Archives par mot-clé : numérique

Raconter l’histoire à l’ère du numérique (1ère version)

N.B. : ceci est la première version d’un texte qui sera publié dans les actes de l’université d’été de Ferney-Voltaire qui s’est tenue en août 2015. Il est ouvert à toute suggestion de modification et à tout commentaire, n’hésitez pas ! Merci !

Ce texte est issu d’une réflexion engagée lors d’un atelier proposé lors de l’université d’été de Ferney-Voltaire en août 2015. Hélène Bégnis1 et moi avions souhaité présenter aux participant.es quelques outils de narration de l’histoire nés de la révolution numérique. Nous nous étions attachées à décrire le fonctionnement de Storify et des plate-formes Twitter et Hypothèses2. Si nous avions consacré du temps à la présentation pratique, je voudrais revenir ici plus longuement sur l’arrière-plan et le contexte théorique qui permettent de considérer que ces différents outils relèvent d’une nouvelle façon de mettre l’histoire en récit. Ainsi ce texte n’est il pas à lire comme un état exhaustif des questionnements sur les transformations du récit historique3 mais plutôt comme un regard individuel sur les horizons ouverts par l’entrée dans l’ère du numérique4. J’aborderai quelques points saillants de ces transformations : le raccourcissement du délai entre l’élaboration du récit et sa diffusion ; de nouveaux outils et espaces de diffusion ; la façon dont la sérendipité5 offre des points de contact entre récit historique et nouveaux publics ; enfin la manière dont des acteurs inédits occupent désormais un rôle dans l’élaboration et la diffusion du récit historique.

Blogging scientifique et récit historique

Le développement des blogs ou carnets scientifiques en ligne a été permise par le tournant numérique. En France, ce développement a été particulièrement riche autour de la plate-forme Hypothèses qui compte aujourd’hui plus d’un millier de carnets de différentes langues6. Le carnet scientifique a donné naissance à un nouveau format de publication : le billet de blog. Son format est variable mais il est d’ordinaire bien plus court que l’article scientifique classique : « En règle générale, la publication en ligne se fait sur un format court, voire très court, qui correspond à un seul “feuillet” en jargon journalistique, sinon plus court7 ». L’ouverture de mon carnet, en 2012, obéissait à plusieurs logiques : il s’agissait notamment de trouver un format d’écriture qui accompagnerait la thèse sans en constituer le produit fini. La tenue d’un « carnet de thèse » a ainsi pour conséquence de proposer des micro-récits historiques à partir d’un travail de recherche en train de se faire – bien avant que la thèse de doctorat, au bout du chemin, ne soit rédigée et éventuellement publiée. Bien d’autres doctorant.es ont adopté cette pratique, en témoigne le catalogue d’Hypothèses qui présente plus d’une centaine de carnets de thèse8. La communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux. Les doctorant.es ne sont pas seul.es concerné.es par ce raccourcissement du délai entre l’élaboration du récit historique et sa diffusion : des chantiers de recherche considérables, comme les projets ANR, rendent compte de leur évolution dans des carnets. On peut par exemple citer l’ANR Saint-Simonisme 18-219 ou encore le carnet de CITERE, Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières10.

Ce raccourcissement du délai entre production du récit historique et diffusion est intrinsèquement liée au statut même du billet de blog. Ce dernier ne joue pas le même rôle que l’article scientifique. Le billet aura pour objectif de montrer la progression d’une recherche en cours et les hypothèses suivies, là où l’article cherchera à proposer un récit provisoirement stabilisé de l’histoire, produit d’une recherche plus approfondie et méthodique. Le billet offre une forme de liberté : celle de se tromper, de tâtonner, d’hésiter – là où l’article laisse plutôt la place à des affirmations soutenues par une démonstration rigoureuse. Le temps d’élaboration d’un article scientifique peut être très long. L’écart entre la rédaction et la diffusion dépend étroitement des délais éditoriaux en vigueur dans la revue qui le publiera, mais aussi de la circulation du papier entre l’auteur.e et les différent.es expert.es. Ainsi, là où la construction et la diffusion d’un article scientifique se comptera en mois voire en années, le billet de carnet scientifique présente l’avantage de l’auto-publication et de la concision. Il est aussi possible d’effectuer le chemin inverse : de proposer des billets à partir d’une recherche déjà effectuée. Des carnets peuvent être ouverts après la soutenance de la thèse11 : le billet accompagne alors la transition vers une éventuelle publication car il oblige à ramasser la pensée et à préparer la synthèse qui rendra possible une diffusion plus large. On voit ainsi que le billet de blog est un lieu où se retravaille le récit historique, soit qu’il ne soit pas encore stabilisé, soit que l’auteur cherche à en extraire l’essentiel pour le proposer à un public qui n’aurait pas nécessairement lu une thèse ou un article.

Ce format de billet a donc des effets sur les modalités narratives. Ces effets me paraissent de trois ordres. D’abord, l’exigence de lisibilité influence les choix de sujets ; ensuite, la liberté formelle offerte par le billet conduit à infléchir l’écriture académique ; enfin les billets permettent de proposer au lecteur d’entrer dans l’atelier de l’historien.ne et de faire voir des raisonnements « avec poutres apparentes » : le billet permet de révéler le «  récit du raisonnement historique12 ». La plupart des carnetiers adaptent les sujets choisis au support. Pour ma part, cela m’a conduit à préférer des questions qui n’exigeaient pas des lecteurs une érudition ou une culture technique préalable dont l’absence aurait rendu la lecture trop aride : « il est agréable accueillir le non spécialiste comme un ami13 ». Le modelage du récit historique est aussi influencé par la liberté formelle possible dans un billet de carnet : il autorise une écriture moins cuirassée14, moins soucieuse des codes d’écriture en vigueur dans les thèses ou les ouvrages, moins polie par les exigences de l’écriture « scientifique15 ». L’espace ouvert par l’écriture des billets de carnets scientifiques apparaît bel et bien comme un lieu possible de renouvellement et d’enrichissement des manières de raconter l’histoire. L’entrée dans l’ère numérique a favorisé l’éclosion de plusieurs de ces lieux.

Nouveaux outils, nouveaux espaces de visibilité

S’il n’est pas possible de présenter tous ces lieux, je reviens à présent sur trois d’entre eux : le Storify et son lien avec la plate-forme de micro-blogging Twitter, la plateforme de vidéos Youtube.

Storify est un outil de curation qui permet d’agréger des contenus produits sur les réseaux sociaux :

Capture d’écran 2016-04-27 à 10.38.04

Dans le cas présenté dans l’image ci-dessus, l’historienne Mathilde Larrere16 « twitte », c’est-à-dire rédige des messages en cent quarante caractères, et recompose le récit historique d’événements, à partir de ses propres recherches ou de cours donnés. Lorsque la série de tweets est terminée, il est possible de reconstruire un fil narratif par le biais de Storify, en restituant dans l’ordre chronologique les différents tweets et leurs images, puis de les laisser en l’état sur la plateforme Storify où ils peuvent être consultés comme des « histoires autonomes ». Sur le compte de Mathilde Larrère, on trouve ainsi des cours d’histoire des femmes et du genre, le récit de la Commune de Paris et des Communes de province, le déroulé de la journée qui a suivi la publication de « J’accuse !… » de Zola17. D’autres historien.nes ont commencé à s’intéresser à cette manière de raconter et de diffuser l’histoire. Je me suis moi-même prêtée au jeu en transformant une petite partie de cours en histoire Storify18. L’outil Storify est articulé à Twitter19, outil qui offre aussi, de façon autonome, la possibilité de raconter l’histoire. En effet, les utilisateurs peuvent construire des suites de tweets 20 liés entre eux pour faire le point sur une question. Au cours de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars dernier, plusieurs historiennes ont choisi ce format pour proposer des mini-cours en histoire du genre et des femmes21.

Capture d’écran 2016-04-27 à 11.17.52

Ces outils présentent l’avantage de permettre des récits courts, immédiatement appropriables par un public divers, sous une forme fragmentée dont on peut extraire et faire circuler des phrases sur le réseau. En effet, Twitter fonctionne autour de deux principes : la possibilité d’émettre des messages en cent quarante caractères mais aussi celle de rediffuser les messages d’autres utilisateurs auprès de ceux qui ont choisi de vous lire, par le biais du « Retweet ». Ce mode de partage peut faire voyager les récits à une vitesse saisissante et toucher, par capillarité, de larges pans de la communauté d’utilisateurs de Twitter. Si l’on observe la première image proposée, on voit que le premier tweet de la série sur la Commune a été répercuté à près de 131 reprises, c’est –à -dire que près de 131 utilisateurs ont choisi de proposer à leurs suiveurs cette lecture22. Le micro-récit historique s’inscrit alors dans un écosystème connecté et atteint des personnes qui n’avaient pas forcément un intérêt initial pour l’histoire, le tout grâce à la vitesse et la facilité de diffusion.

La plate-forme Youtube constitue un autre exemple d’espace possible pour raconter l’histoire. La chaîne « C’est une autre histoire » propose des vidéos au format court (moins de dix minutes) et s’intéresse à la mythologie et à l’histoire de l’art. La rubrique « Tu vois le tableau » décrypte de façon ludique les sujets d’oeuvres d’art23. La chaîne est animée par Manon Bril, professeure d’histoire et doctorante. Tout comme Storify et Twitter, Youtube possède une capacité de diffusion qui dépasse les canaux classiques du savoir académique24 ou même de la vulgarisation. « C’est une autre histoire » affiche ainsi plus de trente cinq mille abonnés. Les vecteurs plus traditionnels de diffusion du récit historique n’hésitent d’ailleurs plus à articuler leurs propres formats avec ces nouveaux médias25 et à les valoriser.

Sérendipité : à la rencontre de nouveaux publics…

Le Web favorise la rencontre de l’histoire et du grand public. Un internaute qui ne serait pas particulièrement intéressé par les problématiques historiques peut désormais, au hasard de ses promenades numériques, entrer en contact avec le travail des historien.nes. C’est la sérendipité qui permet cela. Carnets de recherche, tweets et vidéos Youtube inscrivent l’histoire dans l’actualité immédiate et la culture contemporaine. Différents carnets de recherche Hypothèses témoignent parfaitement de cela26. Le carnet Antiquipop se donne l’objectif suivant :

« Recenser les références à l’antiquité dans la culture pop contemporaine (depuis 2000), de donner accès à ce recensement et de permettre au public visé par la culture pop d’accéder à un décryptage de celle-ci afin de mieux la comprendre et l’appréhender27. »

Sur Antiquipop, l’histoire ancienne s’installe au coeur des paroles des morceaux de Booba, de Katy Perry, de la publicité Pepsi ou encore du film Hunger Games. Le jeu du référencement par les moteurs de recherche rend possible des rencontres improbables. Les étudiant.es sont friand.es de tels travaux croisant culture pop et histoire. Plus généralement, les historien.nes peuvent rebondir de façon immédiate sur les événements de l’actualité : on peut citer par exemple le billet de Ninon Maillard28 qui décrypte le 20 avril 2016 le film Dust Breeding de Sarah Vanagt et l’usage de l’image dans le procès de Radovan Karadzic, quelques semaines après la condamnation de celui-ci à quarante ans de prison par le T.P.I.Y pour génocide.

Intéresser des publics innattendus à l’histoire implique aussi de savoir jouer sur les modes de lecture spécifiques au Web. Le projet Mondes Sociaux29 allie deux dimensions : le rebond possible sur l’actualité et un format de lecture qui s’adosse aux habitudes des internautes et intègre la lecture « connectée » et enrichie de contenus externes au site lui-même. Le billet « Restituer le passé sonore de Paris30» de Mylène Pardoen invite les lecteurs à découvrir l’histoire des paysages sonores : le texte est enrichi de liens vers des vidéos, des images et même des gifs, tout en ne cédant rien à l’explication méthodologique et technique du projet de recherche. La mise en texte du récit historique peut être considérablement enrichie par des systèmes de renvois : à d’autres articles bien sûr, mais aussi aux archives numérisées ou à toute ressource immédiatement disponible en ligne. En sus de cette pleine intégration dans un écosystème de lecture connectée, le carnet Mondes Sociaux offre des articles directement liés à l’actualité scientifique ou plus générale. Un billet de septembre 2015 retrace de la sorte les origines de la crise grecque31.

…et de nouveaux acteurs

Ces nouveaux modes de diffusion et de construction du récit historique ne mobilisent plus seulement les chercheur.es faisant partie de l’institution académique au sens plein. On voit se former toute une nébuleuse d’intéressé.es, plus ou moins proches des centres traditionnels de productions de savoir : métiers du livre et du patrimoine, étudiant.es, doctorant.es, ou encore passionné.es tenant différents types de blogs accueillant des formes de récit historique. On peut songer par exemple à la nébuleuse des « Gallicanautes », communauté d’auteur.es de blog qui révèlent les pépites de la plate-forme numérique de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Ces derniers proposent des micro-récits à partir des ressources de Gallica. Cécile Raymond, bibliothécaire, présente le blog Henry et Raymond comme un « blog d’histoires de nature » :

Cela sonne comme un lieu commun mais l’histoire de l’homme est liée de près à celle de la nature, de son environnement et des animaux qui l’occupent comme lui. Des historiens, tels Michel Pastoureau ou Daniel Roche, se penchent sur ces liens étroits dans des études spécifiques. Sinon, il faut lire en négatif cette histoire, chercher partout l’influence, la contrainte ou l’appui de la nature pour l’homme (…) J’essaie donc de mettre en valeur ce lien majeur entre l’homme et la nature, dans des billets qui traitent tantôt d’histoire de l’art, tantôt davantage d’histoire culturelle, sans suite logique et sans plan prédéfini.

Tous ces renouvellements s’inscrivent de manière plus générale dans le tournant épistémologique des « humanités numériques » et la transformation du métier d’historien.ne32.Le numérique offre des opportunités de raconter différemment l’histoire, sans pour autant renoncer aux formats académiques classiques ; ces adaptations et appropriations de l’espace du numérique par les historien.nes pourraient être fructueuses à bien des égards. Tout d’abord, c’est un lieu de questionnement vis-à-vis de la crise de la diffusion traversée par la discipline historique. L’érosion de la diffusion des écrits des historien.nes ne serait plus nécessairement le signe d’un désintérêt mais peut-être celui d’un déplacement du public vers les formes de savoir proposées en ligne qui ne sont pas encore articulées aux ouvrages et articles imprimés. De plus, espaces et outils numériques rendent possible la libération de la créativité des historien.nes en allégeant, pour un temps et dans des formats précis, les contraintes académiques – leur permettant d’aborder des sujets qu’ils n’auraient pas pu partager et interroger dans des cadres plus formels. Tout cela pourrait permettre de participer à faire du Web un lieu de l’intelligence collective historienne.

***

1 Hélène Bégnis était alors documentaliste du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA).

2 Ces outils font l’objet de développements quelques lignes plus loin.

3 Sujet dont je ne suis absolument pas spécialiste.

4 Il convient cependant de dire à qui appartient ce regard : doctorante, je me suis assez rapidement investie dans différents espaces en ligne. Je pense par exemple à la communauté Twitter et à son groupe d’historien.nes ; mais aussi au blogging scientifique puisque j’ai ouvert mon carnet Hypothèses, Acquis de conscience (consciences.hypotheses.org) au début de ma thèse en 2012. Ce carnet comporte plus d’une centaine de billets. Je suis donc partie prenante du paysage que je m’apprête à décrire.

5 Faculté, état d’esprit, art de réaliser une découverte scientifique dans des circonstances inattendues. Par extension, trouver un élément intéressant sur le Web sans l’avoir spécifiquement cherché. Voir l’article « Sérendipité » du Wiktionary : https://fr.wiktionary.org/wiki/sérendipité.

7 François, Blogging scientifique : la taille des textes, http://politbistro.hypotheses.org/844, ( consulté le 25 avril 2016).

8 Je pense par exemple au carnet de Benoît Kermoal, Les socialistes au combat, 1914-1940, http://enklask.hypotheses.org/ ; ou encore à celui de Thibault Le Hégarat, Les représentations du patrimoine culturel à la télévision française et la construction d’un regard (XXe siècle) http://tvpatri.hypotheses.org/

9 ANR Le Saint-Simonisme 18-21 http://stsimonism.hypotheses.org/

10 ANR Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières http://citere.hypotheses.org/

11 Le carnet de Stéphanie Chapuis-Després en fournit un excellent exemple : Prendre Corps, Genre, Identités et représentations http://corpsgir.hypotheses.org/

12 Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine: manifeste pour les sciences sociales, Paris, Éditions du Seuil, 2014, p.  297.  Ces billets laissent entrevoir la subjectivité de l’historien.ne au travail : je pense par exemple au texte de Benoit Kermoal, Les papillons et l’estomac, http://enklask.hypotheses.org/935.

13 Idem, p. 295.

14 Sans références ou notes de bas de page, par exemple.

15 Pour toutes ces questions qui ont trait à l’écriture académique et à son statut – ou non – spécifique – je renvoie à Ivan Jablonka et Éditions du Seuil., L’Histoire est une littérature contemporaine…, op. Cit., aux compte-rendu et débats nombreux suscités par l’ouvrage. Il est d’ailleurs à noter qu’un atelier de lecture et de réflexion au sujet de cet ouvrage avait été organisé à l’université Lyon 2 en amont de l’université d’été et que cela avait donné lieu à des discussions aussi fermes que passionnantes.

16 Mathilde Larrere est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Paris Est Marne la Vallée.

18Le procès de Drazen Erdemovic, une suite de tweets racontant le procès d’Erdemovic au TPI pour la Yougoslavie, pour ses actes commis à Srebrenica en 1994. https://storify.com/caro_ligne/le-proces-de-drazen-erdemovic-1996

20« Rant » ou « Thread »

21 Voir par exemple les fils d’ @eventyr et @amalasonthe.

22 Un exemple précis rendra peut-être l’explication plus claire : à l’heure actuelle, si je choisis de « retweeter » le message d’un autre utilisateur, cela signifie qu’il sera potentiellement lu par les 1500 abonnés à mon fil.

23 « L’annonciation. Tu vois le tableau #5 » https://www.youtube.com/watch?v=-Xgz_xKi03U

24 D’autres usages de Twitter sont aussi possibles. La leçon inaugurale au Collège de France de Patrick Boucheron a été abondamment partagée sur Twitter en direct, les utilisateurs reprenant des phrases de l’historien et les diffusant au fil de son exposé.

25 Manon Bril et Ugo Bimar (chaîne youtube Confessions d’histoire) ont été invités dans l’émission la Fabrique de l’histoire le 8 mars 2016.

26 Voir le carnet « Mesures du rap » https://nycthemere.hypotheses.org/ ; le carnet Antiquipop http://antiquipop.hypotheses.org/

27 À propos | Antiquipop, http://antiquipop.hypotheses.org/a-propos, ( consulté le 27 avril 2016).

28« Voir, croire, savoir… L’image-preuve dans le procès de Radovan Karadzic », https://imaj.hypotheses.org/1387

29 Mondes sociaux. Magazine de sciences humaines et sociales http://sms.hypotheses.org/

30 Mylène Pardoen, Restituer le passé sonore de Paris, http://sms.hypotheses.org/5930, ( consulté le 27 avril 2016).

31 Alexandre Massé, Les origines lointaines de la crise grecque, http://sms.hypotheses.org/5266, ( consulté le 27 avril 2016).

32Un entretien avec Claire Lemercier fait la synthèse de ces transformations : Elisa Grandi, Emilien Ruiz, Ce que le numérique fait à l’historien.ne: entretien avec Claire Lemercier, Diacrone, 2012. Voir aussi Pierre Mounier (dir.), Read/Write Book 2 : Une introduction aux humanités numériques, traduit par traduit par Laurence Allard et al., Marseille, OpenEdition Press, 2012 ; Frédéric Clavert et Serge Noiret, L’histoire contemporaine à l’ère numérique =contemporary history in the digital age, Peterlang, Bruxelles, 2013.

A la recherche d’une boussole. Du lien entre documentaliste et chercheur.

Je suis bien désolée du silence de ce carnet ; cela correspond au silence de mes activités de recherche qui ne reprendront pas avant le mois de décembre, tout mon temps étant pour le moment consacré à la tentative d’être un professeur pas trop fatigué inutile.

Quelques mots cependant des Frédoc 2015, un bel événement organisé par et pour les bibliothécaires et documentalistes qui nous aident au quotidien dans nos recherches. Ces journées de réflexion permettent de faire le point sur l’évolution de ces métiers et l’attente des chercheurs. Si cela vous intéresse, le hashtag dédié était #fredoc15 et un live-tweet a rendu compte des discussions (@fredoc15)

La documentaliste de mon laboratoire, le LARHRA, m’avait invitée à venir évoquer mon expérience de doctorat du point de vue de la recherche documentaire.

Je vous livre ici les quelques réflexions proposées autour de questions très basiques : comment chercher sa documentation ? A quoi sert le documentaliste pour le chercheur/doctorant ?

Au delà du livre

J’ai d’abord souligné que je n’avais que très rarement eu recours au documentaliste pour trouver un ouvrage dans l’espace des bibliothèques. Je crois que, de ce point de vue là, les doctorants sont indépendants. Par contre, j’ai éprouvé un besoin grandissant, au fil de ces trois années, d’être orientée dans les bibliothèques numériques et dématérialisées – de connaître leur existence et le sentier pour y accéder. Le monde de l’information scientifique en ligne évolue à une telle vitesse que les formations reçues en 2012 sont déjà largement dépassées. La multiplication des initiatives et des lieux virtuels de recherche, la masse exponentielle des données mises en ligne, tout cela produit une géographie des ressources offertes par le Web difficile à lire pour les chercheurs. C’est là que j’attends de l’aide des documentalistes : qu’ils nous aident à nous repérer dans ces nouveaux lieux de savoirs, et nous accompagnent dans la transition vers une forme de dématérialisation de l’accès au savoir.

Devenir digital native

Il serait également intéressant que nous soyons formés en continu à l’univers et à la culture numériques. J’entends par là qu’il ne faudrait pas se limiter à des formations ponctuelles (« Cairn et Persée » ou « les bases d’images en ligne ») mais proposer des formations de fond à la culture et aux outils du numérique. Ma réflexion est peut-être influencée ici par ma deuxième casquette : celle du professeur, de l’enseignante chargée des « outils numériques pour historiens ». J’ai déjà trop souvent entendu au cours de ce mois de septembre que « le numérique n’est qu’un outil dont il faut savoir se servir ». Je crois qu’une telle approche est vouée à l’échec car, justement, beaucoup de chercheurs jugent qu’ils n’ont pas besoin de nouveaux outils. Il faudrait donc essayer de poser le problème différemment : former à un environnement numérique et à ses outils, et non aux outils. Donner une culture de ce que sont les humanités à l’ère du numérique. Nous aider à comprendre le monde virtuel des Sciences Humaines et Sociales, comment il s’est construit, ses lignes de faille, ses débats. Nous apprendre à gérer les données et métadonnées que nous produisons. Mais, à mon avis, on ne peut former efficacement aux outils sans réinscrire la démarche dans une réflexion plus globale sur la société numérique.

Des bibliothécaires et des réseaux sociaux

J’ai ensuite évoqué la présence extrêmement précieuse des documentalistes sur les réseaux sociaux. Grâce à eux, je n’ai jamais eu besoin de payer une ressource : la collaboration permet de passer au-dessus des paywall. Mais leur présence apporte bien plus qu’un possible accès direct à des ressources ; j’ai remarqué aussi que cela développe ce que j’appellerais le « principe du rebond » : les sujets de recherche des usagers de Twitter deviennent visibles et connus, et documentalistes et bibliothécaires n’hésitent pas à suggérer des lectures, des visites. Cela crée du lien entre des personnes, des liens de recherche et d’intelligence collective qui ne se seraient pas tissés sans le réseau social et sa puissance de diffusion.

La table-ronde s’est ensuite poursuivie autour d’une question qui me tient particulièrement à coeur : comment faire alors pour accompagner les changements ? Comment modifier les pratiques des chercheurs ?

J’ai proposé deux solutions : la carotte et le bâton.

Le bâton : obliger les chercheurs à suivre des formations obligatoires en digital humanities et en cultures numériques. Travailler bien en amont avec les premiers cycles universitaires : trop d’étudiants arrivent encore en master sans avoir eu de moments de réflexion approfondis sur les enjeux citoyens, éthiques, disciplinaires de la révolution numérique.

La carotte : améliorer la communication autour de ces questions et faire sentir à quel point l’aide du documentaliste peut être précieuse. Lors de l’introduction, un intervenant avait évoqué la possibilité pour le documentaliste d’aider à trier la documentation utile ou non dans un univers où il n’est plus jamais possible d’être exhaustif. Je dois dire que cette idée a soulevé mon enthousiasme : combien d’heures de veille documentaire pourrions nous ainsi sauver si nous avions cet appui du documentaliste ? Il y a aussi un vrai travail de sensibilisation à mener sur la question du libre accès et de la diffusion des travaux de la recherche. La crainte du plagiat est encore très répandue alors même qu’on sait désormais que la diffusion est plutôt un garde-fou contre le copier-coller. Il serait par exemple intéressant de réfléchir à des formations sur l’identité numérique en recherche. Mes attentes à l’égard des documentalistes tournent ainsi toutes autour de cette idée : qu’ils soient les éclaireurs des chercheurs dans un monde qu’ils ne connaissance encore que très imparfaitement.

« Combien de temps tu y passes ? » Petites réflexions sur les outils numériques.

Lors de l’université d’été de Ferney-Voltaire ces derniers jours, j’ai présenté, avec ma collègue Hélène Falavard, un certain nombre d’outils numériques pour la recherche en histoire. Nous avons notamment parlé de l’usage possible de Twitter ou de Storify, des carnets Hypothèses. Lors de conversations informelles, j’ai aussi évoqué Zotero ou Netvibes.

Une question est souvent revenue : « mais combien de temps tu y passes ? »

Qui voulait dire en réalité  : combien de temps tu y perds ?

Cela m’a un peu fait réfléchir sur mes usages du numérique et je voulais partager ces quelques réflexions – qui constituent une forme de réponse provisoire à ces objections.

A quoi ressemble une journée classique de thésarde connectée pour moi ? Cela dépend bien sûr du type de tâche à effectuer, mais essayons tout de même d’y voir plus clair.

D’abord, j’ouvre Libre Office, Bean ou Scrivener, mes trois outils d’écriture. Personne ne conteste plus désormais l’usage du traitement de texte et son utilité – je passe donc très vite.

En parallèle, je lance Zotero. Il n’est plus possible pour moi de m’en passer tant le logiciel a intégré mes pratiques de recherche. J’y répertorie mes notices bibliographiques bien sûr, mais aussi mes notes de lecture, les pdf des articles, mes cours, mes papiers, les pages web utiles, tout ce qui me semble devoir être mémorisé, classé, archivé. Quel est le temps que j’y passe/perds ? Il s’agirait plutôt de comptabiliser le temps que j’y gagne : si on estime que l’opération simple d’écriture d’une référence bibliographique prend une petite minute, et qu’un clic sur le bouton Zotero prend trois secondes – je vous laisse calculer le temps sauvé pour un bon millier de références. Il faudrait ajouter tout le temps économisé à ne pas chercher dans mes dossiers les fiches de lecture ou une référence grâce à l’outil de recherche de Zotero ; le temps économisé aussi dans l’écriture d’un article puisque Zotero permet de citer automatiquement dans les notes de bas de page. Le seul bémol possible serait d’estimer que la facilité de collecte des informations peut nous conduire à en collecter trop.

Plus problématique, l’outil Twitter. Le temps passé sur le réseau est difficilement quantifiable car je le laisse souvent en arrière plan quand je travaille – et aussi parce que c’est un outil que je rattache autant à ma vie personnelle qu’à ma vie professionnelle. Comment donc estimer l’utilité immédiate ? Je ne cherche plus à mesurer la rentabilité ; cela n’a d’ailleurs jamais été le projet quand j’ai commencé à twitter. Je sais simplement qu’il y a là une communauté qui est devenue très importante dans mon environnement de travail, un lieu d’entraide et de partage permanent qui m’accompagne au quotidien. Comme des collègues virtuels, en somme.

Netvibes est plus directement lié au travail de recherche. J’y passe peu de temps : je vérifie deux fois par semaine les nouveautés des flux RSS que je suis. Pour mettre en place ma veille scientifique, j’ai consacré une journée en début de thèse au repérage des principales revues et fils à suivre qui sont désormais tous regroupés. On voit qu’il y a là, une fois de plus, du temps gagné : un coup d’oeil permet d’avoir une vision d’ensemble des nouvelles publications et manifesations, plutôt qu’un long chemin numérique passant par tous les sites.

Enfin, le carnet Hypothèses. La perspective de la perte de temps est le reproche le plus courant, que ce soit le temps de lecture ou le temps d’écriture. Une fois de plus, tout dépend de l’usage de l’outil et de la façon dont on l’envisage. Mon propre carnet a intégré ma pratique de recherche au même titre que le carnet papier. Ce n’est pas un « à côté » un « plus » par rapport à mes autres activités : j’en ai besoin pour réfléchir, comme d’autres ont besoin d’un carnet papier ou d’un journal de recherche. C’est d’ailleurs le principal lieu de mise en forme de mes questionnements méthodologiques. Pour ce qui concerne la lecture des carnets hypothèses, je considère qu’il est essentiel de se tenir au courant des réflexions et des avancées des autres, de la communauté des sciences sociales dans son ensemble. J’ai donc rapidement tranché la question de la perte de temps. Cela fait partie de mon travail – et je dirais même plus, cela m’aide à comprendre – et à aimer – mon propre travail.