Archives par mot-clé : virilité

2. Masculinité(s) catholique(s) : le jeune homme

Dans les classes sociales que j’étudie (bourgeoisie et aristocratie catholiques), les garçons fréquentent le collège à partir de 11-12 ans, parfois même bien plus tôt. Jean, le fils de la vicomtesse d’Adhémar est envoyé au collège dès sa dixième année. A partir de 1850, les établissements privilégiés par ces classes sociales sont des institutions dirigées par des religieux dans la plupart des cas. Cela offre au clergé un excellent poste d’observation de l’élaboration du « jeune homme », entre l’entrée au collège et le baccalauréat.

Les autorités catholiques produisent de multiples discours : à l’essentialisation de la « jeune fille » répond l’essentialisation du jeune homme, portée par de multiples manuels et textes prescriptifs dont la publication explose à partir de 1850[1]. Quel portrait du « jeune homme » est présenté dans ces ouvrages ? Quels sont les problèmes spécifiques posés par ce masculin en construction ?

Le jeune homme serait tout d’abord le jouet de ses passions. Ce terme de « passion » ne recouvre pas seulement les sentiments amoureux mais aussi tout ce qui semble propice à éloigner le jeune homme du foyer. Le tempérament masculin, allié à la jeunesse, produit naturellement le goût du monde (la boisson, le jeu, le théâtre) et une curiosité intellectuelle dommageable pour la morale lorsqu’elle pousse à rechercher des réponses hors de la foi et de l’Eglise. La nature du jeune homme le porte à être tourné vers l’extérieur.

La jeunesse fait bouillonner le feu des passions ; périls dans leur intelligence avide de lumière, où la science athée cherche à répandre ses ténèbres et les fausses clartés du mensonge ; périls dans leur cœur assoiffé d’affection, auquel le monde offre ses fausses joies, boisson enivrante qui, loin de désaltérer, brûle et altère ; périls au dedans, périls au dehors, séductions intimes, séductions de la rue, du théâtre, du plaisir sous toutes ses formes.[2]

Les manuels révèlent une véritable obsession des « dangers corporels »: la sexualité des jeunes hommes est scrutée et devient l’objet d’angoisses comme dans les autres espaces sociaux[3]. Elle est toujours euphémisée : on parle de « chutes fréquentes », de mères « devant indiquer discrètement les ressources de la pénitence », des « souillures du corps ». L’éducation du jeune homme doit prendre en charge cette question qui semble spécifiquement masculine : masturbation et liaisons doivent être combattues. Pourtant, l’activité sexuelle du jeune homme est jugée inévitable du fait de son âge et son genre : l’essentialisation du masculin conduit le clergé à tenir un discours qui naturalise les pulsions sexuelles masculines. Bien que naturelles et inévitables, il convient malgré tout de lutter contre ces « chutes » en élaborant des solutions spécifiques.

C’est aux femmes de l’entourage qu’incombe la responsabilité de l’état moral du jeune homme. On ne peut s’empêcher de penser que les auteurs de ces manuels ont laissé de côté les conditions matérielles nécessaires à cette surveillance: comment les femmes pouvaient-elles espérer peser sur la moralité de jeunes gens partis au collège dix mois sur douze, sans possibilité de visites et courriers fréquents ?  En dépit de cela,  la mère doit être la « sentinelle vigilante » face aux dangers guettant le jeune homme. Elle doit instaurer entre elle et son fils une « douce intimité » qui donne au jeune homme le désir de ne pas quitter le foyer. Lorsque le fils se livre malgré tout à des activités coupables, elle a pour rôle sa « régénération » et se sacrifie pour racheter ses fautes, par la prière et la mortification. Les soeurs ont aussi un rôle à jouer :

Un jeune homme comprend, mieux qu’on ne le croit, les nuances de la délicatesse ; il est un sage conseiller pour le choix des lectures et des plaisirs de sa sœur. (…) Tous deux auraient beaucoup à gagner à leur tendresse fraternelle, à leur amitié intime ; le caractère de la jeune fille y acquerrait de la virilité, celui du jeune homme de la délicatesse.[4]

On voit donc que les femmes ont, en théorie, une place importante dans l’élaboration d’un certain type de masculinité ; elles ont pour devoir de tenter de réguler les passions du jeune homme. Quels sont les effets de ces discours sur les pratiques ? Ralph Gibson rappelle que cette période de la vie est généralement, pour les garçons, celle d’une désaffection progressive pour la religion[5]. Il donne l’exemple du diocèse de Troyes : entre 1856 et 1870, sur 277 garçons qui ayant fait leur première communion, 216 n’ont pas communié l’année suivante, toutes classes sociales confondues. Dans les sources, je trouve une gamme très large de comportements de la part des jeunes hommes de ces familles catholiques des élites. Nous avons déjà croisé Georges, le cousin de René : Lucile n’évoque jamais la moindre activité religieuse le concernant ; dans l’ensemble, les jeunes filles déplorent dans leurs journaux intimes l’absence de sentiment religieux des jeunes gens de leur âge. Il faudrait ici étudier de plus près les familles de ces jeunes libre-penseurs. Le « retour au catholicisme » d’un certain nombre de familles bourgeoises, après les événements de 1848, n’impliquent pas toujours un véritable enracinement de la foi, la religion étant d’abord perçue comme un moyen de préserver et consolider l’ordre social. Il n’est donc pas étonnant que les jeunes hommes ne subissent pas tous de la même façon l’injonction à la piété. D’autres ont véritablement intériorisé l’idéal de masculinité catholique présenté dans les manuels. Les premières années de la correspondance d’Antoine Manilève (1879-1950), qui achève ses années de collège, nous montrent un jeune homme aux prises avec cet idéal de tempérance sexuelle. Les lettres à son aumônier, puis directeur de conscience, sont l’occasion d’une comptabilité très élaborée du nombre de tentations et de chutes des semaines précédentes. Le clergé ne cesse de dénoncer la corruption des mœurs dans la seconde partie du XIXe siècle, perçue comme le « mal du siècle ». Dans ce contexte, la tempérance sexuelle devient pour les jeunes catholiques un moyen de signifier son appartenance à une élite catholique faisant passer ses principes moraux au dessus de l’affirmation traditionnelle de la virilité en vigueur dans d’autres espaces sociaux. Sa piété, sa douceur et le maintien de sa virginité sont des vertus cardinales. Un autre ouvrage[6] reproduit le testament d’un père à son fils :

Veux tu être heureux époux ? Garde ta virginité pour celle que tu veux trouver vierge ; c’est alors que le mariage est un paradis en ce monde. Ce conseil, mon bon ami, il n’y a que ton père qui puisse te le donner, ce n’est que de lui que tu apprendras ce grand secret de la félicité humaine. (…) Oui, garde toi, toi même, mon fils ; ne souille pas ton corps, garde toi pour la femme que Dieu te destine. 

Le jeune homme catholique doit donc se conformer à un idéal de masculinité qui n’est pas l’idéal dominant.

 

 

 


[1] Claude Savart, Les Catholiques en France au XIXe siècle : le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne, 1985.

[2] Les grandeurs de la maternité chrétienne / par une mère, Desclée, de Brouwer (Lille), 1905, p. 209.

[3] Thomas Walter. Laqueur, Le sexe en solitaire : contribution à l’histoire culturelle de la sexualité, [Paris], Gallimard, 2005.

[4] Les grandeurs de la maternité chrétienne / par une mère, op. cit.

[5] Ralph Gibson, A social history of french catholicism (1789-1914), Londres-New York, Routledge, 1989, 322 p.

[6] Ferdinand Hervé-Bazin, Le Jeune homme chrétien, Libr. Victor Lecoffre, 1889, 271 p.

1. Masculinité(s) catholique(s) : du petit au jeune garçon

J’ai commencé à me pencher, comme je vous l’avais indiqué, sur la construction de la masculinité des garçons dans les familles catholiques.

Claude-Benoît Chardon, Guide des pères et des mères pour l’éducation physique et morale de leurs enfants, 2e édition refondue et mise à la portée de tout le monde…, bureau de l’« Union catholique », 1869.

Ferdinand Hervé-Bazin, Le Jeune homme chrétien, 1889.

Les grandeurs de la maternité chrétienne / par une mère, 1905.

Je me suis d’emblée heurtée à un problème de définition. En croisant ces différents ouvrages, je m’aperçois que la définition du « petit garçon » fluctue ; on place la fin de l’enfance entre la première communion (vers onze ans) et quatorze ans. Pour rendre le propos du billet plus intelligible, j’ai choisi d’adopter deux formules: le « petit garçon »  avant l’âge de onze ans, et le « jeune garçon » ensuite.

Les auteurs de ces ouvrages ne semblent pas, au premier abord, établir pas de distinction de genre dans l’éducation des enfants avant la première communion. Les conseils donnés sont indifférenciés : on parle d’éduquer ses « fils » ou ses « enfants ». J’ai cependant repéré des passages assez curieux dans lesquels les auteurs paraissent s’intéresser à l’éducation des garçons en particulier  tout en cherchant à maintenir un discours général. Il s’agit par exemple de former la conscience d’un « citoyen fidèle »[1] : vers 1890, ce vocabulaire n’est pas approprié pour désigner les femmes dans un manuel catholique. Il y aurait ainsi deux acceptions de « fils » dans ces manuels : cela désigne les enfants en général mais l’auteur oublie parfois d’indifférencier le contenu des conseils qu’il donne, brisant de lui-même l’indifférenciation portée par l’usage générique de « fils ». Avant dix ans, les devoirs de la mère sont les mêmes à l’égard des filles et des garçons. On ne trouve pas de mention d’une attitude particulière qu’il faudrait adopter selon le sexe de l’enfant ; on incite les mères à s’adapter à la personnalité de chacun. Deux missions leur sont assignées : former la piété de l’enfant, lui apprendre à obéir et à accomplir ses devoirs. Le discours se fait plus ciblé à partir des chapitres qui évoquent les changements physiologiques de la puberté (Chardon) et le choix d’un mode d’éducation (Les grandeurs...). C’est l’occasion d’une première division :

Pour l’étudier [la décision de la mère d’un mode d’éducation] avec plus de fruits, nous la diviserons ; nous verrons les devoirs que lui impose l’éducation de ses fils, et ceux qu’elle doit remplir vis à vis de ses filles[2]

L’étude devient alors plus difficile car les garçons sont très rapidement « oubliés » des manuels : passé le choix de la maison d’éducation, on laisse toute latitude à son personnel pour former le jeune homme en devenir. Les auteurs insistent sur la nécessité de ne pas délaisser son enfant même lorsqu’il est éloigné de la famille. Ce départ vers une institution scolaire les rend largement absents de mes sources : les espaces qui leur sont réservés m’échappent. Dans les familles que j’étudie, les garçons quittent le foyer vers onze ans pour rejoindre des maisons d’éducation religieuse où ils restent toute l’année à l’exception des deux ou trois de vacances selon les cas. A défaut de les voir évoluer, il me reste à écouter ce qu’en disent les sœurs, les pères et les mères.

Leurs discours sont sensiblement différents de l’indifférenciation des manuels : de très jeunes garçons maîtrisent déjà un certain nombre de « codes », de marqueurs de masculinité. Le journal de Claire Pic  (1862-1866) en donne un bon exemple. Son frère cadet René a été élevé dans la famille et a pris ses premières leçons avec un précepteur. Il a treize ans à l’époque où elle écrit. Il n’a pas encore connu les espaces d’entre soi masculins auxquels on prête souvent la faculté de façonner les identités de genre. Pourtant, il adopte une série de comportements qui tranche clairement avec l’attitude des filles : il critique les prêtres et la religion et vole dans la bourse paternelle pour acheter… une arme et de « mauvais livres », ce qui provoque une dispute violente lorsque son père découvre ses méfaits. Son cousin Georges, un peu plus âgé, lui sert de partenaire dans toute sortes de facéties.

Ce matin Georges ayant trouvé la trompette de René soufflait dedans dans ma chambre et en tirait des sons à en faire tressaillir tout le voisinage. J’étais à la fenêtre et jouissais en pouffant de rire du spectacle des passants ébahis qui s’arrêtaient ne sachant pas d’où provenaient ces bruits féroces.[3]

Chacun joue son rôle : Georges prend l’initiative d’occuper l’espace sonore pour amuser sa cousine et Claire raconte lui avoir demandé de cesser après avoir ri un moment. Je vous reparlerai de Georges dans un prochain billet puisqu’il entre dans la catégorie de « jeune homme » qui n’est pas mon objet ici. Toujours est-il que nous voyons que René a déjà été socialisé très différemment de sa sœur : dès treize ans, il bénéficie une véritable liberté de circulation et de fréquentation qui fait écrire à Claire :

Il est trop exposé à Bourg par sa liberté.

Il maîtrise déjà les codes de l’anticléricalisme, a le goût des « mauvais livres », des armes, prend des leçons d’équitation, tout autant de marqueurs de masculinité qu’Anne-Marie Sohn a étudié[4]. Son éducation dans une famille catholique n’a pas abouti à construire le masculin modeste et pieux présenté dans les manuels. Ce sont les femmes de son entourage qui ont pris en charge la dimension morale et religieuse de son éducation. Après la mort de sa mère, ce rôle a été tenu par Claire, sa grand’mère et ses tantes. Malgré cela, sa socialisation religieuse reste éloignée des filles de son entourage. Cette définition du masculin est largement acceptée dans d’autres espaces sociaux dans lesquels le comportement de René passerait pour une conséquence normale de la formation de sa virilité. Dans cette famille de la bourgeoisie catholique, il n’est pas question de laisser le jeune garçon poursuivre dans cette voie.

Il perd tout principe d’honneur, de loyauté, de religion, et à quatorze ans, c’est épouvantable. 

A la suite de l’épisode du vol, Claire, son père et la grand’mère décident d’envoyer René aux Minimes – solution qui apparaît plutôt modérée puisque médecin, très en colère, avait d’abord envisagé d’envoyer son fils au collège à Lyon en guise de punition. Nous voyons donc que les agissements de René sont bien loin de rencontrer l’indulgence dont ils auraient bénéficié dans une autre classe sociale, par exemple. L’éloignement et la mise en pension s’imposent comme une solution pour canaliser son comportement – au grand désarroi du jeune garçon pour lequel la séparation est douloureuse.


[1] Les grandeurs de la maternité chrétienne / par une mère, Desclée, de Brouwer (Lille), 1905, p. 290.

[2] Ibid., p. 196.

[3] Journal de Claire Pic, août 1863.

[4] Anne-Marie Sohn, « Sois un homme! »: la construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2009.