Archives par mot-clé : correspondances

Le goût de l’archive ?

 

Lorsqu’on travaille à partir de correspondances, et plus généralement d’écrits personnels, on passe beaucoup de temps en compagnie des personnes qu’on lit.

En compagnie. Du matin au soir, pendant des sessions plus ou moins longues (quelques jours à deux mois, en ce qui me concerne), je lis, parfois recopie, des mots écrits par d’autres et adressés à d’autres. Je mets littéralement mes mots dans ceux des sources. C’est toujours une sensation étrange que de transcrire des phrases rédigées un siècle plus tôt ; je ne m’y habitue pas. Toujours est-il qu’au cours de ces périodes de « dépouillement » (1), je chemine en pensée avec ces personnages qui peuplent mon corpus. L’un des premiers billets de ce carnet évoquait le choc que peut causer, de temps à autre, l’oubli du caractère réel des vies découvertes. Je les entends se réjouir, se plaindre ; j’écoute leurs questions et leurs projets ; je scrute la manière dont ils regardent leurs contemporains. Et je développe une forme de relation à l’épistolier que je lis. Pourtant, j’essaie de me faire la plus petite possible, de laisser à la voix qui s’exprime le maximum de place possible, au moins le temps de la découverte et de la familiarisation.

Inévitablement, je sympathise ou je m’agaçe : j’ai commencé à réfléchir à ce sujet lorsque j’ai mesuré l’impact que cela pouvait avoir dans ma façon de travailler. J’ai d’emblée tenter d’écarter ces ressentis : il faut bien tenter d’être « objective » ! Et puis j’ai décidé de les affronter et d’en faire des outils de réflexivité.

Je déteste la comtesse de Radoswka.
Elle est l’auteur de la deuxième correspondance, en volume, de mon corpus.
Je la déteste : son discours de plainte permanente, son manque de charité, la brutalité avec laquelle elle traite sa pupille, … jusqu’à son style et ses points d’exclamation qui remplaçent tous les points.
Lorsque j’ai débuté l’analyse, je n’en étais encore qu’au stade de l’agaçement et je sentais déjà que mon jugement était biaisé. Je devais me corriger systématiquement pour ne pas lui prêter toutes les intentions mauvaises de l’univers. Aujourd’hui, j’ai compris que cette colère est un atout : elle me permet de rester vigilante et de sans cesse remettre en cause ce que j’écris à son sujet.

La lecture d’Ozanam a été un véritable bonheur. Les lettres de la vicomtesse d’Adhémar m’ont aussi donné beaucoup de plaisir. J’ai inventé toutes sortes de stratagèmes pour rester en compagnie de cette dernière un peu plus longtemps, comme l’écriture de plusieurs billets.

Je crois que nos affinités sont perceptibles dans les choix de recherche que nous opérons. Alors que je prépare une ébauche de plan de thèse, je vois que certaines thématiques et questions ont émergé d’une connaissance très approfondie de correspondances, connaissance qui n’aurait pas été possible sans ces sympathies.
A l’inverse, les zones « faibles » et les objets qui m’intéressent moins sont liés pour partie à une indifférence, un ennui éprouvé à la lecture des épistoliers concernés.

 

(1) Le mot m’a toujours amusé tant il renvoie à une forme d’austérité, de discipline, de systématisation de l’emploi du temps, mais aussi, pour moi, à un « dépouillement de soi » pour entrer dans les mots de l’autre.

Silences

Lorsque nous cherchons, nous passons beaucoup de temps à parler et à faire parler. Nous faisons parler nos sources, nos enquêtés pendant des entretiens. Nous produisons un discours qui vise à interpréter ce qu’ils disent. On peut « dire » de plusieurs manières : par la parole, par l’écrit, par l’attitude, tout un ensemble de signes que nous interprétons sans cesse.

Le silence est un signe, un signe à part entière. C’est de silence que je voudrais parler aujourd’hui.

« Il n’y a pas un, mais des silences, et ils font partie intégrante des stratégies qui sous-tendent et traversent les discours. »

[Foucault, Histoire de la sexualité, tome 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.]

La direction de conscience est une pratique qui est fondée sur la nécessité de dire : dire ce qu’on est, ce qu’on ressent, ce qu’on pense, dire sa relation à Dieu et aux hommes. Pourtant, les correspondants passent beaucoup de temps à expliquer, dans les lettres de direction, pourquoi ils se sont tus. Je cherche à établir une typologie des silences.

Il y a d’abord le plus évident : c’est le silence involontaire. La lettre a été écrite et expédiée, le discours existe mais il flotte entre deux points en attendant de trouver son destinataire – qui attend la missive avec impatience et pense que le correspondant est resté muet. C’est un silence de malentendu.

On peut ensuite distinguer le silence provisoire qui signale un quotidien encombré d’autres discours. Le directeur de conscience, ou le dirigé, n’ont pas le temps d’écrire. Alors la lettre, lorsqu’elle parvient enfin à son destinataire, apporte avec elle des explications qui redoublent le silence passé. Le silence provisoire est un silence involontaire, ou présenté comme tel.

Le silence peut aussi signifier le mécontentement. C’est le silence de colère, de vengeance : on l’impose à l’autre pour le punir. On lui retire, pour un moment, son attention et ses lettres. C’est un silence assourdissant. Il n’est pas vide : il dit beaucoup de l’état de celui qui se tait. Il vise directement l’autre : c’est un silence contre, qui n’est pas indifférent. Chacun des correspondants sait ce qu’il signifie. C’est un silence-discours, si l’on veut.

Une autre logique sous-tend ce que j’appelle le « silence muet ». Le silence muet est particulièrement présent dans les lettres spirituelles. Lorsqu’on reçoit des grâces de Dieu ou, au contraire, qu’on traverse une crise spirituelle, il est bien difficile de trouver les mots. Alors, « Ce dont on ne peut parler, il faut le taire ». La personne garde le silence face à l’indicible, l’intransmissible. C’est un lieu commun dans les écrits des mystiques. Ce silence muet ne signifie rien d’autre que l’incapacité de dire – que l’expérience vécue par le locuteur écrase les mots. Cela donne lieu à des blancs dans les correspondances, plusieurs mois sans échanges.

Il y a aussi le silence de celui qui ne veut pas entendre. Certains sujets gênent et troublent les correspondants qui peuvent choisir le silence comme stratégie d’évitement. C’est un silence de fuite qui ne laisse pas dupe l’autre. Il ne signifie pas l’incapacité de dire ou l’incompréhension mais bien plutôt le refus de parler. Il peut se déguiser en silence d’indifférence ou d’oubli.

Enfin restent les silences définitifs : ceux de la disparition. C’est le silence qui reste après la mort du correspondant, mort dont on n’a pas connaissance immédiate. C’est le silence qui reste lorsque le correspondant décide de se retirer de l’échange.

Le Saulchoir

 

Je souhaitais dire quelques mots du Saulchoir, l’un de mes lieux de travail, d’où provient une partie de mon corpus. Il me semble que cette bibliothèque gagnerait à être mieux connue de la communauté scientifique. Il s’agit d’un des points névralgiques des activités intellectuelles de l’ordre dominicain, situé à Paris, dans le 13e arrondissement (1)

Le Saulchoir est une bibliothèque d’études, mais aussi un centre d’archives dont les fonds pourraient être mieux exploités par les chercheurs.

Pour ma part, j’y ai trouvé des corpus de correspondances d’une richesse extraordinaire, parfaitement conservés grâce au travail des archivistes de l’ordre. Ces fonds « du for privé » concernent des personnalités très diverses. Cela tient à l’insertion des frères dominicains dans le monde et à la densité des échanges épistolaires qu’ils ont entretenu.

Je développerai ici l’exemple du fonds du père Janvier (2). On y trouve des lettres de Charles Maurras dont il est intime; d’Hubert Beuve-Méry, mais aussi de la plupart des membres de l’élite parisienne, catholiques ou non. Il était aussi parfaitement intégré au monde des revues et des journaux: plusieurs dossiers concernent des articles ou des polémiques autour d’articles de presse, en plus des lettres reçues des éditeurs et maisons d’édition. Le fonds offre aussi des sources privilégiées pour l’étude des milieux d’Action française, dont le père Janvier est une des figures; la pochette « Léon Daudet » est particulièrement volumineuse. L’univers des catholiques engagés en politique est bien représenté : on trouve par exemple un dossier « Jacques Piou » conséquent.

Une partie importante du fonds est composé de lettres de laïcs « ordinaires », inconnus. Pour poursuivre sur le fonds Janvier, que j’ai exploré pendant plusieurs jours, des dossiers complets d’hommes et de femmes ont été conservés. Ils ont écrit au père Janvier pour avoir un avis, pour demander un appui, pour solliciter une médiation. Ce type de fonds est exploitable dans des recherches des plus variées: histoire et sociologie des sexualités, du couple, de l’éducation, des associations, et bien sûr histoire religieuse et histoire des mentalités.

La numérisation des inventaires des archives est en cours. Par ailleurs, leurs fonds sont en perpétuel accroissement, notamment par l’entrée des papiers personnels de François Chavanes, Antoine Lion, Jean-Michel Pelfrène, Couvent Saint-Abraham, Christian Duquoc, Jean-Claude Sagne, François Martin, André Duval, Ambroise-Marie Carré …et d’autres personnalités.

C’ est aussi un lieu de documentation dynamique (3), qui intègre des collections intéressantes pour qui travaille sur le fait religieux et/ou le genre. Le fonds « Genre en Christianisme » propose un fonds de près de 2000 titres : livres, revues spécialisées et travaux universitaires sur les thématiques religieuses, féministes et sociétales relevant de toutes disciplines (théologie, sociologie, études de genre, histoire, linguistique). Ce fonds comprend en particulier un nombre important d’ouvrages anciens ou en langue étrangère difficilement accessibles en France aujourd’hui. Ce fonds bibliographique est ouvert aux étudiants/es, chercheurs/es, et à celles et ceux que ces thèmes intéressent.

D’autres projets sont en cours, comme le Dictionnaire des Dominicains français. C’est un projet développé sur trois ans (automne 2011/automne 2014). Il s’agit de produire un Dictionnaire exhaustif des dominicains français, depuis Lacordaire jusqu’au début des années 1970. Il sera consultable en ligne, gratuitement. Ce travail témoigne du dialogue entre chercheurs universitaires et religieux: le comité de rédaction et le comité scientifique sont mixtes. Le projet est piloté par deux chercheurs CNRS, et un partenariat a été établi avec le CNRS qui hébergera le dictionnaire sur Cléo.

Malheureusement, le Saulchoir est financé principalement par des fonds privés, dont l’Association des Amis de la Bibliothèque du Saulchoir. Les subventions publiques sont minces. Cet état de fait s’explique en partie, à mon avis, par la méconnaissance du grand public, et du public universitaire, de la richesse des fonds qui y sont conservés. J’espère donc que ce modeste billet vous aura donné envie d’aller y jeter un oeil, et pourquoi pas d’en parler autour de vous aux chercheurs que cela intéresserait !

Vous trouverez d’autres informations sur le site du Saulchoir.

(1) 43 Bis Rue de la Glacière 75013 Paris

(2) Le père Janvier (1860-1960) est un des directeurs que j’étudie

(3) Bien sûr, le Saulchoir est aussi un centre d’études incontournable en sciences religieuses, théologie ou philologie. D’autres fonds sont plus spécifiques (Istina)
saulchoir_bibv2

 

© Ordo Praedicatorum 2012 – Tous Droits Réservés