Archives par mot-clé : recherche

« Combien de temps tu y passes ? » Petites réflexions sur les outils numériques.

Lors de l’université d’été de Ferney-Voltaire ces derniers jours, j’ai présenté, avec ma collègue Hélène Falavard, un certain nombre d’outils numériques pour la recherche en histoire. Nous avons notamment parlé de l’usage possible de Twitter ou de Storify, des carnets Hypothèses. Lors de conversations informelles, j’ai aussi évoqué Zotero ou Netvibes.

Une question est souvent revenue : « mais combien de temps tu y passes ? »

Qui voulait dire en réalité  : combien de temps tu y perds ?

Cela m’a un peu fait réfléchir sur mes usages du numérique et je voulais partager ces quelques réflexions – qui constituent une forme de réponse provisoire à ces objections.

A quoi ressemble une journée classique de thésarde connectée pour moi ? Cela dépend bien sûr du type de tâche à effectuer, mais essayons tout de même d’y voir plus clair.

D’abord, j’ouvre Libre Office, Bean ou Scrivener, mes trois outils d’écriture. Personne ne conteste plus désormais l’usage du traitement de texte et son utilité – je passe donc très vite.

En parallèle, je lance Zotero. Il n’est plus possible pour moi de m’en passer tant le logiciel a intégré mes pratiques de recherche. J’y répertorie mes notices bibliographiques bien sûr, mais aussi mes notes de lecture, les pdf des articles, mes cours, mes papiers, les pages web utiles, tout ce qui me semble devoir être mémorisé, classé, archivé. Quel est le temps que j’y passe/perds ? Il s’agirait plutôt de comptabiliser le temps que j’y gagne : si on estime que l’opération simple d’écriture d’une référence bibliographique prend une petite minute, et qu’un clic sur le bouton Zotero prend trois secondes – je vous laisse calculer le temps sauvé pour un bon millier de références. Il faudrait ajouter tout le temps économisé à ne pas chercher dans mes dossiers les fiches de lecture ou une référence grâce à l’outil de recherche de Zotero ; le temps économisé aussi dans l’écriture d’un article puisque Zotero permet de citer automatiquement dans les notes de bas de page. Le seul bémol possible serait d’estimer que la facilité de collecte des informations peut nous conduire à en collecter trop.

Plus problématique, l’outil Twitter. Le temps passé sur le réseau est difficilement quantifiable car je le laisse souvent en arrière plan quand je travaille – et aussi parce que c’est un outil que je rattache autant à ma vie personnelle qu’à ma vie professionnelle. Comment donc estimer l’utilité immédiate ? Je ne cherche plus à mesurer la rentabilité ; cela n’a d’ailleurs jamais été le projet quand j’ai commencé à twitter. Je sais simplement qu’il y a là une communauté qui est devenue très importante dans mon environnement de travail, un lieu d’entraide et de partage permanent qui m’accompagne au quotidien. Comme des collègues virtuels, en somme.

Netvibes est plus directement lié au travail de recherche. J’y passe peu de temps : je vérifie deux fois par semaine les nouveautés des flux RSS que je suis. Pour mettre en place ma veille scientifique, j’ai consacré une journée en début de thèse au repérage des principales revues et fils à suivre qui sont désormais tous regroupés. On voit qu’il y a là, une fois de plus, du temps gagné : un coup d’oeil permet d’avoir une vision d’ensemble des nouvelles publications et manifesations, plutôt qu’un long chemin numérique passant par tous les sites.

Enfin, le carnet Hypothèses. La perspective de la perte de temps est le reproche le plus courant, que ce soit le temps de lecture ou le temps d’écriture. Une fois de plus, tout dépend de l’usage de l’outil et de la façon dont on l’envisage. Mon propre carnet a intégré ma pratique de recherche au même titre que le carnet papier. Ce n’est pas un « à côté » un « plus » par rapport à mes autres activités : j’en ai besoin pour réfléchir, comme d’autres ont besoin d’un carnet papier ou d’un journal de recherche. C’est d’ailleurs le principal lieu de mise en forme de mes questionnements méthodologiques. Pour ce qui concerne la lecture des carnets hypothèses, je considère qu’il est essentiel de se tenir au courant des réflexions et des avancées des autres, de la communauté des sciences sociales dans son ensemble. J’ai donc rapidement tranché la question de la perte de temps. Cela fait partie de mon travail – et je dirais même plus, cela m’aide à comprendre – et à aimer – mon propre travail.

De la réflexivité en contexte d’études religieuses

Robert A. Orsi est un chercheur américain spécialisé en « Catholic Studies »

Je voudrais partager ici quelques-unes de ses réflexions stimulantes, et notamment celles qu’il développe dans sa contribution à un ouvrage collectif de ma bibliographie[1]. Elle s’intitule « Snakes alive : resituating the moral in the study of religion ». A partir de l’étude de Dennis Covington sur les charmeurs de serpent, il identifie un problème qu’il juge spécifique aux études religieuses :

[It] has always been organized around a distinct and identifiable set of moral values and judgments.

Cet ensemble de valeurs morales est implicite, informulé. Il estime donc qu’un travail particulièrement approfondi de réflexivité est nécessaire, lorsqu’on s’intéresse à la religion.

Before we practitionners of Religious studies can introduce moral questions into our approach to others’s people worlds, we must first excavate our hidden moral history.

Il souligne que nous avons les plus grandes difficultés à étudier la religion sans identifier de « bons » ou des « mauvais » aspects ; notre tendance naturelle est de réfléchir à partir d’une hiérarchisation des manifestations du religieux. Notre regard est normatif :

We may not know what religion is, but at least we can say with certainty what bad religion is, or what religion surely is not.

Cela se traduit par exemple par une tendance des études religieuses à dire « nous » et « eux », à se placer implicitement dans le camp du progrès et/ou des « bonnes pratiques » religieuses, en opposition à ce qui relèverait de la barbarie. Les études religieuses sont traversées par cet « impératif moral »  qui établit ce qu’est la « vraie religion », définition qui disqualifie toutes les formes qui ne s’intègrent pas à la définition initiale. Pour lui, cette définition bride considérablement la recherche: la religion serait rationnelle, respectueuse des personnes, non coercitive, mûre, mystique, compatible avec la démocratie, monothéiste… Tout se passe comme si les chercheurs s’intéressaient d’abord à des idéaux plutôt qu’au fait religieux.

By inscribing a boundary between good and bad religions at the very foundation of the field, Religious Studies enacts as important cultural discipline. There is no end to human religious creativity.

Ce travail de catégorisation est véritablement problématique puisque Orsi estime que le champ du religieux est justement celui qui brouille les frontières habituelles.

Il évoque une autre règle largement partagée :

Scholars of religion are trained to keep their own lives, values, and, above all, religious understandings out of their research.

On se pense capable de mettre à distance nos valeurs, nos vies, nos croyances, au point de ne pas ressentir la nécessité d’en parler, de mettre au jour la situation de notre discours. Cela m’a immédiatement évoqué la situation de l’histoire religieuse en France : la plupart des historiens du catholicisme ont longtemps été eux-mêmes catholiques et engagés ; mais cela relevait du non-dit. Les choses commencent à évoluer : le passionnant ouvrage de Guillaume Cuchet, récemment publié, contient plusieurs développements sur la place à accorder à ses propres croyances lorsqu’on travaille sur le catholicisme. Il réfléchit sur les différentes attitudes à adopter vis à vis de soi  :

En avoir été et en être sorti sans amertume.

En être avec humour et distance.

 N’en avoir jamais été mais avoir suffisamment d’empathie et d’imagination pour pallier cette lacune. 

Il conclut :

L’identité en soi ne me paraît pas être un problème, pourvu qu’elle ne soit pas trop réactive ou virulente. (…) Les outsiders complets[2] sont assez rares dans le milieu mais ils existent, et ils pourraient bien se multiplier, à l’avenir, avec la montée des générations ‘post-religieuses’ [3]

Parler clairement de nos systèmes de valeurs ouvre la voie à la reconnaissance du caractère situé de notre discours.

There is no essential, singular truth, only situated truths. Both understand the scholar herself to be situated a particular cultural location that fundamentally shapes her vision, and both place passion and commitment at the center of research methodology and pedagogy.

Le nouveau défi serait d’arrêter de travailler avec la catégorie « autre » (« otherizing »), d’aller au-delà. Il suggère ainsi que nous devons nous défaire de nos repères qui agissent comme des sécurités morales sur nous, et que nous devons aller vers ce qui nous déstabilise, prendre des risques. Le stress et le dégoût peuvent être utilisés comme pivots de la réflexion.

The challenge becomes then to set one’s own world, one’s own particular reality, now understood as one world among many possible other worlds, in relation to this other reality and to learn how to view the two in relation to each other, moving back and forth between two alternative ways of organizing and experiencing reality. The point is not to make the other world radically and irrevocably other, but to render one’s own world other to oneself as prelude of new understanding of the two worlds in relationship to each other.

 

 


[1] Elizabeth A. Castelli et Rosamond C. Rodman, Women, gender, religion : a reader, New York, Palgrave, 2001.

[2] Dont je fais partie….

[3] Guillaume Cuchet, Faire de l’histoire religieuse dans une société sortie de la religion, Paris, Publications de la Sorbonne., 2013, p. 34.

 

Dammartin-les-Templiers-20110206-00286

 Photo: Caroline Muller, CC-BY-NC-SA

Passage à Rome

 

Un billet modeste cette semaine, car je suis présente sur le carnet Devenir Historien-n-e pour parler d’histoire du fait religieux.

J’ai passé la semaine dernière à l’Ecole Française de Rome, à écouter diverses communications portant sur le fait religieux et le genre. Nous avons beaucoup voyagé : du féminisme catholique aux mouvements de femmes musulmanes, en passant par la place des femmes dans le renouveau religieux chinois ou encore le genre ufologique dans le mouvement raëlien, ce fut très rafraîchissant ! J’ai été heureuse d’échanger sur mon sujet – notamment avec Anne Jusseaume, qui travaille sur les rapports entre le corps, le genre et la conversion au XIXe. Je suis ravie d’avoir eu cette opportunité donnée par l’EFR de vivre en groupe pendant cinq jours : nous avons pu prendre le temps de discuter, de créer des liens, d’échanger nos questions et nos problèmes, entre jeunes chercheurs mais aussi avec des chercheurs confirmés. J’ai récolté de multiples conseils et pistes de travail, ainsi que l’assurance que l’approche que je proposais était pertinente : on a souvent besoin d’être rassuré quand on est jeune thésard…

Il faut ajouter que Rome est une ville magnifique ; je vais d’ailleurs déposer un dossier de candidature pour une bourse d’un mois : plusieurs chercheurs m’ont conseillé d’aller jeter un œil dans les archives secrètes vaticanes, dans lesquelles je pense pouvoir trouver des informations sur certains des directeurs spirituels que j’étudie.

 Cette semaine a donné un nouvel élan à ma recherche, une nouvelle motivation dont j’avais bien besoin après avoir passé les semaines précédentes à résoudre divers problèmes administratifs. Devant la difficulté de trouver un rythme de travail, j’en avais presque oublié le plaisir immense de la recherche !