Archives par mot-clé : foi

D’une intimité à l’autre

Plus j’avance dans la lecture des sources de mon travail de thèse, plus j’ai l’impression de déconstruire les notions que j’utilisais dans mon projet de recherche, rédigé il y a maintenant deux ans. Par exemple, la notion « d’intimité » me pose un certain nombre de problèmes ces temps-ci. Dans mon projet, j’écrivais très naturellement que ma thèse s’inscrirait dans une « histoire de l’intime ». Je cherche donc, en ce moment à définir ce que j’entends par «intime ». Je ne sais pas comment vous avez l’habitude de travailler, mais, de mon côté, ce genre de « petite question » devient rapidement obsessionnelle : je me mets en quête de tous les ouvrages sur le sujet, recopie frénétiquement les introductions historiographiques et collecte des définitions dans tous les sens ! Je crois que c’est un moyen de se rassurer, car nous autres doctorants n’assumons pas toujours d’avoir à inventer nos définitions…

Bref, l’histoire « de l’intime ».

Voici plusieurs définitions dont la source est le TLFI :

Qui se situe ou se rattache à un niveau très profond de la vie psychique; qui reste généralement caché sous les apparences, impénétrable à l’observation externe, parfois aussi à l’analyse du sujet même.

Qui constitue fondamentalement les caractères propres de tel individu, sa nature essentielle; qui se rattache à ce qu’il y a de plus personnel en lui.

 Qui est strictement personnel, privé.

 Première définition, premier problème : qu’est ce qui « se rattache à la vie psychique » ? En principe, j’ai envie d’inclure absolument tous les mouvements psychologiques, toutes les pensées ; est ce qu’une opinion politique fait partie de l’intime ? La seconde définition recentre l’intimité sur une conception de l’individu qui aurait un « noyau » profond (« fondamentalement »), sur la notion de « personnel ». Là aussi, point problématique, car nous savons que ce que l’on définit comme « personnel » a une histoire et varie selon les époques. Il en va de même du « privé».

Si je repars de ma propre conception de « l’intime » au moment de la rédaction du projet de recherche, je vois que j’avais clairement en tête quelques thèmes précis : l’amour, la sexualité, le corps, par exemple. Lorsqu’on interroge les bases de données bibliographiques avec les mots clefs « histoire » et « intime », la requête aboutit toujours sur des documents qui concernent l’histoire des corps, des familles, du sentiment amoureux[1].

Chemin faisant, j’ai cherché à confronter nos définitions de l’intime avec ce que je pouvais trouver dans mon corpus. Il ne s’agit pas, bien sûr, d’oublier qu’une partie de mon travail consiste justement à utiliser mes propres catégories pour éclairer ce que disent mes sources ; mais il me semblait pourtant que je ne pouvais pas faire l’économie d’une réflexion sur ce que mes acteurs de la seconde partie du XIXe siècle considèrent comme « leur intimité ». J’ai été frappée de voir à quel point leur manière de concevoir l’intime est différente de la nôtre. Pour comprendre leur définition de l’intime, j’ai regardé de plus près les coupes opérées dans leurs lettres, les ratures, les « oublis volontaires » entre les originaux et les éditions. Il est clair que les problèmes de sexualité et de couple sont souvent concernés par les coupes ; néanmoins, il semblerait que le souci principal des épistoliers, en matière de censure, se concentre plutôt sur les sentiments religieux. La peur du lecteur indiscret semble porter en priorité sur les passages qui évoquent la communion, la foi, les pensées à la messe. Plusieurs correspondances témoignent de cela : une lettre évoque un début de « crise » intérieure, c’est à dire une plus grande difficulté à vivre sa piété, puis les lettres manquent et réapparaissent quelques mois plus tard – ou les missives sont coupées chaque fois que la question de la foi est abordée. Dans le même temps, les épistoliers parlent parfois d’autres problèmes qui sembleraient à nous autres contemporains bien plus « intimes » : des obstacles dans l’éducation des enfants, des relations conjugales douloureuses. Tout se passe comme s’ils établissaient une forme de hiérarchies des sujets intimes : d’abord l’émotion – ou l’absence d’émotion religieuse, et ensuite seulement les maux du corps et du cœur. Le vocabulaire qu’ils emploient est d’ailleurs assez révélateur de cela, à mon sens : l’expression de « souffrance intime » est toujours employée dans les lettres pour désigner un malaise religieux.

Lorsque je dis vouloir écrire une histoire « de l’intime », il semblerait qu’il faudrait déjà, pour cela, que j’intègre une véritable réflexion sur l’histoire de la notion d’intimité. J’ai beaucoup à apprendre des catégories mobilisées par les épistoliers de mon corpus : si je prétends vouloir restituer une histoire de leur intimité, je ne peux pas me passer d’une prise en compte de ce qu’ils jugeaient intime à ce moment là ; et ce n’était pas forcément le corps ou les sentiments amoureux. Grâce aux lettres de direction de conscience, je crois que nous pourrions ainsi redonner au fait religieux toute la place qu’il devrait occuper dans « l’histoire de l’intimité » qui l’a, dans l’ensemble, peu étudié.

 

 Quelques pistes :

Coudreuse Anne, Simonet-Tenant Françoise, Université Paris-Nord et Centre d’étude des nouveaux espaces littéraires, Pour une histoire de l’intime et de ses variations, Paris, Université Paris 13, Centre d’étude des nouveaux espaces littéraires : L’Harmattan, 2009.

Crinquand, L’intime à ses frontières., Cortil-Wodon, E.M.E., 2012.

Autrement. 81. L’intime protégé, dévoilé, exhibé., Paris, Autrement, 1986.

 

 

 


[1] Voir par exemple l’ouvrage Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses : France, 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008.