Archives par mot-clé : archives privées

« Un centième de moi-même »

La définition particulière de « l’intimité » du journal personnel, dont je parlais ici, a des effets sur sa forme.

J’en identifie trois : le tissage, le cryptage, le silence.

Je trouve ces trois formes dans le journal de Claire Pic, que j’ai déjà évoqué. Claire rédige son journal entre 1862 et 1866, et le referme à la veille de son mariage avec Adolphe Dufour. Son fiancé connaît l’existence du journal, et demande rapidement à en lire quelques pages:
[3 février 1866]
Je suis décidée, quoique cela me coûte beaucoup, d’envoyer à M.A. les deux cahiers de mon journal. En allant au fond des choses j’ai cru voir qu’il y avait peut être plus d’amour propre que de réserve dans mes hésitations à lui donner cette marque de confiance.

Lorsque l’amie ou le fiancé lisent le journal, ils peuvent l’annoter : c’est ce que j’appelle le « tissage », l’entrelacement de plusieurs écritures dans un même journal personnel.

[27 février 1866]
Oui, décidément, je le constate toujours avec un nouveau plaisir, ce qu’il y a de nouveau dans ma vie s’est emparé complètement de moi. Je suis tout à fait prise, le coeur, la tête, tout est absorbé. Il y a une question que je voudrais résoudre, c’est celle ci: « Puis je passer cinq minutes sans penser à M.A. directement ou indirectement ? ». Je penche pour la négative.

Adolphe (M.A.) a ajouté en-dessous :

Je profite tout de suite de la permission qu’on m’accordera plus tard pour dire qu’il y a longtemps que j’ai résolu la question par la négative absolue.

Je trouve cette phrase d’Adolphe merveilleuse, car elle lie toutes les temporalités du journal de Claire. Il y a d’abord l’immédiateté de la lecture: il profite « tout de suite » de l’autorisation de lire. Puis vient le jeu avec le passé du journal: au moment ou Claire écrit, le 3 février, il n’est pas encore autorisé à lire (« la permission qu’on m’accordera plus tard »). Enfin, le présent d’Adolphe, fiancé ou marié à Claire (on ne sait pas de quand date l’annotation), qui exprime les mêmes sentiments qu’elle.

Cette possibilité d’être lue entraîne des effets de cryptage de l’écriture.

Claire écrit, la veille de son mariage, dans son journal (1864)

> Aujourd’hui j’ai compris et défini nettement un des inconvénients de ma position qui m’effrayait vaguement depuis peu. C’est si délicat que cela ne peut s’écrire. C’est fait de rien avec peu de choses au fondement, et cependant cela ne doit pas être négligé au vu de certains éventualités qui, j’en suis intimement persuadée, ne se présenteront pas, mais pourraient se présenter. Et même sans rien redouter, mieux vaut encore la ligne de conduite que j’adopte: j’ai la conscience assez délicate, je désire éviter des doutes, des scrupules, des troubles toujours pénibles et inquiétants.

Je dois alors faire des recoupements parfois délicats, étudier patiemment le contexte, les autres occurences des termes qu’elle utilise, pour élucider le petit mystère. Cela m’intrigue beaucoup, car je reviens toujours à une question : si j’arrive à percer le secret, Claire devait bien se douter qu’un autre lecteur averti le pourrait aussi ? Dans le cas présent, quelques déductions m’ont permis de découvrir ce qui se cachait derrière ces formulations elliptiques. Les lecteurs de ce billet me diront s’ils souhaitent que je partage mon hypothèse…

Au delà du cryptage, reste la possibilité du silence. Nombreuses sont les choses qui « ne s’écrivent pas »: le corps est passé sous silence, par exemple. Claire prépare son départ aux eaux :

[27 juin 1863]

J’aurais préféré partir plus tôt pour des raisons qui ne s’écrivent pas.

Il faut alors essayer de comprendre pourquoi certains sujets sont absents des journaux. Les blancs révèlent souvent les tabous.

[6 décembre 1865]
Cher journal, tu n’es qu’un aperçu, un vingtième, un centième de moi même, car je n’y inscris pas la centième partie de mes pensées, de mes impressions. Tu es une vue d’ensemble, ce qu’en dessin on appelle une grande forme de moi-même.

 

 

billet intime 2

 

Photographie           zev        , « Bless my sponge bath », CC.

Le Saulchoir

 

Je souhaitais dire quelques mots du Saulchoir, l’un de mes lieux de travail, d’où provient une partie de mon corpus. Il me semble que cette bibliothèque gagnerait à être mieux connue de la communauté scientifique. Il s’agit d’un des points névralgiques des activités intellectuelles de l’ordre dominicain, situé à Paris, dans le 13e arrondissement (1)

Le Saulchoir est une bibliothèque d’études, mais aussi un centre d’archives dont les fonds pourraient être mieux exploités par les chercheurs.

Pour ma part, j’y ai trouvé des corpus de correspondances d’une richesse extraordinaire, parfaitement conservés grâce au travail des archivistes de l’ordre. Ces fonds « du for privé » concernent des personnalités très diverses. Cela tient à l’insertion des frères dominicains dans le monde et à la densité des échanges épistolaires qu’ils ont entretenu.

Je développerai ici l’exemple du fonds du père Janvier (2). On y trouve des lettres de Charles Maurras dont il est intime; d’Hubert Beuve-Méry, mais aussi de la plupart des membres de l’élite parisienne, catholiques ou non. Il était aussi parfaitement intégré au monde des revues et des journaux: plusieurs dossiers concernent des articles ou des polémiques autour d’articles de presse, en plus des lettres reçues des éditeurs et maisons d’édition. Le fonds offre aussi des sources privilégiées pour l’étude des milieux d’Action française, dont le père Janvier est une des figures; la pochette « Léon Daudet » est particulièrement volumineuse. L’univers des catholiques engagés en politique est bien représenté : on trouve par exemple un dossier « Jacques Piou » conséquent.

Une partie importante du fonds est composé de lettres de laïcs « ordinaires », inconnus. Pour poursuivre sur le fonds Janvier, que j’ai exploré pendant plusieurs jours, des dossiers complets d’hommes et de femmes ont été conservés. Ils ont écrit au père Janvier pour avoir un avis, pour demander un appui, pour solliciter une médiation. Ce type de fonds est exploitable dans des recherches des plus variées: histoire et sociologie des sexualités, du couple, de l’éducation, des associations, et bien sûr histoire religieuse et histoire des mentalités.

La numérisation des inventaires des archives est en cours. Par ailleurs, leurs fonds sont en perpétuel accroissement, notamment par l’entrée des papiers personnels de François Chavanes, Antoine Lion, Jean-Michel Pelfrène, Couvent Saint-Abraham, Christian Duquoc, Jean-Claude Sagne, François Martin, André Duval, Ambroise-Marie Carré …et d’autres personnalités.

C’ est aussi un lieu de documentation dynamique (3), qui intègre des collections intéressantes pour qui travaille sur le fait religieux et/ou le genre. Le fonds « Genre en Christianisme » propose un fonds de près de 2000 titres : livres, revues spécialisées et travaux universitaires sur les thématiques religieuses, féministes et sociétales relevant de toutes disciplines (théologie, sociologie, études de genre, histoire, linguistique). Ce fonds comprend en particulier un nombre important d’ouvrages anciens ou en langue étrangère difficilement accessibles en France aujourd’hui. Ce fonds bibliographique est ouvert aux étudiants/es, chercheurs/es, et à celles et ceux que ces thèmes intéressent.

D’autres projets sont en cours, comme le Dictionnaire des Dominicains français. C’est un projet développé sur trois ans (automne 2011/automne 2014). Il s’agit de produire un Dictionnaire exhaustif des dominicains français, depuis Lacordaire jusqu’au début des années 1970. Il sera consultable en ligne, gratuitement. Ce travail témoigne du dialogue entre chercheurs universitaires et religieux: le comité de rédaction et le comité scientifique sont mixtes. Le projet est piloté par deux chercheurs CNRS, et un partenariat a été établi avec le CNRS qui hébergera le dictionnaire sur Cléo.

Malheureusement, le Saulchoir est financé principalement par des fonds privés, dont l’Association des Amis de la Bibliothèque du Saulchoir. Les subventions publiques sont minces. Cet état de fait s’explique en partie, à mon avis, par la méconnaissance du grand public, et du public universitaire, de la richesse des fonds qui y sont conservés. J’espère donc que ce modeste billet vous aura donné envie d’aller y jeter un oeil, et pourquoi pas d’en parler autour de vous aux chercheurs que cela intéresserait !

Vous trouverez d’autres informations sur le site du Saulchoir.

(1) 43 Bis Rue de la Glacière 75013 Paris

(2) Le père Janvier (1860-1960) est un des directeurs que j’étudie

(3) Bien sûr, le Saulchoir est aussi un centre d’études incontournable en sciences religieuses, théologie ou philologie. D’autres fonds sont plus spécifiques (Istina)
saulchoir_bibv2

 

© Ordo Praedicatorum 2012 – Tous Droits Réservés