comme instrument de réflexion. A l’évidence, l’écriture met une distance entre l’épistolier et ses paroles, implique des transformations dans la manière de les mettre en ordre, suppose un travail sur le sentiment et sur l’expression de soi. »

Du côté du père Janvier par contre, il est probable que ce soit justement cet aspect de l’épistolaire qui l’a poussé à conserver ces six lettres. Confronté à une situation complexe dans laquelle son avis est très attendu, il a sans doute souhaité conserver les lettres pour les relire et préparer sa réponse.

Réponse qui n’est jamais venue.

Janvier a du être profondément troublé par la situation car il semblerait qu’il se place complètement en retrait au cours des semaines suivantes. Son silence provoque la colère de la comtesse et de sa mère :

1907 Le Fleury 8

Pourquoi Janvier refuse-t-il de répondre ? Nous en sommes réduits aux hypothèses. Il est d’abord possible qu’il n’ait pas souhaité engager sa parole. Rappeler à madame de F. à son devoir, malgré le caractère évident des violences subies, est particulièrement inconfortable. Par ailleurs, il a pu considérer qu’il n’avait pas de rôle réel à jouer. En effet, la comtesse semble avoir déjà pris sa décision au moment où elle lui écrit :

Je suis à la veille d’une séparation et j’ai des scrupules. Je veux la tranquillité mais je ne voudrais pas que mon mari soit malheureux.

Elle n’attend pas autre chose du père Janvier qu’une forme de validation de son choix : elle souhaite qu’il soulage sa conscience et la libère de l’angoisse de porter la responsabilité de la séparation.

Les échanges s’interrompent.

Je perds sa trace après le mois de juin 1907.

Il reste seulement une lettre de 1922.

L’adresse qui y figure est le 25 rue de l’Orangerie.

C’est l’adresse du domicile conjugal de 1906-1907.

Ecrire quand même. Pistes pour l’étude de la place des femmes dans le développement de la littérature catholique au XIXe siècle.

Au milieu des mille exigences de cette fin de semestre, j’ai pris le temps d’une respiration pour replonger un moment dans mon corpus de thèse. Je voudrais explorer dans ce billet quelques pistes de réflexion autour de la prise de plume des femmes des élites du XIXe siècle – et surtout la question de la visibilité de leur écriture, dans un contexte de développement de la littérature religieuse.

Dans mes sources, la plupart des femmes qui écrivent à leur directeur de conscience – ou leur journal personnel – expriment à un moment ou un autre le désir d’écrire, d’écrire pour être lues. Elles souhaitent apporter leur contribution aux débats et polémiques du siècle, que ce soit sur le problème de l’éducation (quelle place doit occuper l’Église dans l’éducation des français-es ?), ou de la « science catholique » qui tente d’accorder les avancées scientifiques et la méthode critique avec la foi et les principes religieux. Elles veulent aussi participer à la diffusion des pratiques de piété et des modèles de spiritualité qui leur tiennent à coeur. Ce désir de s’investir se traduit pas la volonté d’écrire : des manuels éducatifs, des biographies édifiantes, des réfutations aux attaques intellectuelles, de la fiction (romans).

La comtesse de Menthon souhaiterait écrire un ouvrage à destination des visiteurs d’Annecy, afin de leur indiquer des lieux à visiter autour du personnage de François de Sales. Cela prendrait la forme d’une sorte de guide de géographie spirituelle :

Vous déciderez, mon Père, s’il faut s’arrêter à ce projet, ou le laisser la. Je tiens à ce que vous prononciez : votre commandement peut tout enrayer ou tout faire marcher, car vous avez la conduite. Je me sens d’autant plus docile que je n’aime précisément pas le travail. (22 octobre 1862)

Au moment où elle l’avertit du projet, elle a déjà rédigé l’avant-propos qu’elle joint à sa lettre.

De son côté, la vicomtesse d’Adhémar élabore un traité de l’éducation des filles qu’elle soumet à l’abbé Frémont :

Dans sept ou huit ans ma tâche maternelle sera terminée. J’y aurai travaillé pendant vingt neuf ans. J’aurais alors cinquante ans. (…) Mais quel sera ce travail ? Je me le demande depuis longtemps. Mes idées commencent à se classer et je vois que je me consacrerai à l’éducation de la jeunesse. J’avais pensé donner quelques conseils écrits. (13 juillet 1891)

Plusieurs d’entre elles réfléchissent aussi à l’édition future de leur correspondance avec le directeur de conscience : Marguerite Ubicini par exemple.

Face à cela, les réactions des directeurs de conscience sont contrastées. Ils peuvent refuser net. Dupanloup laisse un peu de temps passer avant d’indiquer à la comtesse de Menthon qu’elle doit abandonner son projet :

Quand à mon petit travail je savais bien que nous ne serions pas du tout d’accord, permettez moi de vous le dire mon Père, en toute liberté et avec joie, car cela me donne d’abord la satisfaction d’en rester là. Quoique dans votre lettre vous ne vous soyez pas expliqué, je me doute que je n’ai pas l’esprit assez précis pour bien faire le peu que vous voudriez qui fut fait, qui est un précis très succinct et très net. Je n’ai pas non plus l’esprit assez appliqué pour bien faire ce que j’imaginerais qui est de faire connaître aux étrangers, et encore mieux aux gens du pays, tous les points par lesquels nos saints ont touché le sol de notre patrie. (6 avril 1863)

Ils tentent de canaliser les désirs d’écriture de leurs dirigé-es dans des tâches qu’ils jugent plus adaptées : travaux de traduction ou de synthèse documentaire à partir d’ouvrages déjà existants. Elles sont systématiquement les petites mains des entreprises éditoriales de leurs directeurs : elles transcrivent les lettres, relisent des manuscrits et des textes de conférences (!!), traduisent. Il me semble que ces collaborations n’ont pas été étudiées alors même qu’elles sont la condition nécessaire du développement si rapide de la littérature d’inspiration catholique.

Parfois, ils acceptent le projet soumis par la dirigée : l’abbé Frémont encourage ainsi la vicomtesse d’Adhémar à publier son ouvrage et l’accompagne dans toutes les étapes éditoriales, de la relecture du manuscrit à la stratégie de diffusion.

Dans l’ensemble cependant, les directeurs dissuadent leurs dirigées de se lancer dans de telles aventures. Ils relaient le discours normatif qui vise à inculquer aux femmes l’effacement de soi : signer un livre, c’est déjà se mettre en avant d’une façon jugée inconvenante, c’est revendiquer une individualité et des opinions personnelles qu’on défend hors de la « sphère privée ». Les dirigées ont parfaitement conscience de la nature des réticences de leurs interlocuteurs. C’est la raison pour laquelle elles développent des stratégies visant à convaincre de la pertinence des projets de publication- et surtout de leur compatibilité avec le respect du modèle de féminité catholique. Si certaines d’entre elles choisissent de jouer sur le pouvoir d’un prêtre contre un autre prêtre, d’autres proposent d’invisibiliser le véritable auteur de l’ouvrage : ainsi, le soupçon d’affirmation de soi dans l’espace public – et le risque de péché par orgueil – est minoré. Voici ce que propose Arthémise de Menthon :

Ce que je tiendrais par dessus tout comme nécessité, si je faisais ce livre, c’est que vous m’en gardiez le secret : je considère cela comme un péché et il y faut un coffre à part. Je chercherais un abbé assez humble et assez discret pour en être le parrain, et je le laisserais courir sans plus m’en occuper…

Elle propose de publier l’ouvrage sous un prête-nom. Cette hypothèse est aussi envisagée par la vicomtesse d’Adhémar et par madame Radowska. Pour Dupanloup, ce camouflage ne suffit pas et le projet s’interrompt.

Mais pour les autres ? Combien d’ouvrages ont ainsi été rédigés par des femmes, et ont alimenté le considérable marché de la littérature religieuse du XIXe siècle, tout en n’étant pas signés de leurs auteures ?

Les stratégies déployées par ces femmes pour écrire pourraient avoir eu pour effet direct de les invisibiliser – condition indispensable pour écrire quand même et occuper une place dans l’espace éditorial.

De l’usage tactique de la direction de conscience

Depuis que j’ai commencé à travailler sur la direction de conscience, je suis sans cesse confrontée aux problématiques de la liberté et de la contrainte. La direction de conscience est une pratique de pouvoir : le directeur de conscience relaie un discours qui assigne à chacun une place et un rôle. Par exemple, il relaie un modèle de féminité défini par la maternité et une forme de conjugalité fondée sur le dévouement et l’obéissance. Son pouvoir est légitimé par le caractère spirituel de l’autorité qu’il détient. Il est un des éléments du dispositif qui assure la reproduction d’une certaine configuration de genre. De leur côté, les dirigé-e-s ne cessent de jouer avec les « failles » du « pouvoir propriétaire », d’après l’expression de Michel de Certeau. Ils semblent faire un usage tactique de la direction de conscience :

La tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Aussi doit-elle jouer avec le terrain qui lui est imposé tel que l’organise la loi d’une force étrangère. Elle n’a pas les moyens de se tenir en elle même, à distance, dans une position de retrait, de prévision et de rassemblement de soi : elle est mouvement « à l’intérieur du champ de vision de l’ennemi » comme le disait von Bülow, et dans l’espace contrôlé par lui. (…) Il faut utiliser, vigilante, les failles que les conjonctures particulières ouvrent dans la surveillance du pouvoir propriétaire. Elle y braconne. Elle y crée des surprises. Il lui est possible d’être là où on ne l’attend pas. Elle est ruse. En somme, c’est un art du faible1. 

La direction de conscience est un lieu d’exercice de ces tactiques. Le « fort » est celui qui est en situation de pouvoir effectif. Le « faible » est celui qui subit la contrainte. Ce dernier ne cesse de jouer des « failles » de la direction de conscience. Les dirigé-e-s se servent de cet espace à d’autres fins que celles définies par l’institution : ils investissent le lien de préoccupations qui n’ont rien à voir avec ce qui était prévu. Le progrès spirituel y devient bien souvent secondaire.

Les tactiques sont des procédures qui valent par la pertinence qu’elles donnent au temps – aux circonstances que l’instant précis d’une intervention transforme en situation favorable, à la rapidité de mouvements qui changent l’organisation de l’espace, aux relations entre moments successifs d’un « coup », aux croisements possibles de durées et de rythmes hétérogènes2

Ces « circonstances » exploitées par les dirigé-e-s peuvent être de différents types. La possibilité d’échanger avec le directeur par correspondance élargit la liberté des dirigé-e-s concernant les sujets qu’ils veulent aborder, car la parole n’est pas immédiatement silenciable. Ensuite, ils ont l’assurance qu’un secret complet sera maintenu autour de leurs échanges. Enfin, le directeur de conscience est tenu d’assurer la continuité de la relation : sauf cas très grave, on ne peut changer de guide spirituel. Le prêtre ne peut pas rompre le lien même si la personne dirigée ne suit pas ses conseils – même si la personne dirigée refuse de respecter le modèle de la direction de conscience.

C’est un « bon[s] tour[s] du ‘faible’ dans l’ordre établi par le ‘fort’ « .

[1] Michel de Certeau, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire,  Gallimard, Paris, 1990, p. 61.

[2] ibid, p. 65.