Archives par mot-clé : réflexivité

De la réflexivité en contexte d’études religieuses

Robert A. Orsi est un chercheur américain spécialisé en « Catholic Studies »

Je voudrais partager ici quelques-unes de ses réflexions stimulantes, et notamment celles qu’il développe dans sa contribution à un ouvrage collectif de ma bibliographie[1]. Elle s’intitule « Snakes alive : resituating the moral in the study of religion ». A partir de l’étude de Dennis Covington sur les charmeurs de serpent, il identifie un problème qu’il juge spécifique aux études religieuses :

[It] has always been organized around a distinct and identifiable set of moral values and judgments.

Cet ensemble de valeurs morales est implicite, informulé. Il estime donc qu’un travail particulièrement approfondi de réflexivité est nécessaire, lorsqu’on s’intéresse à la religion.

Before we practitionners of Religious studies can introduce moral questions into our approach to others’s people worlds, we must first excavate our hidden moral history.

Il souligne que nous avons les plus grandes difficultés à étudier la religion sans identifier de « bons » ou des « mauvais » aspects ; notre tendance naturelle est de réfléchir à partir d’une hiérarchisation des manifestations du religieux. Notre regard est normatif :

We may not know what religion is, but at least we can say with certainty what bad religion is, or what religion surely is not.

Cela se traduit par exemple par une tendance des études religieuses à dire « nous » et « eux », à se placer implicitement dans le camp du progrès et/ou des « bonnes pratiques » religieuses, en opposition à ce qui relèverait de la barbarie. Les études religieuses sont traversées par cet « impératif moral »  qui établit ce qu’est la « vraie religion », définition qui disqualifie toutes les formes qui ne s’intègrent pas à la définition initiale. Pour lui, cette définition bride considérablement la recherche: la religion serait rationnelle, respectueuse des personnes, non coercitive, mûre, mystique, compatible avec la démocratie, monothéiste… Tout se passe comme si les chercheurs s’intéressaient d’abord à des idéaux plutôt qu’au fait religieux.

By inscribing a boundary between good and bad religions at the very foundation of the field, Religious Studies enacts as important cultural discipline. There is no end to human religious creativity.

Ce travail de catégorisation est véritablement problématique puisque Orsi estime que le champ du religieux est justement celui qui brouille les frontières habituelles.

Il évoque une autre règle largement partagée :

Scholars of religion are trained to keep their own lives, values, and, above all, religious understandings out of their research.

On se pense capable de mettre à distance nos valeurs, nos vies, nos croyances, au point de ne pas ressentir la nécessité d’en parler, de mettre au jour la situation de notre discours. Cela m’a immédiatement évoqué la situation de l’histoire religieuse en France : la plupart des historiens du catholicisme ont longtemps été eux-mêmes catholiques et engagés ; mais cela relevait du non-dit. Les choses commencent à évoluer : le passionnant ouvrage de Guillaume Cuchet, récemment publié, contient plusieurs développements sur la place à accorder à ses propres croyances lorsqu’on travaille sur le catholicisme. Il réfléchit sur les différentes attitudes à adopter vis à vis de soi  :

En avoir été et en être sorti sans amertume.

En être avec humour et distance.

 N’en avoir jamais été mais avoir suffisamment d’empathie et d’imagination pour pallier cette lacune. 

Il conclut :

L’identité en soi ne me paraît pas être un problème, pourvu qu’elle ne soit pas trop réactive ou virulente. (…) Les outsiders complets[2] sont assez rares dans le milieu mais ils existent, et ils pourraient bien se multiplier, à l’avenir, avec la montée des générations ‘post-religieuses’ [3]

Parler clairement de nos systèmes de valeurs ouvre la voie à la reconnaissance du caractère situé de notre discours.

There is no essential, singular truth, only situated truths. Both understand the scholar herself to be situated a particular cultural location that fundamentally shapes her vision, and both place passion and commitment at the center of research methodology and pedagogy.

Le nouveau défi serait d’arrêter de travailler avec la catégorie « autre » (« otherizing »), d’aller au-delà. Il suggère ainsi que nous devons nous défaire de nos repères qui agissent comme des sécurités morales sur nous, et que nous devons aller vers ce qui nous déstabilise, prendre des risques. Le stress et le dégoût peuvent être utilisés comme pivots de la réflexion.

The challenge becomes then to set one’s own world, one’s own particular reality, now understood as one world among many possible other worlds, in relation to this other reality and to learn how to view the two in relation to each other, moving back and forth between two alternative ways of organizing and experiencing reality. The point is not to make the other world radically and irrevocably other, but to render one’s own world other to oneself as prelude of new understanding of the two worlds in relationship to each other.

 

 


[1] Elizabeth A. Castelli et Rosamond C. Rodman, Women, gender, religion : a reader, New York, Palgrave, 2001.

[2] Dont je fais partie….

[3] Guillaume Cuchet, Faire de l’histoire religieuse dans une société sortie de la religion, Paris, Publications de la Sorbonne., 2013, p. 34.

 

Dammartin-les-Templiers-20110206-00286

 Photo: Caroline Muller, CC-BY-NC-SA

Historien, historienne, autre ?

Ce billet fait suite à une série de réflexions soulevée par le projet de Franziska Heimburger et de ses étudiants, qui travaillent sur la représentation des historiens.

En partant de mon expérience, je voudrais dire quelques mots du poids que peuvent avoir les représentations de la discipline dans la façon dont nous concevons nos identités de chercheur.

Je n’ai jamais aimé l’historiographie. Je me suis beaucoup interrogée sur les motifs de ce rejet, quand les camarades autour de moi trouvaient cela passionnant. Cela tient peut-être d’abord au fait que le principe de l’historiographie me terrifie: je peine à maîtriser les repères essentiels de l’histoire, alors comment intégrer le fait qu’ils soient mouvants et interrogeables ? Peut-être faut-il alors reformuler le problème: l’historiographie m’intéresse, mais je n’aime pas le malaise diffus qu’elle crée en moi.

Les grands textes des maîtres historiens me fascinent. J’ai lu et relu Marc Bloch, Paul Ricoeur et Paul Veyne, comme des bréviaires. Je sors toujours de ces lectures impressionnée, assommée, mal à l’aise. Je n’ai identifié les raisons de ce malaise qu’extrêmement récemment: je n’ai jamais réussi à m’identifier aux portraits d’historiens brossés par ces auteurs. J’ai cherché d’autres manières de présenter le métier d’historien: rien n’y fait, je ne m’y retrouve jamais.
C’est pour cela que j’apprécie beaucoup la démarche de Franziska Heimburger et de ses étudiants: ils mettent en lumière le « decorum » de tout historien « académique », et font sentir l’aspect normatif de ces mises en scène.

Je me sens face aux grands textes comme je sens face aux couvertures PUF : décalée, illégitime. La différence est pourtant de taille: si les portraits des manuels semblent surrannés, les discours de la méthode restent d’actualité et posent les normes de la construction de toute connaissance historique. Me voilà donc à négocier avec moi-même face aux réflexions brillantes de Marc Bloch: suis-je une historienne si je ne me sens pas capable d’atteindre le même niveau de réflexion ? Suis-je une historienne si je ne me reconnais pas dans le miroir qu’il me tend ?

 

Miroir

 

 

 

http://www.flickr.com/photos/40869403@N00/242601149

Found on flickrcc.net

Creative Commons Attribution 2.5 License