Archives par mot-clé : journal

« Un centième de moi-même »

La définition particulière de « l’intimité » du journal personnel, dont je parlais ici, a des effets sur sa forme.

J’en identifie trois : le tissage, le cryptage, le silence.

Je trouve ces trois formes dans le journal de Claire Pic, que j’ai déjà évoqué. Claire rédige son journal entre 1862 et 1866, et le referme à la veille de son mariage avec Adolphe Dufour. Son fiancé connaît l’existence du journal, et demande rapidement à en lire quelques pages:
[3 février 1866]
Je suis décidée, quoique cela me coûte beaucoup, d’envoyer à M.A. les deux cahiers de mon journal. En allant au fond des choses j’ai cru voir qu’il y avait peut être plus d’amour propre que de réserve dans mes hésitations à lui donner cette marque de confiance.

Lorsque l’amie ou le fiancé lisent le journal, ils peuvent l’annoter : c’est ce que j’appelle le « tissage », l’entrelacement de plusieurs écritures dans un même journal personnel.

[27 février 1866]
Oui, décidément, je le constate toujours avec un nouveau plaisir, ce qu’il y a de nouveau dans ma vie s’est emparé complètement de moi. Je suis tout à fait prise, le coeur, la tête, tout est absorbé. Il y a une question que je voudrais résoudre, c’est celle ci: « Puis je passer cinq minutes sans penser à M.A. directement ou indirectement ? ». Je penche pour la négative.

Adolphe (M.A.) a ajouté en-dessous :

Je profite tout de suite de la permission qu’on m’accordera plus tard pour dire qu’il y a longtemps que j’ai résolu la question par la négative absolue.

Je trouve cette phrase d’Adolphe merveilleuse, car elle lie toutes les temporalités du journal de Claire. Il y a d’abord l’immédiateté de la lecture: il profite « tout de suite » de l’autorisation de lire. Puis vient le jeu avec le passé du journal: au moment ou Claire écrit, le 3 février, il n’est pas encore autorisé à lire (« la permission qu’on m’accordera plus tard »). Enfin, le présent d’Adolphe, fiancé ou marié à Claire (on ne sait pas de quand date l’annotation), qui exprime les mêmes sentiments qu’elle.

Cette possibilité d’être lue entraîne des effets de cryptage de l’écriture.

Claire écrit, la veille de son mariage, dans son journal (1864)

> Aujourd’hui j’ai compris et défini nettement un des inconvénients de ma position qui m’effrayait vaguement depuis peu. C’est si délicat que cela ne peut s’écrire. C’est fait de rien avec peu de choses au fondement, et cependant cela ne doit pas être négligé au vu de certains éventualités qui, j’en suis intimement persuadée, ne se présenteront pas, mais pourraient se présenter. Et même sans rien redouter, mieux vaut encore la ligne de conduite que j’adopte: j’ai la conscience assez délicate, je désire éviter des doutes, des scrupules, des troubles toujours pénibles et inquiétants.

Je dois alors faire des recoupements parfois délicats, étudier patiemment le contexte, les autres occurences des termes qu’elle utilise, pour élucider le petit mystère. Cela m’intrigue beaucoup, car je reviens toujours à une question : si j’arrive à percer le secret, Claire devait bien se douter qu’un autre lecteur averti le pourrait aussi ? Dans le cas présent, quelques déductions m’ont permis de découvrir ce qui se cachait derrière ces formulations elliptiques. Les lecteurs de ce billet me diront s’ils souhaitent que je partage mon hypothèse…

Au delà du cryptage, reste la possibilité du silence. Nombreuses sont les choses qui « ne s’écrivent pas »: le corps est passé sous silence, par exemple. Claire prépare son départ aux eaux :

[27 juin 1863]

J’aurais préféré partir plus tôt pour des raisons qui ne s’écrivent pas.

Il faut alors essayer de comprendre pourquoi certains sujets sont absents des journaux. Les blancs révèlent souvent les tabous.

[6 décembre 1865]
Cher journal, tu n’es qu’un aperçu, un vingtième, un centième de moi même, car je n’y inscris pas la centième partie de mes pensées, de mes impressions. Tu es une vue d’ensemble, ce qu’en dessin on appelle une grande forme de moi-même.

 

 

billet intime 2

 

Photographie           zev        , « Bless my sponge bath », CC.

« L’intime » du journal

Un petit mot, aujourd’hui, des journaux personnels qui composent une partie de mon corpus. Ce sont principalement des journaux de jeunes filles. En relisant la première entrée de l’un de ces cahiers récemment, j’ai été frappée par l’absence de la notion « d »intimité ». Nous avons l’habitude de considérer ces écrits comme des papiers personnels, des journaux « intimes ». Or, d’autres en ont fait le constat avant moi [1] , il faudrait définir la notion « d’intime » avant d’appliquer ce qualificatif aux journaux de jeunes femmes.

« Faire son journal », pour reprendre les termes des diaristes, est rarement une démarche individuelle: on se décide à prendre la plume pour imiter ses amies, pour pouvoir parler de son propre journal dans les conversations. Les journaux circulent même souvent au sein du cercle des amies. Alors que nous avons tendance à y projeter un acte personnel guidé par un désir d’exploration de soi, tenir un journal personnel (et non « intime », comme l’a souligné Philippe Lejeune), c’est parfois obéir à des injonctions. Il s’intègre par exemple dans l’examen de conscience journalier, dans une logique religieuse: il aide à préparer la confession. Il peut être lu par le confesseur ou par la mère, voire par la soeur de la diariste. c’est un outil de contrôle de soi, par le biais du regard réflexif qu’il oblige à tenir sur son comportement, ou par le regard éventuel de l’autre. Cela pèse sur l’écriture.

Le journal de Claire Pic [2] est intéressant à cet égard, car il s’insère dans un écheveau complexe de relations sociales. A première vue, son journal semble correspondre à notre conception de « l’intime »: elle souligne qu’elle est la seule à y avoir accès:

> J’écris ce journal pour moi seule, et je prie instamment les personnes qui pourraient jamais le trouver de me le rendre ou de le jeter au feu sans le lire (…) Je le répète si je savais que ce journal dut être lu par quelqu’autre personne que moi qu’elle qu’elle fût, je ne le commencerais pas.

Son désir de commencer un écrire a pourtant été déclenché par la découverte du journal de ses amies :

> Gasparine et Emma me parlaient de leur journal, j’ai vu quelques passages de celui d’Hedwige. Je ne veux pas faire le mien comme ça, je m’y occuperai moins de ces petits incidents, de ces babioles de tous les jours.

Elle ne souhaite pas que ses amies lisent son journal, mais nous découvrons cependant qu’elle même « voit » (donc lit) celui d’Hedwige – qui sert visiblement de contre modèle à son projet. Elle ne veut écrire que le sérieux, ce qui est digne d’être rapporté. Or, l’éducation de Claire la pousse à combattre tout orgueil et complaisance envers elle-même ; on apprend très jeune, dans ces milieux bourgeois catholiques, à ne pas faire de soi un sujet . Dans l’idéal, il ne faudrait pas porter d’attention à sa personne : que reste-t-il alors à écrire dans un journal intime ? Que reste-t-il du personnel sans la personne ? On voit là se dessiner une première inflexion dans la définition de « l’intimité » du journal de femme dans la seconde partie du XIXe siècle.

Pour ne pas avoir à parler de soi, on parle souvent des autres. On voit ainsi circuler des « modes » d’écriture: dresser le portrait de ses amies, par exemple.

> Suivant l’exemple de ces demoiselles, je veux faire ici le portrait de mes amies.

Le journal est un sujet de conversation: on parle de son contenu, on le compare aux autres. Il est tellement intégré à aux échanges amicaux que Claire ne fait plus bientôt plus de différence entre ce qu’elle écrit pour elle et pour ses amies. En 1864, elle débute une correspondance avec Eugénie Frézier et justifie le silence de son journal:

> Je n’écris plus mon journal ici. Je l’envoie à Thonon. (…) Il s’est établi entre nous une correspondance et une bonne amitié. Je lui écris tout ce que je pense. Je n’ai rien de caché pour elle. (…) Je reprendrai ce journal.

Cette inscription du journal dans les relations sociales a des effets sur l’écriture. Il est nécessaire de le replacer dans ce tissu d’échanges, sans quoi on mesure mal ce que les diaristes s’autorisent à dire dans leurs journaux. Ces journaux ne sont pas « intimes » au sens actuel, tous justes sont-ils personnels. Cela a des effets sur l’écriture, qu’ils soient conscients (taire une pensée, un événement qu’on aurait eu envie de partager), ou inconscients. Je laisse à Claire le soin de l’expliquer elle-même:

> Quelquefois après un élan du coeur, une émotion, voilà une faculté bien distincte en moi que je pourrais désigner sous le nom de Censure, toujours prête à se moquer et à me faire douter de moi-même. Cette faculté s’éveille et me dit: « Comédie, tu joues la comédie avec toi-même pour te faire croire à toi même que tu es sensible, plein de coeur, etc ».

Mais je me rends compte que ce billet est déjà bien long. Je préfère donc remettre au prochain billet la question des effets sur l’écriture de cette définition particulière de « l’intimité » du journal.

 

 

Capture d’écran 2013-05-25 à 22.39.03

 

 

Photographie : Caroline Muller, journal de Louise Duvernoy, licence CC.

[1] Voir Lejeune, Bogaert, Un journal à soi : histoire d’une pratique, Paris, Textuel, 2003.

[2] Journal de Claire Pic. Claire a quatorze ans et réside à Bourg.