Archives par mot-clé : thèse

Organiser le désordre

Le début de l’écriture est la prise de conscience de l’existence d’un immense bordel désordre : le temps d’apprendre à s’organiser, les trois/quatre années de recherche ont permis d’accumuler des notes dans tous les sens, sous toutes les formes, dans une dizaine de cahiers, etc. L’écriture elle-même poursuit ce désordre : des idées émergent au fil du texte, on ne sait pas toujours où placer un passage, on n’a pas envie de rédiger un passage au moment où on devrait, on reconstruit sans cesse la pensée au présent. C’est un exercice qui ne ressemble pas du tout à la rédaction d’un plan détaillé de dissertation…

Pour tenter de me repérer dans tout cela, j’ai essayé de mettre en place une série de « trucs » qui me permettent de me rassurer et de ne pas perdre l’image de ma réflexion à un moment précis de l’écriture. Je n’écris jamais directement dans la feuille Word : chaque petit morceau de sous-partie fait l’objet d’un brainstorming préalable dans un petit cahier bleu que j’ai intitulé « cahier de rédaction ».

20150319_102747

Le stylo et le papier libèrent des associations plus libres, des flèches, des gribouillis, et m’aident à structurer ce que je veux dire. J’écris donc des sous-sous-sous plans dans ce cahier avant de passer à l’écriture dans la feuille de style. Ensuite, je mobilise beaucoup la fonction « révision » de Word : la marge accueille commentaires et suggestions en temps réel. Toutes ces annotations me sont ensuite très utiles quand je reprends mes pages ou que je prévois les recherches complémentaires à faire.  Ce sont les cailloux du Petit Poucet doctorant. Comme on me l’avait suggéré, je conserve dans un document à part tous les passages que je coupe, en indiquant pourquoi je les ai rédigés…et pourquoi je les ai coupés. Du strict point de vue « technique », je varie aussi le support logiciel. Word pour l’écriture de la thèse en elle-même, Bean pour tout le reste. Ce logiciel est beaucoup plus léger et agréable et offre l’avantage considérable de ne pas être Word qui est désormais irrémédiablement associé à la rédaction de thèse !

Capture d’écran 2015-03-19 à 10.26.43

En plus de ces « outils » d’écriture, je continue à tenir mon journal de recherche dans lequel je note les objectifs du jour – le programme de la semaine. J’essaie de me tenir à quelques mots quotidiens : dans des périodes pendant lesquelles j’ai l’impression de ne pas beaucoup avancer (écrire deux pages peut parfois être très long…), cela rend visible le travail. Le cahier bleu et le cahier rose communiquent : il n’est pas rare que je renvoie au cahier bleu quand j’évoque une difficulté particulière de l’écriture.

20150319_102733

Tout cela pour dire que je me rends compte que j’ai trouvé des « routines » rassurantes dans mon travail de rédaction de thèse même si cela doit ressembler, vu de l’extérieur, à un beau désordre. Je voulais le partager avec vous – pour recevoir pistes et conseils – et aussi pour poursuivre notre entreprise collective d’ouverture de l’atelier du doctorant.

Le goût de l’archive ?

 

Lorsqu’on travaille à partir de correspondances, et plus généralement d’écrits personnels, on passe beaucoup de temps en compagnie des personnes qu’on lit.

En compagnie. Du matin au soir, pendant des sessions plus ou moins longues (quelques jours à deux mois, en ce qui me concerne), je lis, parfois recopie, des mots écrits par d’autres et adressés à d’autres. Je mets littéralement mes mots dans ceux des sources. C’est toujours une sensation étrange que de transcrire des phrases rédigées un siècle plus tôt ; je ne m’y habitue pas. Toujours est-il qu’au cours de ces périodes de « dépouillement » (1), je chemine en pensée avec ces personnages qui peuplent mon corpus. L’un des premiers billets de ce carnet évoquait le choc que peut causer, de temps à autre, l’oubli du caractère réel des vies découvertes. Je les entends se réjouir, se plaindre ; j’écoute leurs questions et leurs projets ; je scrute la manière dont ils regardent leurs contemporains. Et je développe une forme de relation à l’épistolier que je lis. Pourtant, j’essaie de me faire la plus petite possible, de laisser à la voix qui s’exprime le maximum de place possible, au moins le temps de la découverte et de la familiarisation.

Inévitablement, je sympathise ou je m’agaçe : j’ai commencé à réfléchir à ce sujet lorsque j’ai mesuré l’impact que cela pouvait avoir dans ma façon de travailler. J’ai d’emblée tenter d’écarter ces ressentis : il faut bien tenter d’être « objective » ! Et puis j’ai décidé de les affronter et d’en faire des outils de réflexivité.

Je déteste la comtesse de Radoswka.
Elle est l’auteur de la deuxième correspondance, en volume, de mon corpus.
Je la déteste : son discours de plainte permanente, son manque de charité, la brutalité avec laquelle elle traite sa pupille, … jusqu’à son style et ses points d’exclamation qui remplaçent tous les points.
Lorsque j’ai débuté l’analyse, je n’en étais encore qu’au stade de l’agaçement et je sentais déjà que mon jugement était biaisé. Je devais me corriger systématiquement pour ne pas lui prêter toutes les intentions mauvaises de l’univers. Aujourd’hui, j’ai compris que cette colère est un atout : elle me permet de rester vigilante et de sans cesse remettre en cause ce que j’écris à son sujet.

La lecture d’Ozanam a été un véritable bonheur. Les lettres de la vicomtesse d’Adhémar m’ont aussi donné beaucoup de plaisir. J’ai inventé toutes sortes de stratagèmes pour rester en compagnie de cette dernière un peu plus longtemps, comme l’écriture de plusieurs billets.

Je crois que nos affinités sont perceptibles dans les choix de recherche que nous opérons. Alors que je prépare une ébauche de plan de thèse, je vois que certaines thématiques et questions ont émergé d’une connaissance très approfondie de correspondances, connaissance qui n’aurait pas été possible sans ces sympathies.
A l’inverse, les zones « faibles » et les objets qui m’intéressent moins sont liés pour partie à une indifférence, un ennui éprouvé à la lecture des épistoliers concernés.

 

(1) Le mot m’a toujours amusé tant il renvoie à une forme d’austérité, de discipline, de systématisation de l’emploi du temps, mais aussi, pour moi, à un « dépouillement de soi » pour entrer dans les mots de l’autre.

La thèse, ce livre de l’intranquillité

Ce carnet de recherche a été fort silencieux ces derniers temps. Vous l’avez peut-être compris via Twitter, j’ai été malade puis très fatiguée, ce qui m’a obligée à prendre plusieurs semaines de congé. C’est une chose étrange que les arrêts forcés lorsqu’on est en plein milieu d’une recherche ; il faut plusieurs jours pour parvenir à couper les réflexions qui se poursuivent à bas bruit dans notre cerveau. Le retour au travail peut aussi être difficile : l’épuisement physique rend toute activité intellectuelle impossible. C’est bien la leçon des deux derniers mois : il n’est pas possible de continuer à chercher lorsque le corps exige du repos. Cela peut paraître évident mais je crois qu’on l’oublie trop souvent… pris dans nos occupations multiples, urgences, priorités – un projet en chasse l’autre… et puis on se réveille un matin épuisé (ou plutôt, on refuse de se réveiller…). De temps à autre, peut-être qu’il faut accepter de se mettre en « veilleuse » – et non en veille… scientifique.

Toujours est-il que je suis de retour – tranquillement. En guise de billet de retour, je vous propose quelques lectures qui, dernièrement, m’ont passionnée, étonnée, enthousiasmée. Pour le plaisir du partage et de la lecture sereine.

 

Siri Hustvedt, La femme qui tremble une histoire de mes nerfs: essai, Arles; Montréal, Actes Sud ; Leméac éd., 2010. Cet ouvrage m’a donné envie de relire les billets de Benoit Kermoal sur l’histoire des émotions (http://reflexivites.hypotheses.org/4889).

 

Michel Foucault, Dits et écrits: 1954-1988. I, I, Paris, Gallimard, 1994. A picorer, quand on a envie de penser. Mon chemin vers la sérendipité.

 

Michel de Certeau, L’invention du quotidien. T 1, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990. Les pages sur l’acte d’écrire ont bouleversé ma manière d’envisager l’épistolaire. Et la langue de Certeau est si belle.

« D’abord la page blanche : un espace « propre » circonscrit un lieu de production pour le sujet. C’est un lieu désensorcelé des ambiguïtés du monde » (p.197)

 

Howard Becker, Les ficelles du métier: comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte, 2002. Un livre qui peut redonner de l’élan aux intranquilles dont je suis.

 

Miro, Blue II

Miro, Blue II